NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Réflexions politiques sur le 18e arrondissement

Station Lamarck-Caulaincourt : un tag qui en dit long…

 

11012011303-metro-lamarck-caulaincourt-afficheLes vœux adressés par la RATP à la station Lamarck-Caulaincourt provoque la réaction musclée d’un usager. 

Celui-ci s’indigne des pannes répétées et de la saleté de l’ascenseur de cette station. Son inscription murale, sur l’affiche même de la RATP, est sans appel. Alors que « la RATP [nous] souhaite une année 2011 pleine de poésie », il répond : « Et des ascenseurs propres et qui fonctionnent à Lamarck, c’est pour quand ?? »

11012011-metro-lamarck-caulaincourt-affiche

Les ascenseurs des stations Lamarck-Caulaincourt et Abbesses sont fréquemment critiqués par les usagers. Lors du conseil d’arrondissement de novembre 2010, les élus ont adopté un vœu proposé par Pierre-Yves Bournazel. Ce vœu demande aux présidents de la RATP et de la Région les investissements nécessaires pour garantir la qualité du service public dans ces stations. Sujet à suivre donc…

 

P.S. : évidemment la seconde inscription murale, qui répond à la première, se passe de commentaires…

 

 

 

 

 

 

 

La concertation sur les étalages et terrasses avance lentement


reunion-concertation-terrasses-etalages-10jan11Lors de cette concertation organisée dans la salle des Fêtes de la Mairie, une soixantaine de participants ont pu exprimer leurs avis sur le projet d’un nouveau règlement concernant les terrasses et les étalages. Au final, ce débat animé montre la nécessité de trouver l’équilibre entre l’activité de nos quartiers et la facilité de circulation des piétons. 

Présentation du projet

Après un exposé de Daniel Vaillant sur les grands principes qui guident ce nouveau règlement, la Direction de l’Urbanisme présentait les points importants du projet :

  • Esthétique (autour du mobilier notamment)
  • Développement durable avec l’interdiction du chauffage au gaz des terrasses extérieures
  • Dispositifs autorisables avec des contre-étalages permanents, des terrasses fermées, des contre-terrasses sur chaussée
  • 1m60 minimum pour le cheminement des piétons

Les participants soulignent différentes réserves, notamment le fait que 1m60 ne soit pas suffisant sur certains axes (Bd Rochechouart par exemple). Ils insistent sur la faiblesse des amendes qui ne seraient pas dissuasives (35€ si l’amende est immédiate ou + de 1500€ s’il y a passage devant les tribunaux) et le manque de contrôles.

De leurs côtés, les commerçants présents lors de la réunion indiquent que leur demande  de terrasses traînent pendant des mois auprès de la Mairie. Valérie, restauratrice rue Damrémont & rue Custine, précise : « depuis le mois de mars 2010, j’attends la réponse à ma demande de terrasses. On aurait dû me répondre en 3 mois normalement. En attendant, sans autorisation, j’ai été verbalisée plusieurs fois. En cas de fermeture administrative, 27 salariés sont menacés. » Le nouveau patron du bar « La Cigale » a connu le même problème. Il insiste aussi sur les investissements engagés : « Quand nous investissons pour racheter un établissement, nous avons besoin de visibilité sur le chiffre d’affaire. Si la loi change trop souvent, nous ne pouvons pas nous en sortir. »

Les commerçants ne sont pas des patrons du CAC 40

Dans cette réunion, il m’a semblé qu’une partie de la salle était trop hostile aux commerçants. Elle demandait même d’augmenter le prix des redevances perçues par la Mairie pour les terrasses. Je suis donc intervenu pour rappeler que les commerçants ne sont pas des multimillionnaires et qu’ils doivent se battre en temps de crise pour s’en sortir. Croire qu’ils profitent là d’une aubaine fiscale est injuste et montre une méconnaissance de ce secteur.

Dans cette période économique difficile, il faut défendre courageusement ceux qui ont encore un commerce, un lieu de vie. Les élus Felix Beppo, Afaf Gabelotaud et Pierre-Yves Bournazel ont insisté sur la nécessité de trouver le juste équilibre entre l’activité des commerces et le cheminement des piétons. Le débat arrive fin janvier en conseil d’arrondissement suite au vœu du conseil de quartier Montmartre.

Malheureusement, comme il n’y a pas de date prévue pour le vote du nouveau règlement, la situation risque de rester inchangée pendant quelques temps encore.

Nicolas JAMMES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article