NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Paris-Banlieue, d'une limite à l'autre

Il y a 150 ans, Paris s’est agrandi jusqu’aux fortifications construites par Thiers (l’actuel périphérique), annexant les territoires des communes situées à l’intérieur de celles-ci. Le mur des fermiers généraux qui les séparait de Paris a été démoli et le nombre des arrondissements parisiens est passé de 12 à 20.
Pour marquer cet événement, l’association Les Promenades Urbaines et le CAUE de Paris, avec le soutien de la Mairie de Paris, vous proposent de participer à 9 promenades inédites d’une journée à Paris et en banlieue : traces de l’histoire des zones annexées, "résistances" du tissu urbain ancien, contraintes géographiques, continuités, failles et limites urbaines, seront révélées et questionnées lors des parcours proposés.


Chaque promenade sera proposée à trois reprises les samedis et dimanches du mois d’octobre 2010

Les 9 promenades se dérouleront en deux temps :

Matinée, 10h-13h :
« A la recherche de la "petite banlieue" dans Paris »
Du mur des fermiers généraux aux fortifications de Thiers, les promenades exploreront les permanences du tissu ancien dans les territoires annexés, et l’identité de ces quartiers.

Après-midi, 14h30-17h30 :
« D’une banlieue à l’autre, expérimenter les limites actuelles »
Le franchissement du périphérique permettra ensuite aux promeneurs de pratiquer les nouvelles limites urbaines et de découvrir les continuités physiques et paysagères des territoires métropolitains.

Déjeuner libre ou pique-nique si le temps le permet.

Tarif de la promenade : 5 euros
Inscription en ligne : retrouvez le calendrier complet

 

Montmartre, Saint-Denis et Saint-Ouen présentent une importance tant stratégique et symbolique qu’économique et commerciale. Les territoires explorés par cette promenade ne manquent pas de lieux célèbres et célébrés, éléments remarquables du patrimoine et de l’imaginaire de l’histoire de France et, par là-même, lieux touristiques à forte attractivité. Le Sacré-Coeur, le Montmartre de la Commune et celui des artistes, les Puces de Saint-Ouen, la basilique Saint-Denis ou encore le stade de France, sont autant de lieux qui ont fortement influencé et structuré l’espace urbain environnant. Mais la ville, cette ville à la limite mouvante, sans cesse repoussée, parcourue ici à l’occasion des 150 ans de l’extension de Paris, se fait aussi au quotidien dans les lieux ordinaires de la petite histoire, parfois à l’encontre des intentions affichées, toujours, en tout cas, dans la confrontation de logiques contradictoires aux influences inégales. Cette promenade nous mènera donc aussi en ces lieux absents de toutes les légendes, mais tout aussi révélateurs de l’histoire de la ville.

 

Dates de la promenade :
dimanche 3, dimanche 10 et samedi 23 octobre 2010.
Cliquez sur la date de votre choix pour faire une réservation



La promenade se déroulera en deux temps :
Matinée, 10h-13h : « à la recherche de la "petite banlieue" dans Paris »
Rendez-vous : métro Anvers (ligne 2)
Sur le territoire de l’ancienne commune de Montmartre, entre la butte, patrimoine réinventé, et un 18e méconnu mais en mouvement, la promenade explorera les permanences du tissu ancien, et l’identité de ces quartiers.
Après-midi, 14h30-17h30 : « d’une banlieue à l’autre, expérimenter les limites actuelles »
Rendez-vous : métro Garibaldi (ligne 13)
Autour du centre historique de Saint-Denis, la promenade arpentera un territoire complexe, au croisement d’une histoire millénaire et des métamorphoses contemporaines.
Déjeuner libre ou pique-nique si le temps le permet.



Tarif de la promenade : 5 euros
Inscription en ligne : retrouvez le calendrier complet


La promenade en images
cliquez sur les images pour les agrandir



Itinéraire et principales étapes du parcours
Château des Brouillards (1772)
Première "folie" de Montmartre, le château vit ses communs rasés en 1850 pour faire place à des pavillons séparés de petites haies formant le "maquis", repaire des vagabonds et des bandits qui inspira le roman éponyme de Roland Dorgelès.
• 11b à 13 rue Girardon
Vue sur la Plaine
En s’éloignant de l’église Saint-Pierre, la rue du Mont-Cenis offre une vue sur le territoire de Saint-Denis. On peut notamment apercevoir la basilique de Saint-Denis ou le stade de France.
• 18 rue du Mont-Cenis
Petite Ceinture
On observe ici une intéressante juxtaposition de traitements différents d’une même limite ; d’un côté, une tranchée paysagère qui ouvre sur le lointain, de l’autre, une allée centrale piétonne et ombragée.
• Croisement de la rue Belliard et de la rue du Poteau
Les Puces de Saint-Ouen à la porte de Montmartre
Certains phénomènes humains se jouent des limites... les commerçants s’installent sous le périphérique ou le long de ses talus, sans se soucier de la présence bruyante de cette infrastructure.
Le stade de France
Ce monument au sport, souvent montré sous des vues avantageuses, nous apparaît là comme isolé, pris dans la nasse des infrastructures qui traversent la ville.
• métro Porte de Paris
La basilique cathédrale de Saint-Denis
Premier grand chef d’œuvre de l’art gothique, nécropole royale, ce haut-lieu de l’histoire de France est aussi le cœur d’un ancien quartier de taudis, qui fut métamorphosé par l’une des plus importantes opérations de rénovation d’un centre-ville.
Le passage du tramway (Paul et Alexandre Chemetov, 1992)
De Bobigny à Saint-Denis, cette infrastructure, pensée selon un projet d’ensemble associant différents acteurs de l’aménagement, se mêle aux autres fonctions urbaines, préfigurant une nouvelle façon de faire de la ville.
Parking République (C. Devillers, 1984)
Bien intégré au coeur d’un îlot urbain, ce parking est habillé de pavés de verre lui assurant une grande luminosité, ainsi qu’éclairé et ventilé naturellement. Il reçut le prix de l’Équerre d’Argent en 1984.
• 6 rue des Chaumettes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article