NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES



Un nouveau campus porte de Clignancourt

Huit amphithéâtres, une bibliothèque, un complexe sportif : les étudiants de Paris-IV bénéficieront de nouveaux équipements dans le XVIIIe. Première livraison à la rentrée 2011.

 
 
 

Changement en vue dans le paysage universitaire parisien. Un peu à l’étroit à la Sorbonne et éparpillés sur une multitude de sites, les étudiants de l’université -IV-Sorbonne auront bientôt davantage d’espace pour travailler car le campus de la porte de Clignancourt — situé rue Francis-de-Croisset dans le XVIIIe — est en plein lifting.

Même si les travaux ont déjà débuté en avril, la première pierre du futur campus a été posée hier par la ministre de l’Enseignement supérieur, . Ce projet, qui va coûter quelque 68 millions d’euros à l’Etat, prévoit la démolition des vieux bâtiments existants (5 300m2) et la construction d’un nouvel édifice de 21000 m2 qui accueillera près de 6 000 étudiants.
Si le calendrier est bien respecté, les choses pourraient aller très vite. Dès la rentrée 2011, les étudiants en premier cycle de musicologie, sciences humaines et langues vivantes profiteront de huit nouveaux amphithéâtres.
D’autres locaux seront livrés à la rentrée 2013 avec une bibliothèque neuve de 4 500 m2 ouverte de 8 heures à 22 heures, six jours sur sept, et un auditorium de 500 places consacré aux représentations artistiques. Des nouveautés très attendues.
« Cela fait entre douze et quinze ans que l’on travaille sur ce projet, ça y est, on y arrive enfin », s’en amuse Georges Molinié, de Paris-IV, qui précise : « Cela permettra à nos étudiants et chercheurs de travailler dans de meilleures conditions. Nous allons enfin donner à l’UFR de musicologie un lieu de regroupement. Ils étaient jusqu’à présent établis sur plusieurs sites. » Autre bénéfice attendu pour les étudiants de Paris-IV : la construction d’un complexe sportif. Des salles de sport qui seront ouvertes de 8 heures à 22 heures sept jours sur sept. Rien que ça.
« C’est un nouveau lieu qui bénéficiera à la Ville dans son ensemble, ce ne sera pas un ghetto », assure Georges Molinié. En effet, les futures installations sportives devraient être aussi ouvertes au public. Enfin, grâce à la mise en place des Pres, ces superuniversités qui mutualisent des services entre plusieurs universités, les équipements de la porte de Clignancourt devraient aussi être accessibles aux chercheurs et aux étudiants de Paris-II et Paris-VI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Valérie Pécresse s'est rendue à l'Université Paris IV-Sorbonne afin de poser la première pierre du grand chantier de réhabilitation du site de Clignancourt, un an après la signature du contrat de partenariat entre le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le groupement "Sophi" mené par Bouygues Bâtiment Ile-de-France, et l'Université Paris IV – Sorbonne. Ce projet représente un effort sans précédent de l'Etat en faveur des sciences humaines et sociales avec un engagement financier de 68M€.

Communiqué - Valérie Pécresse
13 juillet 2010
  • Paris IV Sorbonne, centre universitaire
    Paris IV Sorbonne, centre universitaire
  • Paris IV Sorbonne, gymnase
    Paris IV Sorbonne, gymnase
  • Paris IV Sorbonne, bibliothèque
    Paris IV Sorbonne, bibliothèque

 

Communiqué de presse

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, s'est rendue à l'Université Paris IV-Sorbonne afin de poser la première pierre du grand chantier de réhabilitation du site de Clignancourt, un an après la signature du contrat de partenariat entre le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le groupement "Sophi" mené par Bouygues Bâtiment Ile-de-France, et l'Université Paris IV – Sorbonne.  La ministre a indiqué que ce projet représente un effort sans précédent de l'Etat en faveur des sciences humaines et sociales avec engagement financier de 68M€.

Ce projet permettra d'offrir aux 15 000 étudiants et aux 1500 chercheurs et personnels de l'Université un nouveau centre d'enseignement et de vie étudiante, parfaitement intégré à la ville tout en disposant d'un cœur vert et protégé. Un nouveau centre d'enseignement de 21000 m2, comprenant 8 amphithéâtres, dédié aux premiers cycles ainsi qu'aux étudiants en musicologie, en sciences humaines et en langues, ouvrira dès la rentrée 2011. Dès la rentrée 2013, les installations mutualisées seront opérationnelles avec une nouvelle bibliothèque de 4500m2 sur trois niveaux qui ouvrira de 8h à 22h six jours sur sept, 1500 m2 de salles de sport ouvertes sept jours sur sept, de 8h à 22h, et un auditorium de 500 places consacré aux représentations artistiques.  Ce centre de vie universitaire sera également ouvert aux étudiants du Pôle de recherche et d'Enseignement supérieur 2, 4, 6 porté par les universités Paris 2, Paris 4, Paris 6, ainsi qu'aux riverains.

La ministre a rappelé que cet effort d'investissement s'inscrit dans le cadre des moyens exceptionnels accordés par l'Etat à l'immobilier de l'enseignement supérieur et de la recherche à Paris : 1,7 Mds € pour la période 2007-2013  auxquels s'ajoute l'opération campus parisienne qui comprendra une dotation en capital de 700 M€.

En savoir plus

Les engagements financiers

Le contrat de partenariat a été intégralement financé par le budget du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour une durée de 28 ans, avec l’objectif de restructurer le site de la rue Francis de Croisset dans le 18ème arrondissement. L’opération s’élève à un montant d’investissement de 58,4 M€, le coût tout compris pour l’Etat étant de  68 M€.

Valérie Pécresse a signé le 24 juillet 2009 le contrat avec le titulaire pressenti (groupement « Sophi » mené par la Sodéarif, filiale de Bouygues Construction). Le groupement a reçu de l’Etat une subvention initiale de 12 M€, et le loyer annuel sera de 5 M€ TTC. Ce loyer couvre le partenaire privé pour le préfinancement du solde de l’investissement, mais aussi les provisions pour le gros entretien et un certain nombre de services : le nettoyage, la préparation des salles, la sécurité incendie, le gardiennage et les contrôles réglementaires, qui seront assurés par le privé.

Le contrat comporte une forte exigence environnementale et notamment un engagement sur les consommations énergétiques sanctionné par des pénalités en cas de non respect des performances exigées. La disponibilité et la qualité des espaces sont des engagements forts de Sophi, qui sont également sanctionnés par un mécanisme de pénalités contractuelles.

Le projet technique

La reconstruction du Centre universitaire Clignancourt vise à constituer un pôle dédié notamment aux premiers cycles de musicologie, sciences humaines et langues, s’inscrivant ainsi dans la dynamique du plan de réussite en licence.  L’opération comprend la démolition des bâtiments existants (5 300 m²) édifiés en 1968 et la construction du nouveau bâtiment de 21 000 m² (SHON) en vue d’accueillir près de 6 000 étudiants. Le projet prévoit :

  • Huit amphithéâtres dont un utilisable en auditorium (500 places),
  • Des salles d’enseignement pour le 1er cycle pour les UFR de langues et sciences humaines, les 1er, 2ème & 3ème cycles pour les UFR de musique et musicologie,
  • Des bureaux enseignants et administration,
  • L’ouverture d’une nouvelle bibliothèque plus spacieuse (4 500 m²), ouverte 6j/7 de 8h à 22h
  • La création d’un pôle sportif de 1 500 m² à destination de l’ensemble des étudiants de l’Université Paris-Sorbonne et des associations de quartier, ouvert 7j/7 de 8h à 22h.
  • Une cafétéria.

Le projet installe ses fonctions autour d’un jardin central de plus de 1 900 m².

Les étudiants et les enseignants passeront de leurs locaux actuels aux nouveaux locaux pour la rentrée 2011. La deuxième phase avec la réalisation de la bibliothèque, le gymnase et l’auditorium permettra une rentrée universitaire 2013 dans un site totalement opérationnel.

Le Centre universitaire Clignancourt a pour vocation d’être un modèle de l’ "Université pour tous".  Il sera ainsi mis en place une accessibilité handicapés très supérieure aux exigences de la réglementation actuelle. L’ouverture sur l’avenir s’exprimera également par des choix techniques responsables : engagement de performance environnementale, maîtrise des dépenses énergétiques pour atteindre les critères du label "Très Haute Performance Energétique", des ambiances lumineuses confortables et adaptées à l’usage, l’accompagnement vers l’université numérique grâce au déploiement de la convergence sous IP et du Wifi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article