NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Et la montagne accoucha d’une « Place de Clichy »…


inauguration-place-de-clichy-3nov2010À bien y regarder de près, la place de Clichy après sa rénovation ne paraît pas très différente. Malgré des aménagements pour faciliter la circulation des piétons entre les boulevards des Batignolles et de Clichy, l’installation d’une station Vélib’ et l’agrandissement de quelques trottoirs, le problème de fond reste entier : les déplacements urbains dans ce secteur sont toujours aussi infernaux ! 

Photos du 3 novembre

Voici quelques photos prises lors de l’inauguration le 3 novembre : beaucoup de monde, beaucoup d’élus, beaucoup de journalistes…

 

Des déplacements toujours difficiles

Pour ma part, je ne peux m’empêcher de regretter que les travaux de la place de Clichy aient été aussi coûteux et aussi longs pour un résultat aussi peu significatif. Plusieurs millions d’euros et plus d’un an de chantier laissaient espérer une amélioration de la place. Malheureusement, la qualité des déplacements urbains, qui est le réel challenge de ce secteur, est toujours aussi médiocre. Le métro est toujours saturé, les bus circulent toujours aussi difficilement et même les cyclistes ne sont pas satisfaits par les nouvelles pistes cyclables… À part les piétons, qui peut se satisfaire de la nouvelle configuration de cette place ?

Nicolas JAMMES

PS : de la manipulation politique ?

DSCN0936La place de Clichy est au carrefour de 4 arrondissements. 2 sont gérés par des mairies de gauche et 2 par des mairies de droite. Cependant, lors de l’inauguration, on pouvait remarquer que les ballons pour décorer la place étaient aux couleurs rose et verte, comme celles des 2 partis politiques majeurs de la gauche. Hasard ou pas ? Avec le cynisme dont font parfois preuve les responsables de la communication politique, on peut se poser la question…

 

 

 

 

 

 

 

 

Le conseil de quartier Amiraux-Simplon-Poissonniers s’inquiète pour ses « jeunes »


DSCN0906Présidé par Michel Lacasse, ce conseil de quartier réunissait une trentaine de participants pour échanger sur le thème des « jeunes ». Ah « les jeunes », encore faut-il savoir ce qui se cache derrière ce terme ! 

À quoi reconnait-on un « jeune » ?

Pour ma part, j’ai bien compris qu’à 33 ans, je n’étais plus dans cette famille-là… Hélas ! Ou heureusement, car dans cette réunion, « jeunes » signifiait la plupart du temps « individus âgés de moins de 18 ans qui posent problème ». Ils seraient a priori une cinquantaine à inquiéter le quartier.

Lors de ce conseil, différents projets ou réalisations ont été détaillées. Par exemple, la bourse aux stages doit faciliter le rapprochement entre les « jeunes », qui cherchent un stage, et les entrepreneurs du 18e.

Beaucoup de participants déplorent que les informations locales soient mal relayées. Par exemple, de nombreux jeunes n’auraient pas été au courant du festival « Eole Mix » (http://www.mairie18.paris.fr/mairie18/document?id=16221&id_attribute=127 ).

Le manque de locaux est un sujet plusieurs fois évoqué lors de ce conseil de quartier. « Les jeunes sont obligés de jouer aux cartes dans la rue », dixit Bernard Philippon, directeur de l’école Championnet. L’ouverture du centre d’animation des Poissonniers n’est pourtant pas pour tout de suite, car l’étude de ce projet ne commencera qu’en fin de mandature, vers 2012.

L’insécurité en toile de fond de la réunion

Régulièrement, la réunion revient sur les problèmes de sécurité (ex rue du roi d’Alger) ou sur la prostitution (au passage Duhesme par exemple). Nafissa Lamothe, éducatrice au GRAJAR, explique que « les jeunes sont dans un enfermement, ils ne se rendent pas compte ». Elle préconise de les impliquer sur les événements organisés dans le quartier pour les réintégrer socialement.

Se pose aussi la question de la responsabilité des familles. Certains participants déplorent la démission des parents, tandis que d’autres estiment que ces parents sont victimes de leurs activités professionnelles, notamment dans le cas des familles monoparentales (par exemple les mères célibataires qui exercent en tant qu’infirmières, femmes de ménage, etc.).

Un manque cruel de solutions nouvelles

Au final, ce conseil de quartier public permet de recueillir de nombreux témoignages sur la jeunesse, mais il se fait en l’absence des principaux intéressés. Il ne me semble pas apporter de solutions nouvelles, comme si le sujet avait été épuisé par de nombreuses consultations*. La persistance des problèmes prouve pourtant que tout n’est pas réglé.

Nicolas JAMMES

* En mai dernier, une « rencontre pour la jeunesse » avait par exemple eu lieu à la Mairie du 18e (cf. le « 18 ensemble » de septembre 2010).

 

 

 

 

 

 

 

 

Les conseils de quartier du dernier trimestre 2010


20100313-cq-montmartre-p1

A noter les dates des prochains conseils de quartier publics pour cette fin d’année 2010 (source : site Internet de la Mairie du 18e)


 

Conseil de quartier Grandes Carrières-Clichy

mardi 9 novembre 2010

à 19h00

Ecole élémentaire 65 rue damrémont, paris 18e

Conseil de quartier Charles Hermite Evangile

lundi 22 novembre 2010

à 19h00

lieu à déterminer

Conseil de quartier Goutte d’Or-Château Rouge

mardi 23 novembre 2010

à 19h30

Ecole élémentaire 5 rue pierre budin, paris 18e

Conseil de quartier Montmartre

mardi 30 novembre 2010

à 19h00

lieu à déterminer

Conseil de quartier Clignancourt-Jules Joffrin

mardi 7 décembre 2010

à 19h00

Ecole élémentaire 5 rue ferdinand flocon, paris 18e

 

 

 

 

 

 

 

Le 18e la nuit


Paris18-la-nuitLa Mairie de Paris invite les conseillers de quartier à donner leurs avis sur la vie nocturne dans leur quartier. Bizarrement, je ne vois pas trop pourquoi ce questionnaire n’est destiné qu’à ces conseillers. Pourquoi ne pas demander à l’ensemble de la population ce qu’elle pense des nuits à Paris ? 

Répondre au questionnaire

Je vous invite donc à répondre à ce questionnaire, même si vous n’êtes pas conseiller de quartier. Plus le nombre de répondants sera grand, plus les résultats de l’étude seront représentatifs de l’opinion générale.

Le questionnaire se trouve ici : https://teleservices.paris.fr/form/jsp/site/Portal.jsp?page=form&id_form=5

Vous avez jusqu’au 31 octobre pour répondre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le square Norvins victime de dégradations


square-norvins-15092010-036Alerté par le commentaire déposé par Zik l, je décidais de me rendre au square Norvins pour constater son état. 8 mois après son ouverture, ce square présente des signes inquiétants de dégradation. 

À peine ouvert, à moitié fermé !

À première vue, ce jardin a toutes les raisons d’être un havre de paix précieux dans un quartier qui manque d’espaces verts. Situé en plein Montmartre, sa vue plongeante sur l’avenue Junot a tout pour reposer les passants épuisés par les pentes vertigineuses de la butte.
square-norvins-15092010-040
Cependant, alors qu’il n’est ouvert que depuis 8 mois, on note déjà des actes de dégradation. Panneau et bancs taggés, grillage posé à la va-vite, bouteille à l’abandon troublent vite l’esprit du promeneur en quête de tranquillité…

square-norvins-15092010-039

square-norvins-15092010-041square-norvins-15092010-042

Dans l’attente d’explications

On constate aussi que le square est désormais à moitié fermé. Y a-t-il des problèmes de sécurité ? Faut-il laisser certaines plantes grandir à l’abri des passants ? Mystère…

Je viens de demander des explications à 2 élus : un élu de la majorité (Bruno Sarre) et un de l’opposition (Pierre-Yves Bournazel). J’attends leurs réponses et vous tiens au courant.

Nicolas JAMMES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Images du 18e

Lettre d’information

Soyez prévenu(e) de l'actualité politique du 18e en vous abonnant à la lettre d'information d'Agora Paris 18 !

Commenter cet article