NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Banta Bato

banta_bato.jpg

Le samedi 24 avril 2010 - L’arbre à palabres avec les griots
Slameurs, musiciens & poètes


Conte Goutte à l'Echomusée avec Lamine Kouaté, Mama Diabaté, Benoît Roques et tous les invités
Scène ouverte
Participation libre  
Contes pour les enfants – de 17h à 18h 30
Buffet Africain
Contes, musiques, slam et prises de paroles de 20h à 23h 30 

Renseignements : 01 42 23 56 56

 

 

 

 

 

Tournoi de Futsal

futsal2010.jpg

Jeudi 22 avril 2010 à 14h - Sport et découverte au Gymnase Doudeauville


Pour les 16 - 22 ans
Participation gratuite

Lieux :
Gymnase Doudeauville - 82 rue Doudeauville - 75018 Paris

Organisation :
Espoir 18 - 37 rue Pajol - 75018 Paris - 01 42 09 79 20 - espoir18@gmail.com

 

 

 

 

 

 



 

 

Les Regles du Futsal

ITerrain de Jeu
Dimensions :
Le terrain de jeu du Futsal doit être rectangulaire. La longueur des lignes de
touche doit dans tous les cas être supérieure à la longueur des lignes de but.
Longueur : minimum 25 m
maximum 42 m
Largeur : minimum 15 m
maximum 25 m

Matches internationaux

Longueur : minimum 38 m
maximum 42 m
Largeur : minimum 18 m
maximum 25 m

Marquage du terrain :

Le terrain de jeu doit être marqué par des lignes. Ces lignes font partie
intégrante des surfaces qu’elles délimitent. Les deux lignes extérieures
les plus longues sont appelées lignes de touche. Les deux lignes plus
courtes sont appelées lignes de but.
Toutes les lignes ont une largeur de 8 cm. Le terrain de jeu est divisé
en deux moitiés par la ligne médiane.
Le point central est marqué au milieu de la ligne médiane. Autour de
ce point est tracé un cercle de 3 m de rayon.

Surface de réparation

A chaque extrémité du terrain est délimitée une surface de réparation
répondant aux spécifi cations ci-après :

Deux quarts de cercle de 6 m de rayon sont tracés depuis le bord extérieur
de chaque montant de but vers l’intérieur de la surface de jeu

.Ces quarts de cercle tracés depuis la ligne de but croisent chacun une
ligne imaginaire perpendiculaire à la ligne de but. La partie supérieure
de chaque quart de cercle est reliée par une ligne de 3,16 m parallèle
à la partie de la ligne de but située entre les deux montants.

La ligne courbe délimitant la zone de réparation s’appelle ligne de
réparation.

Point de réparation
Un point de réparation est marqué sur la ligne délimitant la surface de
réparation à 6 m du milieu des montants de but et à égale distance
de ceux-ci.

Second point de réparation
Un second point de réparation est marqué à 10 m du milieu des montants
du but et à égale distance de ceux-ci.

Arc de cercle de coin
A chaque coin est tracé un quart de cercle d’un rayon de 25 cm à
l’intérieur de la surface de jeu.

 

Zones de remplacement

La zone de remplacement est située au bord de la ligne de touche,
devant les bancs des équipes ; les joueurs y passent lors de chaque
remplacement, pour pénétrer sur le terrain ou le quitter.


• Chacune des deux zones de remplacement a une longueur de 5 m
et se situe juste devant le banc respectif des joueurs. Chaque zone
est délimitée de part et d’autre par deux lignes d’une largeur de
8 cm et d’une longueur de 80 cm, soit 40 cm à l’intérieur et 40 cm
à l’extérieur du terrain de jeu.


• L’espace situé juste devant la table du chronométreur, c’est-à-dire
5 m de chaque côté de la ligne médiane, doit rester libre.

 

Buts

Les buts sont placés au centre de chaque ligne de but. Ils se composent
de deux montants verticaux s’élevant à égale distance de chaque coin
et réunis au sommet par une barre transversale.


La distance entre les montants de but (bords intérieurs) est de 3 m. Le
bord inférieur de la barre transversale se situe à 2 m du sol.
Les deux montants de but et la barre transversale doivent avoir la
même largeur et la même épaisseur, fi xée à 8 cm. Les lignes de but
sont de la même largeur que celle des montants de but et celle de la
barre transversale. Des fi lets en chanvre, jute ou nylon sont attachés
aux montants et à la barre transversale derrière les buts ; la partie
inférieure des fi lets est soutenue par des tubes recourbés ou tout autre
support adéquat.


La profondeur des buts défi nie comme étant la distance séparant le
bord intérieur des deux montants de but du fond du but à l’extérieur
du terrain de jeu est au moins de 80 cm au niveau supérieur des buts
et de 100 cm au niveau du sol.

Sécurité
Les buts doivent être pourvus d’un système garantissant leur stabilité
et empêchant qu’ils ne tombent. Des buts amovibles peuvent être utilisés
mais doivent garantir la même stabilité que des buts normaux.


Surface de jeu
La surface de jeu doit être lisse, dépourvue d’aspérités et non abrasive.
L’utilisation d’un revêtement en bois ou en matière synthétique est
recommandée, tandis que le béton ou le macadam goudronné sont
déconseillés.

 

II – Le Ballon

 

Caractéristiques et dimensions

Le ballon est sphérique, en cuir ou une autre matière adéquate.
Il a une circonférence de 64 cm au plus et de 62 cm au moins
et pèse 400 g au moins et 440 g au plus au début du match.
avec une pression de 0,4 atmosphère au moins et de 0,6 atmosphère
au plus (400-600g/cm²).


Les ballons en feutre ne sont pas autorisés pour les matches internationaux.
Le ballon ne peut rebondir à plus de 65 cm ni à moins de 50 cm lors
de son premier rebond lorsqu’il est lâché d’une hauteur de 2 m.
Dans les matches de compétition, seuls les ballons satisfaisant aux spécifi
cations techniques minimales stipulées dans la Loi 2 sont autorisés.
Lors de matches disputés dans le cadre de compétitions de la FIFA ou
de compétitions organisées par les confédérations, seuls les ballons
portant l’un des labels ci-dessous sont autorisés :
le logo offi ciel « FIFA APPROVED » ou le logo offi ciel « FIFA INSPECTED »
ou la référence « INTERNATIONAL MATCHBALL STANDARD ».

Une telle dénomination a pour vocation d’indiquer que le ballon a été
dûment contrôlé et qu’il répond aux exigences techniques propres à
chaque label, lesquelles s’ajoutent aux critères requis par la Loi 2. La
FIFA dresse la liste des spécifi cations additionnelles propres à chaque
label, ainsi que la liste des laboratoires chargés d’effectuer les contrôles
de qualité.

 

III – Nombre de Joueurs

 

Joueurs
Tout match est disputé par deux équipes composées chacune de cinq
joueurs au maximum, dont l’un sera le gardien de but.
Procédure de remplacement
Il est possible d’effectuer des remplacements dans tout match disputé
dans le cadre de compétitions offi cielles organisées par la FIFA, une
confédération ou une association membre.
Le nombre maximum de remplaçants autorisé est de sept. Un nombre
illimité de remplacements est permis durant un match.
Un joueur qui a été remplacé peut revenir sur le terrain de jeu pour
remplacer un autre joueur. Un remplacement peut être effectué quand
le ballon est en jeu ou hors du jeu. Lors de chaque remplacement, il
convient d’observer les dispositions suivantes :
• le joueur quittant le terrain doit passer la ligne de touche en traversant
la zone de remplacement de son équipe
• le joueur pénétrant sur le terrain doit également traverser sa zone
de remplacement. Il ne peut le faire que quand le joueur sortant a
entièrement franchi la ligne de touche
• tout remplaçant est soumis à l’autorité et aux décisions des arbitres,
qu’il soit appelé à jouer ou non
• la procédure de remplacement s’achève au moment où le remplaçant
pénètre sur le terrain de jeu. Le remplaçant devient alors
joueur, et le joueur qu’il a remplacé cesse d’être joueur.
Le gardien de but peut remplacer n’importe quel autre joueur.

Infractions et sanctions

Si, durant un remplacement, un remplaçant pénètre sur le terrain de
jeu avant que le joueur remplacé ne l’ait entièrement quitté :
• le jeu est interrompu,
• le joueur remplacé est sommé de quitter le terrain de jeu,
• le remplaçant est averti, reçoit un carton jaune et est sommé de
quitter le terrain de jeu pour procéder au remplacement conformément
à la procédure,
• le jeu reprend par un coup franc indirect en faveur de l’équipe
adverse, joué de l’endroit où se trouvait le ballon au moment de
l’interruption du jeu*.
Si, durant un remplacement, un remplaçant pénètre sur le terrain de
jeu ou si un joueur remplacé le quitte sans passer par sa zone de remplacement
:
• le jeu est interrompu ;
• le joueur fautif reçoit un carton jaune et est sommé de quitter le
terrain de jeu pour procéder au remplacement conformément à la
procédure ;
• le jeu reprend par un coup franc indirect en faveur de l’équipe
adverse, joué de l’endroit où se trouvait le ballon au moment de
l’interruption du jeu*.

Décisions
Le nombre de joueurs par équipe est de cinq pour débuter un match.
En cas d’expulsions, si l’une des deux équipes compte moins de
trois joueurs (y compris le gardien de but), le match doit être arrêté.
Un officiel de l’équipe peut donner des instructions tactiques aux
joueurs durant le match. Les offi ciels doivent éviter de gêner les mouvements
des joueurs et des arbitres et se comporter correctement.

 

IV – Equipement des Joueurs

 

Sécurité
L’équipement ou la tenue des joueurs ne doit en aucun cas présenter
un danger quelconque pour eux-mêmes ou les autres. Cela s’applique
aussi aux bijoux en tout genre.


Equipement de base

L’équipement de base obligatoire de tout joueur comprend les éléments
distincts suivants :

• un maillot ou une chemisette
• des culottes – si le joueur porte des cuissards, ils doivent être de la
même couleur que la couleur dominante des culottes
• des bas ;
• des protège-tibias
• des chaussures, les seules chaussures autorisées étant les espadrilles
en toile ou des chaussures de sport ou de gymnastique en
cuir mou, avec semelles en caoutchouc ou une matière similaire.


Protège-tibias
• Ils doivent être entièrement couverts par les bas
• ils doivent être d’une matière adéquate (en caoutchouc, plastique,
ou une matière similaire)
• ils doivent offrir un degré de protection approprié.


Gardiens de but
• Le gardien de but est autorisé à porter un pantalon de survêtement,
• Il doit porter une tenue aux couleurs le distinguant clairement des
autres joueurs et des arbitres,
• Si un joueur de champ remplace un gardien de but, il doit porter
un maillot de gardien de but muni au dos de son propre numéro.

Infractions et sanctions
Pour toute infraction à cette Loi :
• le joueur contrevenant est sommé par les arbitres de quitter le
terrain de jeu pour corriger sa tenue ou compléter son équipement
par l’élément manquant. Le joueur ne peut revenir sur le terrain
de jeu qu’après s’être présenté à l’un des arbitres, qui doit préalablement
contrôler la conformité de l’équipement.

Reprise du jeu
Si les arbitres interrompent le jeu pour avertir un joueur fautif
• le jeu reprend par un coup franc indirect en faveur de l’équipe
adverse, de l’endroit où se trouvait le ballon au moment de l’interruption
du jeu*.

Décisions
Les joueurs ne sont pas autorisés à porter sous leurs maillots des
vêtements affi chant des slogans ou de la publicité. Les organisateurs
de la compétition doivent sanctionner les joueurs levant leur
maillot pour laisser apparaître des slogans ou de la publicité.
Les maillots doivent avoir des manches.

 

V - L'arbitre

 

Autorité de l’arbitre
Chaque match se dispute sous le contrôle d’un arbitre disposant de
l’autorité nécessaire pour veiller à l’application des Lois du Jeu de Futsal
dans le cadre du match qu’il est appelé à diriger, et ce dès l’instant
où il pénètre sur le terrain de jeu et jusqu’à ce qu’il le quitte.
Pouvoirs et devoirs

L’arbitre :

• veille à l’application des Lois du Jeu de Futsal

• laisse le jeu se poursuivre quand l’équipe contre laquelle une infraction
a été commise peut en tirer un avantage et sanctionne l’infraction
commise initialement si l’avantage escompté ne survient pas

• établit un rapport de match et remet aux autorités compétentes
le rapport consignant les informations relatives à toute mesure
disciplinaire qu’il a prise à l’encontre de joueurs et/ou d’offi ciels
d’équipes, ainsi que tout autre incident survenu avant, pendant ou après le match

• assure la fonction de chronométreur en cas d’absence de cet offi ciel

• interrompt le match, le suspend ou l’arrête défi nitivement en cas
d’infraction aux Lois du Jeu de Futsal lorsqu’il le juge opportun

• interrompt le match, le suspend ou l’arrête défi nitivement pour
tout type d’interférence d’événements extérieurs

• prend des mesures disciplinaires à l’encontre de tout joueur ayant
commis une infraction passible d’avertissement ou une faute passible d’expulsion

• prend des mesures disciplinaires contre les offi ciels ne se comportant
pas de manière correcte et peut, s’il l’estime nécessaire, lesexpulser du terrain et de ses abords

• s’assure qu’aucune personne non autorisée ne pénètre sur le terrainde jeu

• interrompt le match si, à son avis, un joueur est sérieusement
blessé, et le fait transporter en dehors du terrain de jeu

• laisse le jeu se poursuivre jusqu’à ce que le ballon ait cessé d’être
en jeu si, à son avis, le joueur n’est que légèrement blessé

• s’assure que chaque ballon utilisé satisfait aux exigences de la Loi 2

• sanctionne l’infraction la plus grave quand un joueur commet
simultanément plusieurs infractions.

 

Décisions de l’arbitre

Les décisions de l’arbitre sur les faits en relation avec le jeu sont sans
appel.
L’arbitre et le deuxième arbitre peuvent modifi er une décision uniquement
s’ils se rendent compte qu’elle est incorrecte ou s’ils le jugent
nécessaire, tant que le jeu n’a pas repris ou que le match n’est pas
terminé.

Décisions
Si l’arbitre et le deuxième arbitre signalent une infraction simultanément
et qu’ils sont en désaccord au sujet de l’équipe à pénaliser,
la décision de l’arbitre prévaut.
L’arbitre ainsi que le deuxième arbitre ont le droit d’infl iger un avertissement
ou d’expulser un joueur. Toutefois, en cas de désaccord,
la décision de l’arbitre prévaut.

 

VI – Deuxieme Arbitre

 

Un deuxième arbitre est désigné pour couvrir le côté du terrain opposé
à celui de l’arbitre. Il est également autorisé à utiliser un siffl et.
Le deuxième arbitre aide l’arbitre à veiller à l’application des Lois du
Jeu de Futsal dans le match. De plus, le deuxième arbitre :
• a le pouvoir discrétionnaire d’arrêter le jeu pour toute infraction
aux Lois du Jeu de Futsal,
• s’assure, avec l’aide de l’arbitre, que les remplacements sont effectués
correctement.


En cas d’ingérence ou de comportement incorrect du deuxième arbitre,
l’arbitre le relèvera de ses fonctions et prendra les dispositions
requises pour qu’il soit remplacé. Il fera également un rapport à l’autorité
compétente.


Décision
Le recours à un deuxième arbitre est obligatoire lors de matches internationaux.

VII – CHRONOMÉTREUR ET TROISIÈME ARBITRE


Devoirs
Un chronométreur et un troisième arbitre sont désignés. Ils doivent se
placer à l’extérieur du terrain de jeu, du côté des zones de remplacement
et à hauteur de la ligne médiane.
Le chronométreur et le troisième arbitre sont équipés d’une console
de chronométrage ainsi que d’un matériel leur permettant d’indiquer
le nombre de fautes cumulées. Ce matériel leur sera fourni par l’association
ou le club responsable du terrain sur lequel est disputé le
match.

Chronométreur
Le chronométreur :
• veille à ce que la durée du match soit conforme à la Loi 8 :
– en enclenchant le chronomètre dès le coup d’envoi ;
– en arrêtant le chronomètre lorsque le ballon est hors du jeu ;
– en le réenclenchant après une rentrée de touche, une sortie de
but, un coup de pied de coin, un coup franc, un coup de pied
de réparation, un tir du second point de réparation, un temps
mort ou une balle à terre ;
• assure le chronométrage des périodes de temps mort d’une minute ;
• supervise la période de 2 minutes effectives infl igée comme punition
à un joueur ayant été expulsé ;
• annonce par un coup de siffl et ou un signal acoustique distinct de
celui des arbitres, la fi n de la première période, la fi n du match, la
fi n d’une période de prolongation ou la fi n d’un temps mort ;
• comptabilise les temps morts dont dispose chaque équipe, en
informe les arbitres et les équipes et signale l’autorisation d’effectuer
un temps mort requis par un offi ciel de l’une des deux équipes(Loi 8) ;
• comptabilise les cinq premières fautes cumulées par chacune des
équipes lors de chaque période, fautes enregistrées par les arbitres,
et pose un signe lorsqu’une cinquième faute est commise par une
des équipes.

Troisième arbitre
Le troisième arbitre, en plus d’assister le chronométreur :
• comptabilise les cinq premières fautes cumulées par chacune des
équipes lors de chaque période et enregistrées par les arbitres, et
pose un signe lorsqu’une cinquième faute est commise par une
des équipes ;
• comptabilise les arrêts de jeu et prend note des raisons les ayant
entraînés ;
• enregistre le numéro des joueurs qui ont marqué des buts ;
• note le nom et le numéro des joueurs qui ont été avertis ou expulsés ;
• contrôle le remplacement des ballons à la demande des arbitres ;
• contrôle l’équipement des remplaçants avant leur entrée en jeu ;
• indique aux arbitres une erreur manifeste dans l’avertissement ou
l’expulsion d’un joueur, ou si un comportement violent se produit
hors de leur champ de vision. Ce sont cependant les arbitres qui
prennent toute décision relative au jeu ;
• contrôle le comportement des personnes assises sur les bancs et
communique aux arbitres tout écart de conduite ;
• fournit toute autre information pertinente relative au match.
En cas d’ingérence ou de comportement incorrect du chronométreur
ou du troisième arbitre, l’arbitre le relèvera de ses fonctions et prendra
les dispositions requises pour qu’il soit remplacé. Il fera également un
rapport à l’autorité compétente.
En cas de blessure, le troisième arbitre peut remplacer l’arbitre ou le
deuxième arbitre.

Décisions

Le recours à un chronométreur et à un troisième arbitre est obligatoire
lors de matches internationaux.
Lors de matches internationaux, la console de chronométrage utilisée
devra disposer de toutes les fonctions nécessaires (chronométrage
précis, possibilité de mesurer pour quatre joueurs simultanément
les périodes d’expulsion et de contrôler le cumul des fautes
commises par chaque équipe pendant chaque période).
En cas d’absence du troisième arbitre, le chronométreur exercera
aussi les fonctions spécifi ques du troisième arbitre.

VIII – DURÉE DU MATCH


Périodes de jeu
Le match se compose de deux périodes de 20 minutes chacune.
Le contrôle du temps se fait sous la responsabilité d’un chronométreur
dont les devoirs sont défi nis dans la Loi 7.
La durée de chaque période peut être prolongée pour permettre l’exécution
d’un coup de pied de réparation ou d’un coup franc direct
contre une équipe qui a commis plus de cinq fautes cumulables.

Temps mort
Les équipes ont droit à une minute de temps mort dans chacune des périodes.
Les principes suivants s’appliquent :
• les officiels des équipes sont autorisés à demander un temps mort
d’une minute au chronométreur ;
• un temps mort d’une minute ne sera accordé que si l’équipe réclamant
un temps mort est en possession du ballon ;
• par un coup de siffl et ou un signal sonore différent de celui des
arbitres, le chronométreur indique qu’un temps mort est autorisé
une fois que le ballon n’est plus en jeu ;
• lorsqu’un temps mort est accordé, les remplaçants doivent rester à
l’extérieur du terrain de jeu. Le remplacement de joueurs n’est possible
qu’au terme du temps mort. De même, l’offi ciel donnant des
instructions n’est pas autorisé à pénétrer sur le terrain de jeu ;
• si une équipe ne réclame pas le temps mort auquel elle a droit
pendant la première période, elle ne pourra pas le compenser au
cours de la seconde période.


Mi-temps
La pause de la mi-temps ne doit pas excéder 15 minutes.


Décisions

1 En l’absence d’un chronométreur, l’offi ciel demande la minute de
temps mort à l’arbitre.
2 Si le règlement de la compétition stipule qu’il faut jouer les prolongations
à la fi n du temps réglementaire, il n’y aura pas de temps
mort durant les prolongations.

IX – COUP D’ENVOI ET REPRISE DU JEU


Introduction
Le choix des camps est déterminé par un tirage au sort effectué au
moyen d’une pièce de monnaie. L’équipe qui gagne le tirage au sort
choisit le but en direction duquel elle attaquera durant la première
période. L’autre équipe donne le coup d’envoi pour engager le match.
L’équipe qui gagne le tirage au sort effectue le coup d’envoi de la
seconde période du match.
Au début de la seconde période du match, les équipes changent de
camp et attaquent en direction du but adverse.
Coup d’envoi
Le coup d’envoi est une procédure pour débuter ou reprendre le jeu :
• au début du match
• après un but marqué
• au début de la seconde période du match
• au début de chaque période de prolongation.
Un but peut être marqué directement sur coup d’envoi.


Exécution
• Tous les joueurs se trouvent dans leur propre moitié de terrain.
• Les joueurs de l’équipe ne procédant pas au coup d’envoi doivent
se tenir à une distance d’au moins 3 m du ballon tant qu’il n’est pas en jeu.
• Le ballon est posé sur le point central.
• L’arbitre donne le signal du coup d’envoi.
• Le ballon est en jeu dès qu’il a été botté vers l’avant.
• L’exécutant du coup d’envoi ne peut jouer le ballon une seconde
fois avant que celui-ci n’ait été touché par un autre joueur.
Lorsqu’un but est marqué, l’équipe contre laquelle le but a été marqué
procède au coup d’envoi.

Infractions et sanctions

Si l’exécutant du coup d’envoi joue le ballon une seconde fois avant
que celui-ci n’ait été touché par un autre joueur :
• un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse à l’endroit où
l’infraction a été commise*.
Pour toute autre infraction à la procédure du coup d’envoi, ce dernier
doit être rejoué.

Ballon en jeu
Le jeu reprend quand le ballon touche le sol.


Balle à terre
Après une interruption momentanée du match provoquée par une
cause non prévue dans les Lois du Jeu de Futsal, le match reprend par
une balle à terre sous réserve que le ballon n’ait pas franchi la ligne
de touche ou la ligne de but juste avant cet arrêt du jeu.


Exécution

L’un des arbitres laisse tomber le ballon à terre à l’endroit où il se
trouvait au moment où le jeu a été arrêté*.
Infractions et sanctions
La balle à terre doit être recommencée :
• si le ballon est touché par un joueur avant d’être entré en contact
avec le sol ;
• si le ballon quitte le terrain de jeu après avoir rebondi sur le sol sans
qu’un joueur ne l’ait touché.

Conditions particulières
Un coup franc accordé à l’équipe en défense dans sa surface de réparation
peut être joué de n’importe quel endroit de celle-ci.
Un coup franc indirect accordé à l’équipe en attaque dans la surface de
réparation adverse doit être joué de la ligne de réparation, de l’endroit
le plus proche de l’endroit où a eu lieu l’infraction.
Une balle a terre jouée pour reprendre le jeu après une interruption
dans la surface de réparation sera effectuée du point de la ligne
de réparation le plus proche de l’endroit où se trouvait le ballon au
moment de l’interruption du jeu.

X – BALLON EN JEU ET HORS DU JEU


Ballon hors du jeu
Le ballon est hors du jeu quand :
• il a entièrement franchi la ligne de but ou la ligne de touche, que
ce soit à terre ou en l’air ;
• le jeu a été suspendu par les arbitres ;
• il touche le plafond.


Ballon en jeu
Le ballon est en jeu dans toutes les autres situations, y compris quand :
• il rebondit sur le terrain de jeu après avoir touché un montant de
but ou la barre transversale ;
• il rebondit sur l’un des arbitres se trouvant dans le terrain de jeu.


Décisions
Lorsqu’un match est joué en salle et que le ballon touche le plafond,
le jeu reprend par une rentrée de touche accordée à l’équipe
adverse du joueur ayant touché le ballon en dernier. La rentrée
de touche est effectuée du point situé sur la ligne de touche le
plus proche de l’endroit au-dessus duquel le ballon a touché le plafond.
En intérieur, la hauteur de plafond minimale sera précisée par le
règlement de la compétition, mais elle ne pourra être inférieure à 4 mètres.

XI – BUT MARQUÉ


But marqué
Sauf en cas d’enfreinte aux Lois du Jeu de Futsal, un but est marqué
quand le ballon a entièrement franchi la ligne de but entre les montants
de but et sous la barre transversale, à moins qu’un joueur, y compris
le gardien de but, ne l’ait lancé, porté, fait rebondir ou ricocher
intentionnellement sur la main ou le bras.


Equipe victorieuse
L’équipe qui aura marqué le plus grand nombre de buts pendant le
match remporte la victoire. Si les deux équipes marquent le même
nombre de buts ou ne marquent aucun but, le match est déclaré nul.


Règlements des compétitions
Si le règlement de la compétition établit qu’il doit y avoir un gagnant
lorsqu’un match ou une rencontre éliminatoire se termine sur un score
nul, seules les procédures suivantes sont possibles :
• règle des buts marqués à l’extérieur,
• prolongations,
• tirs au but.


Décision

Pour déterminer le vainqueur d’un match ou d’une rencontre éliminatoire,
ne sont autorisés à fi gurer dans le règlement de la compétition
uniquement les procédures approuvées par la FIFA et décrites dans
cette publication.

XII – FAUTES ET COMPORTEMENT ANTISPORTIF


Toute faute ou comportement antisportif doit être sanctionné comme suit :


Coup franc direct
Un coup franc direct est accordé à l’équipe adverse du joueur qui, de
l’avis de l’arbitre, commet par inadvertance, imprudence ou excès de
combativité, l’une des six infractions suivantes :
• donner ou essayer de donner un coup de pied à un adversaire ;
• faire ou essayer de faire un croche-pied à un adversaire, que ce soit
au moyen des jambes ou en se baissant devant ou derrière lui ;
• sauter sur un adversaire ;
• charger un adversaire ;
• frapper ou essayer de frapper un adversaire ;
• bousculer un adversaire.
Un coup franc direct est également accordé à l’équipe adverse du
joueur qui commet l’une des cinq infractions suivantes :
• retenir un adversaire ;
• cracher sur un adversaire ;
• s’élancer pour tenter de jouer le ballon alors qu’un adversaire l’a
déjà joué ou tente de le jouer (tacle glissé). Cela ne s’applique pas
au gardien de but dans sa propre surface de réparation à condition
qu’il ne commette pas de faute par inadvertance, imprudence ou
excès de combativité ;
• interférer avec un adversaire pour se procurer le ballon, en touchant
le joueur avant le ballon ;
• faire intentionnellement une faute de main ; cela ne s’applique pas
au gardien de but dans sa propre surface de réparation.
Tout coup franc direct doit être exécuté à l’endroit où la faute a été
commise, sauf si le coup franc est accordé à l’équipe en défense dans
sa propre surface de réparation, dans quel cas le coup franc peut être
exécuté de n’importe quel endroit à l’intérieur de la surface de réparation.
Les infractions susmentionnées sont des fautes cumulables.

Coup de pied de réparation

Un coup de pied de réparation est accordé quand l’une des infractions
susmentionnées est commise par un joueur dans sa propre surface de
réparation, indépendamment de la position du ballon à ce moment-là,
pourvu qu’il soit en jeu.


Coup franc indirect
Un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse du gardien de
but qui, de l’avis de l’arbitre, commet l’une des infractions suivantes :
• après avoir lancé le ballon, il le retouche avec les mains sans qu’il
n’ait été joué ou touché par un adversaire
• il touche ou contrôle le ballon des mains en le recevant délibérément
d’un coéquipier qui lui a envoyé avec le pied
• il touche ou contrôle le ballon des mains en le recevant directement
d’un coéquipier effectuant une rentrée de touche
• il touche ou contrôle, pendant plus de quatre secondes, le ballon
des mains ou des pieds dans sa propre moitié de terrain.
Un coup franc indirect est aussi accordé à l’équipe adverse à l’endroit
où l’infraction a été commise* si l’arbitre juge que le joueur :
• joue d’une manière dangereuse
• fait délibérément obstacle à l’évolution d’un adversaire
• empêche le gardien de but de lâcher le ballon de ses mains
• commet d’autres infractions non mentionnées dans la Loi 12, pour
lesquelles le match est interrompu afi n d’avertir ou d’expulser un joueur.
Le coup franc indirect est exécuté à l’endroit où l’infraction a été
commise*.

Sanctions disciplinaires
Il n’est possible de donner des cartons jaunes et rouges qu’aux joueurs
titulaires et aux remplaçants.
Les arbitres sont habilités à prendre les mesures disciplinaires qui s’imposent
à partir du moment où ils pénètrent sur le terrain de jeu et
jusqu’au moment où ils le quittent, après le coup de siffl et fi nal.
Infractions passibles d’avertissement
Un joueur ou un remplaçant se voit infl iger un avertissement (carton
jaune) quand il commet l’une des fautes suivantes :
• il se rend coupable d’un comportement antisportif
• il manifeste sa désapprobation en paroles ou en actes
• il enfreint avec persistance les Lois du Jeu de Futsal
• il retarde la reprise du jeu
• il ne respecte pas la distance requise lors de l’exécution d’un coup
de pied de coin, d’une rentrée de touche, d’un coup franc direct
ou d’une sortie de but
• il pénètre ou revient sur le terrain de jeu sans l’autorisation préalable
des arbitres ou il enfreint la procédure de remplacement
• il quitte délibérément le terrain de jeu sans l’autorisation préalable
des arbitres.

Infractions passibles d’expulsion
Un joueur ou un remplaçant est expulsé du terrain de jeu (carton
rouge) lorsqu’il commet l’une des infractions suivantes :
• il se rend coupable d’une faute grossière
• il se rend coupable d’un acte de brutalité
• il crache sur un adversaire ou sur toute autre personne
• il empêche l’équipe adverse de marquer un but ou annihile une
occasion manifeste de but en commettant délibérément une faute
de main (cela ne s’applique pas au gardien de but dans sa propre
surface de réparation)
• il annihile l’occasion manifeste de but d’un adversaire se dirigeant
vers son but, en commettant une infraction passible d’un coup
franc ou d’un coup de pied de réparation
• il tient des propos ou a des gestes blessants, injurieux ou grossiers
• il reçoit un second avertissement au cours du même match.

Décisions

Un joueur expulsé ne peut plus participer au match en cours ni
prendre place sur le banc des remplaçants, et doit quitter les alentours
du terrain de jeu.
Sous réserve d’autorisation du chronométreur, un joueur remplaçant
pourra pénétrer sur le terrain de jeu deux minutes effectives
après l’expulsion de son coéquipier, sauf si un but est marqué
avant que les deux minutes ne se soient écoulées. Dans ce cas, les
dispositions suivantes s’appliquent
• si les équipes jouent à 5 contre 4 et que l’équipe en supériorité
numérique marque un but, l’équipe de 4 joueurs pourra être
complétée par un cinquième joueur
• si les deux équipes jouent avec 4 joueurs et qu’un but est marqué,
la composition des deux équipes restera inchangée
• si les équipes jouent à 5 contre 3 ou à 4 contre 3 et que l’équipe
en supériorité numérique marque un but, l’équipe composée
de 3 joueurs pourra s’adjoindre un seul joueur supplémentaire
• si les deux équipes jouent avec 3 joueurs et qu’un but est marqué,
la composition des deux équipes restera inchangée
• si l’équipe en infériorité numérique marque un but, la composition
des équipes reste inchangée.

Conformément aux termes de la Loi 12, un joueur peut effectuer
une passe au gardien de but de son équipe mais uniquement si
le ballon a passé la ligne médiane et de la tête, de la poitrine ou
du genou, etc. Toutefois, si de l’avis de l’arbitre, un joueur utilise
délibérément un moyen illégal pour contourner la loi tandis que
le ballon est en jeu, le joueur en question se rend coupable d’un
comportement antisportif. Il sera averti, recevra un carton jaune,
et un coup franc indirect sera accordé à l’équipe adverse, du point
où a été commise l’infraction*.
Dans de telles circonstances, il n’est pas important de savoir si le
gardien a ensuite pris ou non le ballon dans ses mains. La faute est
commise par le joueur qui tente d’enfreindre la lettre et l’esprit de
la Loi 12.

Un tacle mettant en danger l’intégrité physique d’un adversaire
doit être sanctionné comme faute grossière.
Tout acte de simulation sur le terrain de jeu ayant pour but de
tromper l’arbitre doit être sanctionné comme comportement antisportif.
Un joueur qui enlève son maillot après avoir inscrit un but recevra
un avertissement pour comportement antisportif.

XIII – COUPS FRANCS


Types de coups francs

Les coups francs sont soit directs, soit indirects.
Pour le coup franc direct comme pour le coup franc indirect, le ballon
doit être immobile au moment de la frappe et l’exécutant ne doit pas
toucher le ballon une seconde fois avant que celui-ci n’ait été touché
par un autre joueur.


Coup franc direct
Si le ballon pénètre directement dans le but de l’équipe adverse, le but
est accordé.


Coup franc indirect
Un but ne peut être marqué que si le ballon entre dans le but après
avoir touché un autre joueur.
Lieu d’exécution du coup franc
Tous les joueurs de l’équipe adverse doivent se trouver au moins à 5 m
du ballon jusqu’à ce qu’il soit en jeu. Le ballon est en jeu dès qu’il est botté ou touché.
Lorsque l’équipe en défense exécute un coup franc à l’intérieur de sa
surface de réparation, tous les joueurs de l’équipe adverse doivent se
trouver à l’extérieur de cette surface. Le ballon est en jeu dès qu’il a
quitté la surface de réparation.

Infractions et sanctions
Quand un joueur de l’équipe adverse ne se trouve pas à la distance
requise lors de l’exécution du coup franc :
• le coup franc est rejoué.
Quand le ballon est en jeu et que l’exécutant touche le ballon une
seconde fois avant que celui-ci n’ait été touché par un autre joueur :
• un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse à l’endroit où
l’infraction a été commise*.
Si l’équipe exécutant le coup franc met plus de 4 secondes à le faire :
• un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse à l’endroit où
l’infraction a été commise*.

Coup franc direct :
• L’un des arbitres signale un coup franc direct en gardant un bras
pointé à l’horizontale dans la direction où doit être exécuté le coup
franc. Il pointe l’index de l’autre bras vers le sol pour indiquer au
troisième arbitre ou à tout autre offi ciel à la table qu’il s’agit d’une
faute cumulable.


Coup franc indirect :
• Les arbitres signalent un coup franc indirect en levant le bras audessus
de leur tête. Ils maintiennent leur bras dans cette position
jusqu’à l’exécution du coup franc indirect et jusqu’à ce que le
ballon touche un autre joueur ou sorte du jeu.

XIV – FAUTES CUMULÉES


Accumulation de fautes
• Tous les coups francs directs mentionnés dans la Loi 12 sont des
fautes cumulables ;
• Les cinq premières fautes cumulées par chaque équipe durant chaque
mi-temps sont enregistrées dans le rapport de match
• les arbitres peuvent interrompre le match ou non, selon s’ils décident
d’appliquer la règle de l’avantage, tant que l’équipe n’a pas
encore commis cinq fautes cumulées, sauf si l’équipe concernée
par la faute avait une occasion manifeste de marquer
• si la règle de l’avantage est appliquée, l’arbitre attend que le ballon
ne soit plus en jeu pour indiquer au chronométreur et au troisième
arbitre, grâce au signal obligatoire, de noter une faute cumulable
• en cas de prolongations, toutes les fautes cumulées durant la
deuxième période du match continueront à se cumuler durant les
prolongations.


Lieu d’exécution du coup franc
Lors des coups francs accordés pour les cinq premières fautes cumulées
par chaque équipe durant chaque période, et tant que le jeu est
interrompu pour ces raisons :
• les joueurs de l’équipe adverse peuvent former un mur pour parer
un coup franc
• tous les joueurs de l’équipe adverse doivent se tenir au moins à
5 m du ballon
• un but peut être marqué directement dans le but de l’équipe
adverse sur ce type de coup franc.

A compter de la sixième faute cumulée par une équipe au cours d’une
période :
• les joueurs de l’équipe adverse ne peuvent former de mur pour
parer un coup franc
• le joueur exécutant le coup franc doit être clairement identifié
• le gardien de but doit rester dans sa surface de réparation à une
distance minimale de 5 m du ballon
• tous les autres joueurs doivent rester sur le terrain de jeu, derrière
une ligne imaginaire tracée à hauteur du ballon, parallèlement à
la ligne de but, à l’extérieur de la surface de réparation. Ils doivent
se tenir au moins à 5 m du ballon sans barrer le passage au joueur
exécutant le coup franc.
Aucun joueur ne doit franchir la ligne imaginaire, tant que le ballon
n’a pas été touché et n’est pas en mouvement.

Exécution (à partir de la sixième faute cumulée)
• Le joueur exécutant le coup franc doit botter le ballon avec l’intention
de marquer un but ; il ne peut passer le ballon à un autre joueur
• Une fois que le coup franc a été exécuté, aucun joueur ne peut toucher
le ballon une seconde fois avant que celui-ci n’ait été touché par
le gardien en défense ou qu’il n’ait rebondi sur un montant de but ou
sur la barre transversale ou qu’il n’ait quitté le terrain de jeu
• Si un joueur commet la sixième faute de son équipe dans la moitié
de terrain adverse ou dans sa propre moitié, devant une ligne imaginaire
parallèle à la ligne médiane et passant par le second point de
réparation à 10 m de la ligne de but, le coup franc doit être exécuté
depuis le second point de réparation. Le second point de réparation
est défi ni dans la Loi 1. Le coup franc doit être exécuté conformément
aux dispositions énoncées sous « Lieu d’exécution du coup franc ».
• Si un joueur commet la sixième faute de son équipe dans sa propre
moitié de terrain entre la ligne des 10 m et la ligne de but mais
hors de la surface de réparation, le coup franc sera exécuté depuis le
second point de réparation ou à l’endroit où a été commise l’infraction,
selon le choix de l’équipe en attaque
• Le temps nécessaire à l’exécution d’un coup franc direct doit être
alloué à la fi n de chaque période ou à la fi n de chaque période de
prolongation.


Infractions et sanctions
Si un joueur de l’équipe en défense enfreint cette Loi du Jeu de Futsal :
• le coup franc doit être rejoué si aucun but n’est marqué,
• le coup franc ne doit pas être recommencé si un but est marqué.
Si un coéquipier du joueur exécutant le coup franc enfreint cette Loi
du Jeu de Futsal :
• le coup franc doit être rejoué si un but est marqué,
• si aucun but n’est marqué, les arbitres interrompent le jeu qui
reprend par un coup franc indirect en faveur de l’équipe en défense,
joué de l’endroit où a eu lieu l’infraction*.
Si l’exécutant transgresse cette Loi du Jeu de Futsal une fois que le
ballon est en jeu :
• un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse à l’endroit où
l’infraction a été commise*.
Si un joueur de l’équipe en défense ou un autre joueur de l’équipe en
attaque enfreint cette Loi du Jeu de Futsal :
• le coup franc est rejoué.
Si le ballon touche un autre objet au moment où il bouge vers l’avant :
• le coup franc est rejoué.
Si le ballon rebondit du gardien, de la transversale ou des poteaux vers
le terrain de jeu, et touche alors tout autre objet :
• les arbitres interrompent le jeu,
• le jeu reprend par une balle à terre jouée de l’endroit où le ballon
a touché l’objet*.

XV – COUP DE PIED DE RÉPARATION


Coup de pied de réparation
Un coup de pied de réparation est infl igé à l’équipe qui, dans sa propre
surface de réparation et lorsque le ballon est en jeu, commet l’une des
infractions pour lesquelles un coup franc direct doit être accordé.
Un but peut être marqué directement sur coup de pied de réparation.
Du temps supplémentaire doit être accordé pour tout coup de pied de
réparation devant être exécuté à la fi n de chacune des périodes du temps
réglementaire ou à la fi n de chacune des deux périodes de prolongation.
Positions respectives du ballon et des joueurs


Le ballon :
• est placé sur le point de réparation.
Le joueur exécutant le coup de pied de réparation :
• est clairement identifi é.
Le gardien de but de l’équipe qui défend :
• reste sur sa propre ligne de but, face à l’exécutant, entre les montants
du but jusqu’à ce que le ballon ait été botté.
Tous les joueurs autres que le tireur doivent se trouver :
• dans les limites du terrain de jeu
• en dehors de la surface de réparation
• derrière ou à côté du point de réparation
• au moins à 5 m du point de réparation.

Exécution
• L’exécutant du coup de pied de réparation botte le ballon en direction
du but
• il ne doit pas jouer le ballon une seconde fois avant que celui-ci ait
été touché par un autre joueur
• le ballon est en jeu dès qu’il a été botté et qu’il s’est déplacé en
direction du but.
Quand un coup de pied de réparation est exécuté pendant le temps
réglementaire ou pendant le temps additionnel prévu en fi n de période
ou en fi n de match, le but est accordé si, avant de passer entre les
montants du but et sous la barre transversale
• le ballon touche l’un ou l’autre ou les deux montants et/ou la barre
transversale et/ou le gardien de but.

Infractions et sanctions
Si un joueur de l’équipe en défense enfreint cette Loi du Jeu de Futsal :
• le coup de pied de réparation doit être rejoué si aucun but n’est marqué,
• le coup de pied de réparation ne doit pas être rejoué si un but est marqué.
Si un coéquipier du joueur exécutant le coup de pied de réparation
enfreint cette Loi du Jeu de Futsal :
• le coup de pied de réparation doit être rejoué si un but est marqué,
• si aucun but n’est marqué, les arbitres interrompent le jeu qui
reprend par un coup franc indirect en faveur de l’équipe en défense,
joué de l’endroit où a eu lieu l’infraction*.
Si l’exécutant transgresse cette Loi du Jeu de Futsal une fois que le


ballon est en jeu :
• un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse à l’endroit où
l’infraction a été commise*.
Si un joueur de l’équipe en défense ou un autre joueur de l’équipe en
attaque enfreint cette Loi du Jeu de Futsal :
• le coup de pied de réparation est rejoué.
Si le ballon touche un autre objet au moment où il bouge vers l’avant :
• le coup franc est rejoué.
Si le ballon rebondit du gardien, de la transversale ou des poteaux vers
le terrain de jeu, et touche alors tout autre objet :
• les arbitres interrompent le jeu,
• le jeu reprend par une balle à terre jouée de l’endroit où le ballon
a touché l’objet*.


Rentrée de touche
La rentrée de touche est une façon de reprendre le jeu :
Un but ne peut être marqué directement sur une rentrée de touche.
Une rentrée de touche est accordée :
• quand le ballon a entièrement franchi la ligne de touche, que ce
soit à terre ou en l’air, ou a touché le plafond ;
• à l’endroit où le ballon a franchi la ligne de touche ;
• à l’équipe adverse du joueur qui a touché en dernier le ballon.
Positions respectives du ballon et des joueurs


Le ballon :
• doit être placé, immobile, sur la ligne de touche ;
• est remis en jeu du pied dans une direction quelconque, à l’intérieur
du terrain.
Le joueur exécutant la rentrée de touche :
• doit avoir, au moins partiellement, un pied soit sur la ligne de
touche, soit à l’extérieur de cette ligne au moment de botter leballon.
Les joueurs de l’équipe en défense :
• doivent se tenir au moins à 5 m du point où la rentrée de touche
est effectuée.


Exécution
• L’exécutant doit procéder à la rentrée de touche dans les 4 secondes
à compter de l’instant où il prend possession du ballon,
• l’exécutant ne doit pas rejouer le ballon avant que celui-ci ait été
touché par un autre joueur,
• le ballon est en jeu dès l’instant où il se trouve dans le terrain de
jeu.


XVI – RENTRÉE DE TOUCHE


Infractions et sanctions
Un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse si :
• le joueur exécutant la rentrée de touche joue le ballon une seconde
fois avant que celui-ci ait été touché par un autre joueur. Le
coup franc indirect est exécuté à l’endroit où l’infraction a été commise*.
La rentrée de touche est recommencée par un joueur de l’équipe adverse :
• si le ballon n’est pas remis en jeu correctement ;
• si la rentrée de touche est effectuée à un endroit autre que le point
où le ballon a franchi la ligne de touche ;
• si la rentrée de touche n’est pas effectuée dans les 4 secondes à
compter de l’instant où l’exécutant prend possession du ballon ;
• lorsqu’une autre infraction à cette Loi du Jeu de Futsal est commise.
Si un adversaire distrait ou perturbe de manière incorrecte le joueur
effectuant la rentrée de touche :
• il sera averti d’un carton jaune pour comportement antisportif.

Sortie de but
La sorti

e de but est une façon de reprendre le jeu.
Un but ne peut être marqué directement sur une sortie de but.
Une sortie de but est accordée :
• quand le ballon, touché en dernier par un joueur de l’équipe attaquante,
a entièrement franchi la ligne de but, soit à terre, soit en
l’air, sans qu’un but n’ait été marqué conformément à la Loi 11.


Exécution
• Le ballon est dégagé à la main d’un point quelconque de la surface
de réparation par le gardien de but de l’équipe en défense,
• les joueurs de l’équipe adverse doivent se tenir en dehors de la
surface de réparation jusqu’à ce que le ballon soit en jeu,
• le gardien de but ne peut pas jouer le ballon une seconde fois
avant qu’il ait été touché par un adversaire ou qu’il ait traversé la
ligne médiane,
• le ballon est en jeu dès qu’il est directement sorti de la surface de
réparation.

XVII – SORTIE DE BUT


Infractions et sanctions
Si le ballon n’est pas sorti directement de la surface de réparation :
• la sortie de but doit être rejouée.
Si le ballon est en jeu et que le gardien touche le ballon une seconde
fois avant que celui-ci n’ait été touché par un adversaire ou ait franchi
la ligne médiane :
• un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse à l’endroit où
l’infraction a été commise*.
Si la sortie de but n’est pas exécutée dans les 4 secondes à compter
de l’instant où le gardien prend possession du ballon :
• un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse, joué depuis
la ligne de réparation, au point le plus proche de l’endroit où l’infraction
a été commise.

XVIII – COUP DE PIED DE COIN


Coup de pied de coin
Le coup de pied de coin est une façon de reprendre le jeu.
Un but peut être marqué directement sur coup de pied de coin, mais
uniquement contre l’équipe adverse.
Un coup de pied de coin est accordé :
• quand le ballon, touché en dernier par un joueur de l’équipe en
défense, a entièrement franchi la ligne de but, soit à terre, soit en
l’air, sans qu’un but n’ait été marqué conformément à la Loi 11.


Exécution
• Le ballon est placé dans l’arc de cercle du coin le plus proche,
• les joueurs de l’équipe adverse doivent se tenir au moins à 5 m du
quart de cercle jusqu’à ce que le ballon soit en jeu,
• le ballon est botté par un joueur de l’équipe en attaque,
• le ballon est en jeu dès qu’il a été botté et qu’il est en mouvement,
• l’exécutant ne peut pas toucher le ballon une seconde fois avant
que celui-ci ait été touché par un autre joueur.

Infractions et sanctions
Un coup franc indirect est accordé à l’équipe adverse si :
• l’exécutant touche le ballon une seconde fois avant que celui-ci ait
été touché ou joué par un autre joueur. Le coup franc indirect est
exécuté à l’endroit où l’infraction a été commise*,
• si le coup de pied de coin n’est pas exécuté dans les 4 secondes
à compter de l’instant où l’exécutant prend possession du ballon.
Le coup franc indirect est exécuté depuis l’arc de cercle de coin.
Pour toute autre infraction à cette Loi du Jeu de Futsal :
• le coup de pied de coin est rejoué.

PROCÉDURES POUR DÉTERMINER LE VAINQUEUR D’UN MATCH
OU D’UN MATCH DE BARRAGE


Procédures pour déterminer le vainqueur d’un match ou d’un match de barrage
Les buts marqués à l’extérieur, les prolongations, ainsi que les tirs au
but sont les méthodes permettant de déterminer le vainqueur quand
le règlement de la compétition exige qu’il y ait une équipe victorieuse
au terme d’un match achevé sur un score nul.
Buts marqués à l’extérieur
Si les équipes disputent des matches aller-retour et qu’elles sont à égalité
sur l’ensemble des deux matches, le règlement de la compétition
peut stipuler que tout but marqué sur le terrain de l’équipe adverse compte double.


Prolongations
• Les prolongations sont composées de deux périodes de cinq minutes chacune.
• Si le score est toujours nul à l’issue des deux périodes de prolongations,
le vainqueur du match sera déterminé par la séance des tirs au but.


Tirs au but
• L’arbitre choisit le but contre lequel les tirs au but doivent être exécutés ;
• L’arbitre procède, au moyen d’une pièce de monnaie, au tirage au
sort et l’équipe dont le capitaine remporte le tirage au sort décide
d’exécuter soit le premier, soit le second tir ;
• L’arbitre et le chronométreur consignent par écrit chaque tir au but effectué ;
• Les deux équipes exécutent chacune cinq tirs au but, conformément
aux dispositions mentionnées ci-dessous ;
• Les tirs sont exécutés alternativement par chaque équipe ;
• Si, avant que les deux équipes n’aient exécuté leurs cinq tirs, l’une
d’elles marque plus de buts que l’autre ne pourra jamais en marquer
même en fi nissant sa série de tirs, l’épreuve n’est pas poursuivie
;• Si, après que les deux équipes ont exécuté leurs cinq tirs, toutes
deux ont marqué le même nombre de buts ou n’en ont marqué
aucun, l’épreuve est poursuivie dans le même ordre jusqu’à ce
qu’une équipe ait marqué un but de plus que l’autre au terme du
même nombre de tentatives ;
• Tous les joueurs et remplaçants sont autorisés à exécuter les tirs au but ;
• Chaque tir est exécuté par un joueur différent, et tous les joueurs
désignés doivent avoir exécuté un premier tir avant que l’un d’eux
ne puisse en exécuter un second ;
• Tout joueur désigné peut à tout moment remplacer le gardien de
but pendant l’épreuve des tirs au but ;
• Seuls les joueurs désignés et les offi ciels de match sont autorisés à
rester sur le terrain de jeu pendant l’épreuve des tirs au but ;
• Pendant l’épreuve des tirs au but, tous les joueurs éligibles doivent
rester dans la moitié de terrain opposée avec le troisième arbitre,
à l’exception de l’exécutant ainsi que des deux gardiens de but ;
• Le gardien dont le coéquipier exécute le tir au but doit rester sur le
terrain de jeu et ce, hors de la surface de réparation dans laquelle
les tirs sont joués, à l’intersection de ligne de but et de la ligne de réparation ;
• A défaut d’autres dispositions, les dispositions correspondantes
des Lois du Jeu de Futsal et les décisions de l’International Football
Association Board sont appliquées lors de l’épreuve des tirs au but ;
• Si à la fi n du match, une équipe compte plus de joueurs, entre
titulaires et remplaçants, que son adversaire, il conviendra de faire
en sorte que les deux équipes ont le même nombre de joueurs
et d’informer l’arbitre des noms et des numéros des joueurs qui
ne participeront pas à la séance des tirs au but. Le capitaine de
l’équipe est chargée de cette tâche.
• Avant de commencer l’épreuve des tirs au but, l’arbitre s’assure
qu’un nombre égal de joueurs habilités à participer à l’épreuve se
trouvent dans la moitié de terrain opposée à celle où sont effectués
les tirs.


INSTRUCTIONS SUPPLÉMENTAIRES POUR ARBITRES,
DEUXIÈMES ARBITRES, TROISIÈMES ARBITRES ET CHRONOMÉTREURS


Les instructions supplémentaires suivantes pour arbitres, deuxièmes
arbitres, troisièmes arbitres et chronométreurs doivent permettre de
clarifi er certains points, pour une meilleure application des Lois du Jeu de Futsal.
Le futsal est un sport de compétition, dont le contact physique entre
joueurs représente un aspect normal et acceptable. Ce faisant, les
joueurs doivent toutefois respecter les Lois du Jeu de Futsal et les principes du fair-play.
Se rendre coupable d’une faute grossière ou d’un acte de brutalité
sont deux fautes passibles d’expulsion dans la Loi 12 compte tenu du
niveau inacceptable d’agression physique.


Faute grossière
Un joueur se rend coupable d’une faute grossière s’il agit avec force
excessive ou brutalité envers un adversaire au moment où ils disputent
le ballon quand il est en jeu.
Tout joueur qui assène un coup à un adversaire au moment où ils
disputent le ballon, de devant, de côté ou de derrière, avec l’une ou
les deux jambes, avec une force excessive, menaçant la santé physique
d’un adversaire, se rend coupable d’une faute grossière.


Acte de brutalité

Un acte de brutalité peut se produire sur le terrain de jeu ou à l’extérieur
de ses limites, que le ballon soit en jeu ou non. Un joueur est
coupable d’un acte de brutalité s’il agit avec force excessive ou brutalité
envers un adversaire alors qu’ils ne disputent pas le ballon.
Il se rend également coupable d’un acte de brutalité s’il agit avec force
excessive ou brutalité envers un coéquipier ou toute autre personne.

Fautes à l’encontre du gardien de but
Il est rappelé aux arbitres que :
• empêcher le gardien de but de lâcher le ballon, de le lancer, ou de
le dégager des mains est une faute,
• un joueur doit être pénalisé pour jeu dangereux s’il botte ou tente
de botter le ballon lorsque le gardien de but est en train de lâcher
le ballon, de le lancer ou de le dégager des mains,
• entraver de façon antisportive les mouvements du gardien de but
lors de l’exécution d’un coup de pied de coin est une faute.


Faire écran au ballon
Il n’y a pas faute si un joueur fait écran à un ballon à distance de jeu
sans utiliser ses bras.
Par contre, s’il empêche un adversaire de disputer le ballon en utilisant,
de manière illégale, la main, le bras, la jambe ou toute autre partie du
corps, son action doit être sanctionnée par un coup franc direct, ou
un coup de pied de réparation si la faute a été commise à l’intérieur
de la surface de réparation.


Ciseau ou bicyclette
Un ciseau ou une bicyclette est autorisé si, de l’avis de l’arbitre, cela
ne représente pas un danger pour un adversaire.
Toucher délibérément le ballon des mains
Il est rappelé aux arbitres que, normalement, toucher délibérément le
ballon des mains est seulement pénalisé par un coup franc direct ou
un coup de pied de réparation si la faute s’est produite à l’intérieur
de la surface de réparation. Cela ne constitue normalement pas une
faute passible d’avertissement ou d’expulsion.

Annihiler une occasion de but manifeste
Un joueur est expulsé du terrain de jeu s’il empêche l’équipe adverse
de marquer ou annihile une occasion de but manifeste en touchant
délibérément le ballon des mains. La sanction énoncée dans la loi correspondante
n’est pas dictée par le fait que le joueur a délibérément
touché le ballon des mains mais par son intervention inacceptable et
déloyale, ayant empêché l’équipe adverse de marquer un but.
Avertissement pour comportement antisportif en touchant
délibérément le ballon des mains
Il y a des circonstances pour lesquelles, en plus d’accorder un coup
franc à l’équipe adverse, un avertissement doit également être infl igé
à un joueur pour comportement antisportif, p. ex. lorsqu’un joueur :
• touche délibérément et ostensiblement le ballon des mains pour
empêcher un adversaire d’en prendre possession,
• tente de marquer un but en touchant délibérément le ballon des mains.


Tenir un adversaire
Il est couramment reproché aux arbitres de ne pas identifi er et sanctionner
correctement le fait de tenir un adversaire.
Ne pas sanctionner adéquatement le fait de tirer le maillot ou de tenir
par le bras peut donner lieu à des situations confl ictuelles et c’est
pourquoi, il est instamment recommandé aux arbitres d’intervenir
rapidement et avec fermeté conformément à la Loi 12.
Normalement, cette faute est simplement sanctionnée par un coup
franc direct ou un coup de pied de réparation mais, dans certaines
circonstances, une sanction supplémentaire s’impose, à savoir :
• un avertissement pour comportement antisportif est requis si un
joueur tient un adversaire pour l’empêcher de prendre possession
du ballon ou de se placer dans une position avantageuse,
• un joueur doit être expulsé s’il annihile une occasion de but manifeste
en tenant un adversaire.


Règle de l’avantage
Lorsqu’une équipe comptant cinq fautes cumulable commet une faute
sanctionnée par un coup franc direct ou un coup de pied de réparation,
sauf lorsqu’il y a une occasion de but manifeste, les arbitres doivent
sanctionner ce coup franc direct ou coup de pied de réparation.
Par contre, si la faute commise doit être sanctionnée par un coup
franc indirect en accord avec la Loi 12, les arbitres doivent appliquer
l’avantage afi n de favoriser la fl uidité du jeu, tant que l’application de
cette règle n’entraîne pas de réaction négative ni ne porte préjudice
à l’équipe contre laquelle la faute a été commise.


Exécution de coups francs
Il est rappelé aux arbitres qu’un joueur doit recevoir un avertissement si :
• il ne respecte pas la distance requise lors de la reprise du jeu.
Coup de pied de réparation
Se tenir à moins de 5 m du point de réparation avant que le coup de
pied de réparation ne soit joué constitue une faute. Le gardien enfreint
aussi les lois s’il bouge de sa ligne de but avant que le ballon ne soit botté.


Les arbitres doivent prendre les mesures appropriées lorsque les joueurs
enfreignent cette loi.

Coups francs du second point de réparation et coups francs directs sans mur
Si le gardien se place à moins de 5 m du ballon avant que le coup franc
ne soit joué, il enfreint les règles. Il va aussi à l’encontre des règles
s’il se tient hors de la surface de réparation avant que le ballon soit botté.


Tous les autres joueurs, à l’exception de l’exécutant, doivent se tenir
derrière une ligne imaginaire alignée avec le ballon et parallèle à la
ligne de but, à l’extérieur de la surface de réparation et à 5 m du
ballon jusqu’à ce que celui-ci soit en jeu.
Les arbitres doivent prendre les mesures appropriées lorsque les joueurs
enfreignent cette Loi.


Infractions du gardien de but
Il est rappelé aux arbitres qu’un gardien de but n’est pas autorisé à
tenir le ballon dans les mains ou au pied (dans sa moitié de terrain)
pendant plus de quatre secondes. Cette faute est pénalisée par un
coup franc indirect*.


Infractions avec persistance
Les arbitres doivent toujours veiller aux joueurs qui enfreignent avec
persistance les Lois du Jeu de Futsal. En particulier, il doivent avoir
conscience du fait que même si un joueur commet un certain nombre
d’infractions de natures différentes, il doit tout de même être averti
pour infraction persistante aux Lois du Jeu de Futsal.

Attitude envers le corps arbitral
Le capitaine de l’équipe n’a pas de statut spécial ou de privilèges aux
termes des Lois du Jeu de Futsal, mais il est dans une certaine mesure
responsable du comportement de son équipe.
Un joueur manifestant sa désapprobation des décisions d’un membre
du corps arbitral doit recevoir un avertissement.
Un joueur agressant un membre du corps arbitral ou tenant des propos
ou des gestes blessants, injurieux ou grossiers doit être expulsé du
terrain de jeu.


Simulation
Un joueur essayant de tromper les arbitres en feignant d’être blessé ou
en faisant semblant d’être victime d’une faute est coupable de simulation
et doit recevoir un avertissement pour comportement antisportif.
Si le jeu a été interrompu par la faute, il reprendra par un coup franc
indirect joué de l’endroit où l’infraction a été commise*.


Retarder la reprise du jeu
Les arbitres doivent infl iger un avertissement aux joueurs qui retardent
la reprise du jeu en recourant à des manoeuvres telles que :
• exécuter un coup franc depuis une mauvaise position dans le seul
but de forcer l’arbitre à ordonner que le coup franc soit recommencé,
• botter ou envoyer le ballon au loin après que l’arbitre a stoppé le jeu,
• provoquer délibérément une altercation en touchant le ballon
après que l’arbitre a arrêté le jeu.

Célébration d’un but
S’il est autorisé à un joueur d’exprimer sa joie lorsqu’un but est marqué,
cette effusion ne doit pas être excessive.
Dans la circulaire n° 579, la FIFA a reconnu comme étant permis ce
genre de manifestations de joie. Toutefois, les célébrations « orchestrées
» ne doivent pas être encouragées si elles entraînent une perte
de temps et les arbitres doivent alors intervenir.
Un joueur reçoit un avertissement quand :
• il fait des gestes provocateurs, moqueurs ou incendiaires,
• il quitte le terrain de jeu pour accéder à la zone où se trouve le
public pour célébrer un but qui vient d’être marqué,
• il enlève son maillot par la tête ou recouvre sa tête avec le maillot.


Quitter le terrain pour célébrer un but n’est pas une faute passible
d’avertissement en soi, mais il est indispensable que les joueurs reviennent
sur le terrain de jeu aussi rapidement que possible.
Il est attendu des arbitres qu’ils adoptent une attitude préventive et
fassent preuve de bon sens dans ce genre de situation.


Rafraîchissements
Les joueurs sont autorisés à se rafraîchir en buvant lors d’un arrêt de
jeu, mais uniquement sur la ligne de touche. Il est interdit de jeter des
bouteilles en plastique ou tout autre récipient sur le terrain de jeu.

Equipement de base des joueurs
Gardiens de but :
• chaque gardien doit porter une tenue aux couleurs le distinguant
clairement des autres joueurs et des arbitres,
• si la couleur des maillots des gardiens est la même et qu’aucun
des deux n’a de maillot de réserve, l’arbitre autorise le début du
match.
Autre équipement des joueurs :
• un joueur doit s’assurer que son équipement ne contient pas d’objets
pouvant constituer un danger pour lui-même ou tout autre joueur,
• les équipements de protection moderne comme des bandeaux
rembourrés, des masques faciaux, des genouillères et des protège-
coudes en matériau souple, légers et rembourrés ne sont pas
considérés comme dangereux et sont donc autorisés,
• grâce aux nouvelles technologies, les lunettes de sport sont très
sûres, tant pour le joueur qui les porte que pour les autres joueurs.
Les arbitres sont invités à faire preuve de tolérance pour leur utilisation.


Sécurité
Les joueurs ne sont pas autorisés à utiliser tout objet représentant un
danger pour eux-mêmes comme pour les autres joueurs (y compris
tout type de bijoux).

Bijoux
Tous les bijoux sont potentiellement dangereux. Le joueurs ne sont pas
autorisés à utiliser du sparadrap pour les recouvrir.
Les bagues, boucles d’oreilles, bracelets et colliers de tout matériau ne
sont pas nécessaires au jeu et ne peuvent qu’entraîner des blessures.
Le terme « dangereux » peut parfois être ambigu et, par souci d’uniformité
et de cohérence, tout type de bijou est donc interdit, tant pour
les joueurs que pour les remplaçants et les arbitres.
Recouvrir les bijoux ne constitue pas une protection suffi sante.
Afi n d’éviter des problèmes de dernière minute, les équipes sont
tenues d’informer leurs joueurs à l’avance de cette interdiction.


Traitement des joueurs blessés
L’arbitre doit suivre les instructions suivantes en cas de blessure d’unjoueur :
• laisser le jeu se poursuivre jusqu’à ce que le ballon soit hors du jeu
si, à son avis, un joueur n’est que légèrement blessé,
• arrêter le match si, à son avis, un joueur est sérieusement blessé,
• après avoir interrogé le joueur blessé, l’arbitre autorise un, ou tout
au plus deux médecins, à pénétrer sur le terrain de jeu pour diagnostiquer
le type de blessure et faire en sorte que le joueur quitte
le terrain rapidement et en toute sécurité,
• les brancardiers pénètrent le cas échéant sur le terrain de jeu en
même temps que les médecins pour permettre une évacuation du
joueur la plus rapide possible,
• l’arbitre fait en sorte qu’un joueur blessé soit transporté en dehors
du terrain en toute sécurité,
• un joueur n’est pas autorisé à être soigné sur le terrain de jeu,
• tout joueur souffrant d’une plaie qui saigne doit quitter le terrain ;
il ne pourra y revenir que sur un signe de l’arbitre après que celuici
s’est assuré que le saignement s’est arrêté. Un joueur ne peut
porter de vêtements tâchés de sang,
• dès que l’arbitre a autorisé les médecins à pénétrer sur le terrain
de jeu, le joueur doit quitter le terrain, soit sur un brancard soit à
pied ; si un joueur ne respecte pas cette règle, il sera averti pour
avoir retardé la reprise du jeu,
• un joueur blessé, s’il n’a pas été remplacé, ne pourra retourner sur
le terrain de jeu qu’une fois que le jeu aura repris,
• un joueur blessé n’est pas tenu de quitter le terrain de jeu par la
zone de remplacement, il peut le faire à n’importe quel endroit,
• un joueur blessé ayant abandonné ou ayant dû abandonner le
terrain de jeu peut être remplacé mais le remplaçant doit pénétrer
sur le terrain par la zone de remplacement,
• un joueur blessé, s’il n’a pas été remplacé, ne pourra regagner le
terrain de jeu qu’au niveau de la ligne de touche lorsque le ballon
est en jeu. Si le ballon n’est pas en jeu, le joueur blessé pourra
regagner le terrain de jeu depuis l’une des lignes de démarcation
quelconques du terrain de jeu,
• seuls les arbitres peuvent autoriser un joueur blessé qui n’a pas été
remplacé à regagner le terrain de jeu, que le ballon soit en jeu ou non,
• si le jeu n’a pas été interrompu pour une autre raison, ou si la
blessure subie par un joueur ne résulte pas d’une enfreinte aux
Lois du Jeu de Futsal, l’arbitre fait reprendre le match par une
balle à terre, de l’endroit où se trouvait le ballon au moment de l’interruption*.


Exceptions
Cette réglementation admet uniquement des exceptions dans les cas suivants :
• blessure du gardien de but,
• collision entre un gardien de but et un joueur de champ nécessitant
des soins immédiats,
• blessure sérieuse comme une langue avalée, une commotion cérébrale,
une jambe cassée, etc.

Commenter cet article