NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Le projet "Chapelle International" en débat mercredi 31 mars

 

JPG - 59 ko
Les nouveaux quartiers et le périphérique, partiellement couvert, porte de La Chapelle.






http://www.dixhuitinfo.com/



Aménager Paris : 35 projets à la loupe

Réhabiliter la couronne

GPRU - Paris Nord-Est, 18e, 19e

Opération Paris Nord Est , 18e, 19e ardts - périmètre de l'opération
Agrandir la photo

 

Puce urbanismeEn bref :

 

Secteur d’intervention : 200 ha.


Programme : logements ; équipements ; bureaux ; commerces.


Surface hors œuvre nette (SHON) indicative : 1 045 000 m2, dont logements 415 000 m2, équipements 105 000 m2, emplois 525 000 m2.
Espace vert : 271 000 m2 dont 37 200 m2 sur le secteur Claude Bernard. Forêt linéaire, réserve naturelle ; jardins publics.
Espace public : requalification et mise en place du tramway.

 

Projet urbain : Dusapin & Leclercq, architectes urbanistes / Agence TER, paysagistes / Saunier et associés, BET.
Maîtrise d’ouvrage des études : Ville de Paris et SEMAVIP.
Assistance à maîtrise d’ouvrage : Dusapin & Leclercq, architectes urbanistes / Agence TER, paysagistes / Saunier et

associés, BET.

ZAC Claude Bernard – canal Saint-Denis – quai de la Charente : aménageur SEMAVIP. Architecte coordinateur :

Dusapin-Leclercq
Entrepôts Macdonald : Opérateur SAS Paris Nord-Est (CDC/ICADE/SEMAVIP)
Chapelle international : aménageur SNCF

 

Calendrier :

 

2002 : ouverture de la concertation. Approbation des  objectifs. Convention de mandat d’études préalables avec la SEMAVIP.

Définition des modalités de concertation.
2003 : engagement des marchés de définition pour choisir le projet urbain.
2004 : choix du projet urbain. Installation du Comité  de concertation.
2005 : création de la ZAC Claude Bernard.
2006 : réalisation de la ZAC Claude Bernard.
2007 : accords fonciers  Entrepôt Macdonald, vote des objectifs d’aménagement du secteur Gare des Mines-Fillettes,

modification du PLU du secteur Macdonald.

 
Puce urbanismePrésentation de l'opération en 2005

 

Rédaction Eric Lapierre

 

Le territoire de Paris Nord-Est s’étend de la porte de la Chapelle à celle de la Villette. Ses 200 hectares en font aujourd’hui le plus grand secteur de projet parisien. Les réseaux y ont une importance prépondérante et en constituent la principale caractéristique. Le point bas de la vallée qui se glisse entre la butte Montmartre et les hauteurs de Belleville a accueilli au cours du temps le canal de l’Ourcq, et les voies des gares du Nord et de l’Est.

L’ensemble du secteur a fait l’objet de marchés de définition – Dusapin & Leclercq et agence TER (lauréats), Christian Devillers, Tania Concko, Chemin Faisant (Guy Henry) – qui ont conduit à des réponses remarquablement variées.
Les principes d’aménagement retenus reposent sur l’acceptation, pour elle- même et avec ses qualités propres, de cette « ville du déplacement (1) » qui amène à porter un regard neuf sur l’aménagement urbain. Un tel projet doit rester ouvert : « Là plus qu’ailleurs, le projet est avant tout un éclairage récusant le définitif, une ouverture pour que d’autres, tous les acteurs de la ville en mouvement, s’y engouffrent (2). » Mais ces divers mouvements sont aujourd’hui déséquilibrés : les rapides – trains et voitures – dominent, au détriment des lents – piétons, vélos, etc. Le projet vise à introduire un meilleur équilibre entre eux, et entre les lieux de séjour et de déplacement.

Ainsi, l’esquisse d’aménagement s’articule suivant trois parcours est-ouest. Une forêt linéaire enserrera le boulevard périphérique, améliorant la qualité de l’infrastructure perçue depuis les voitures et créant un vaste sous-bois en dessous. Les boulevards des Maréchaux seront considérés comme les nouveaux « grands boulevards » : la rive nord, la plus habitée, sera jalonnée de places, de squares et de jardins ; la rive sud mettra en scène les grands bâtiments logistiques résultant de la présence des infrastructures, qui seront reconvertis  et reliés par un vaste parvis linéaire à l’échelle de ces nouveaux monuments. Les boulevards deviendront ainsi un lieu de partage entre les divers types de circulations. Dans le lit des voies ferrées prendra place la promenade Chapelle Villette, dédiée aux circulations douces et tirant parti de la grande échelle de cet ancien paysage ferroviaire ; ces espaces seront aménagés de manière provisoire, dans un premier temps, afin de muter, au gré des opportunités, en  dispositifs urbains à terme plus pérennes. 
            
Perpendiculairement à ces trois parcours longitudinaux dédiés à la mobilité, cinq secteurs transversaux dévolus au séjour et aux activités sont identifiés, qui favoriseront les nouvelles relations entre Paris et les communes limitrophes. Dans chacun d’eux, une proportion de logements au moins égale à 25 % sera mise en œuvre afin de garantir une réelle mixité urbaine, l’objectif étant d’atteindre globalement 30 % de logements (dont au moins 40 % de logements sociaux).
La Porte de la Chapelle, sur l’axe historique Paris/Saint-Denis, est marquée par un des plus grands échangeurs de Paris. Le projet vise à redonner la qualité urbaine qui lui convient à la jonction de la rue de la Chapelle et de l’avenue du Président-Wilson superposée à l’autoroute A1, côté Saint-Denis. Au nord, la zone du stade des Fillettes accueillera un pôle tertiaire ; au sud, la zone Chapelle Évangile constituera un pôle de logistique. L’importante accessibilité du site en  fait la meilleure localisation pour des immeubles tertiaires à forte valeur ajoutée. Au nord du boulevard Ney, un grand ensemble tertiaire constitué de bâtiments mitoyens fabriquera un mur antibruit. Cette densité élevée permettra la création d’un grand jardin des sports en cœur d’îlot.           
L’avenue de la Porte-d’Aubervilliers sera transformée en un vaste espace vert, stable et défini : le cours d’Aubervilliers, bordé de logements et d’équipements, et accordant une place importante aux circulations douces. 
     
Le secteur des bâtiments industriels géants des années 1960 sera transformé. Les entrepôts Calberson-Macdonald seront reconvertis pour accueillir des logements, des commerces, des activités et des équipements structurants. Le site évoluera pour permettre le passage du tramway des Maréchaux-Est jusqu’au futur pôle multimodal Éole-Évangile et au-delà jusqu’à la Porte de la Chapelle.           
Enfin, le secteur Claude Bernard sera le lieu privilégié d’une réflexion sur la mixité urbaine : quatre îlots mixtes seront constitués, accueillant des logements, des bureaux, des activités et des commerces en rez-de-chaussée. La diversité de ces activités assurera l’animation caractéristique de l’espace urbain. Une passerelle au-dessus du boulevard périphérique est prévue pour relier ce secteur au Parc du Millénaire.          
En outre, le désenclavement et la requalification urbaine de ce secteur reposent sur plusieurs projets en matière de transports en commun : le tramway des Maréchaux-Est qui doit relier la porte de Pantin à la porte de la Chapelle ; le prolongement jusqu’à Éole-Évangile du tramway reliant Saint-Denis, Épinay-sur   Seine et Villetaneuse, et l’aménagement du pôle multimodal Éole-Évangile.
     
Paris Nord-Est constitue aujourd’hui un des projets urbains les plus ambitieux et prospectifs d’Europe, par la richesse et la spécificité des solutions mises en œuvre pour intégrer à la vie urbaine des zones jusque-là dépréciées.

(1) François Leclercq, in Dusapin & Leclerc, architectes, agence TER, Paris Nord-Est, Paris, Jean-Michel Place, 2004, p.4
(2) Ibid.



Puce urbanismeEvolutions

 

Rédaction Agence Macardier-Vaillant

 

De nombreuses actions de proximité sont déjà en place afin que les habitants soient associés au projet de renouvellement de leur quartier. Un Point d’Information et de Médiation Multi Services soutient les démarches des habitants auprès des services publics. Un centre social est créé pour répondre aux besoins des habitants actuels et futurs dans le quartier de la Porte d’Aubervilliers. La traverse « Ney-Flandre » est une illustration de la volonté de développer les transports en commun et les liaisons douces dans les nouveaux quartiers tout en réduisant la part de la circulation automobile.
Une étude sur le devenir commercial de Paris Nord-Est et de Plaine Commune prévoit la création de 27 000 emplois d’ici 2020.

Le tramway des Maréchaux Nord (T3) sera en 2012 l’axe structurant de l’aménagement.
Le projet d’aménagement fait l’objet d’études pour déterminer les possibilités en matière de géothermie et de collecte pneumatique des déchets.

 

****

 

Sur les neuf secteurs que compte le vaste territoire de Paris Nord-Est, quatre secteurs opérationnels ont déjà fait l’objet de projets d’aménagement :

 

- Claude Bernard : les bureaux (architectes : Marrec, Ferrier et Sauerbuch- Hutton) sont situés le long de la « forêt linéaire » qui borde le périphérique. Les logements et activités (architectes : Brossy, Feichtinger, Marciano) ainsi qu’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) (architectes : Zundel et Cristea) donnent sur le boulevard Macdonald. Leurs rez-de-chaussée  accueilleront des commerces. Un pôle culture et loisirs est l’amorce d’ une passerelle franchissant le périphérique. Une école (architectes : Brenac et Gonzales) est située en bordure du canal. Un programme de logements intégrant une crèche est prévu quai de la Charente.

 

- Macdonald-Eole Evangile : les anciens entrepôts accueilleront des commerces, des bureaux, des activités, des équipements publics, des logements et des parkings pour voitures et autocars (architecte coordonnateur : OMA rem Koolhas). Le pôle de transports en commun (RER E, tramways  T3, Tram’y) contribuera à revitaliser le quartier fortement enclavé par manque de liaisons nord-sud.

 

- Gare des Mines-Fillettes : la couverture partielle du périphérique permet de créer un quartier intercommunal. Il nécessite la recomposition des équipements sportifs existants et l’intégration de nouveaux équipements (terrains de sports, gymnase, roller-park, espace jeunes). Ce nouveau franchissement sur dalle intègre de part et d’autre d’une vaste esplanade plantée un pôle commercial et des immeubles de logements. Des bureaux sont situés au bord des parties non couvertes du périphérique.

 

- Chapelle-international : ce secteur voit l’implantation des logements et d’équipements publics en cœur d’îlot, protégés du faisceau des voies ferrées par une gare de fret et des bâtiments d’activités et de bureaux.

 

- Porte de la Chapelle : Des locaux pour l’université Paris I Panthéon la Sorbonne sont prévus sur ce site qui accueillera d’autres programmes (bureaux, activités, logements) ainsi qu’un centre de tri des déchets recyclables et une centrale de chauffage urbain (CPCU).
L’hypothèse de travail sur le relèvement du plafond des hauteurs pour favoriser le logement et l’emploi à cet endroit est l’occasion pour la Ville de mener une réflexion sur la densité urbaine et le développement durable.

 

L’objectif est aujourd’hui d’atteindre 40% de logements sur l’ensemble des opérations dont 50% de logements sociaux.

 

Puce urbanismeVues générales et plans de principe

 

 18e, 19e ardts - opération Paris Nord Est - périmètre de l?opération

 

 

 

 

 

 

Les conseils des quartiers Charles-Hermite Evangile et La Chapelle - Max Dormoy organisent, mercredi 31 mars 2010, une soirée d’information et de débat sur le projet baptisé "Chapelle International", dont la livraison est prévue en 2013.

Le rendez-vous est fixé à 19h00, à l’école élémentaire 3, rue Maurice Genevoix, près du rond-point de La Chapelle.

"Chapelle International" est un vaste projet urbain qui doit transformer la physionomie du quartier en recouvrant une partie du périphérique, à hauteur de porte de La Chapelle, et créer logements, commerces, activités de bureau, nouveaux équipements sportifs, locaux pour l’université Paris - Panthéon La Sorbone, etc.

L’Association pour le suivi de l’aménagement Paris Nord – Est 18 (ASA PNE 18) animera la soirée avec les élus locaux.

Contact : 01 53 41 18 85 ou par mail cq18[at]paris.fr

 

 

 

 

 

Commenter cet article