NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

L'homme grièvement blessé mardi soir dans des  locaux de la police parisienne dans le XVIIIème arrondissement était mercredi matin dans le coma, a-t-on  appris de sources policières. Philippe C, 35 ans, aurait été victime d'un malaise après une chute dans le commissariat central de cet arrondissement. Il a été transporté mardi soir et admis, dans un état jugé très sérieux, à l'hôpital Henri Mondor de Créteil, dans le Val-de-Marne, où il se trouvait dans le coma mercredi matin.

Selon les premiers éléments de l'enquête de l'Inspection générale des services (IGS - "police des polices"), l'homme s'est présenté mardi soir peu après 21h00 dans les locaux du commissariat du XVIIIème arrondissement, apparemment ivre, selon l'une de ces sources, indiquant vouloir déposer plainte pour "usurpation d'identité". Il était dans un "état de surexcitation", selon les sources, et le ton est rapidement monté avec un policier de faction du commissariat que l'homme aurait frappé. Il y a eu ensuite une bousculade avec d'autres policiers venus en renfort et l'homme, toujours selon les premiers éléments de l'enquête, est tombé dans un escalier du commissariat central avec trois policiers qui tentaient de le maîtriser. Après cette chute, il a été transporté au service d'investigation (Sarij) de l'arrondissement, un peu plus loin, où il aurait fait un malaise sur un banc, toujours selon les premiers éléments de l'enquête de la "police des polices" rapportés par ces sources.

 

 

Dans un communiqué de presse daté du mercredi 14 avril, Daniel Vaillant, maire du 18e, « souhaite que toute la lumière soit faite pour connaître la vérité » et s’exprimera « dès que les conclusions de l’enquête seront rendues publiques ».

« Je prends acte et m’inquiète du nombre d’incidents constatés récemment dans des commissariats du 18e (...) Les faits tels que relatés, et s’ils sont vérifiés par les services compétents, sont graves et nécessitent des sanctions disciplinaires. »

Il a exprimé sa confiance envers M. Clouzeau, nouveau commissaire principal du 18e, et souligne la baisse constante des moyens (financiers, humains et de formation).

 

 

 

 

 

 

« Je suis l'exemple classique des humoristes : seulement drôle quand je travaille »
Peter Sellers


Biographie de Peter Sellers

Issu d'une famille de comédiens, le jeune Anglais cumule théâtre et devoir militaire à la RAF lors du second conflit mondial. Engagé à la BBC dans l'émission 'The Goon Show' en 1949, il l'anime sept ans durant. C'est en 1955 que sa carrière d'acteur débute grâce à 'Tueurs de dames'.
'Après moi, le déluge' lui vaut le prix du meilleur acteur anglais en 1959. Stanley Kubrick le fait connaître aux Etats-Unis en 1962 avec 'Lolita'. En 1964, sa renommée devient mondiale avec 'La Panthère rose', début d'une série de six films réalisés par le réalisateur Blake Edwards. Sellers se révèle par son humour décapant et irrésistible en inspecteur français ballot, Clouzeau, roi des catastrophes. Un malaise cardiaque l'écarte un temps des plateaux. En 1965, on le retrouve en psy autrichien dans 'Quoi de neuf Pussycat ?'. Malgré une maladie au coeur, le comédien poursuit les tournages : 'Casino royale' (1967), 'The Party' (1968), chef d'oeuvre burlesque célèbre. Peter Sellers tourne les trois derniers volets de la Panthère jusqu'en 1978 et décède deux ans plus tard d'une crise cardiaque après le succès du film, 'Bienvenu Mister chance'. Surnommé le 'caméléon humain', il demeure un acteur génial à la gestuelle, aux mimiques et au parler uniques et somptueux... du grand Art.

 

 

 

 

Commenter cet article