NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

 
 


Logement

La gardienne du collège menacée d’expulsion

 

Durant quarante ans, Nadine a été gardienne. Depuis sa retraite le 3 septembre, la dame de 66 ans est devenue une squatteuse dans le collège Georges-Clémenceau (XVIII e ), située rue des Poissonniers dans le bas de la Goutte-d’Or. Le mois dernier, la direction des affaires scolaires de la Ville de (Dasco) lui a d’ailleurs indiqué par courrier qu’une « procédure en référé aux fins d’expulsion va être introduite dans les prochains jours au tribunal administratif de ».


Avec une retraite de 900 €, impossible pour Nadine de régler le loyer de 1 333 € qu’on lui réclame maintenant. Et les logements de fonction ne sont pas concernés par la trêve hivernale. « Je ne sais plus quoi faire, se désespère l’ancienne gardienne, qui a beaucoup maigri ces derniers mois… Je vis dans ce de fonction depuis quarante ans. Je savais qu’il faudrait le quitter à la retraite. D’ailleurs, 80 m 2 , c’est grand pour une personne seule. J’ai donc fait une demande de logement social il y a dix ans… » Mais Nadine n’a jamais reçu aucune proposition.

« J’ai fait une demande de logement social il y a dix ans… »

Au printemps dernier, elle se confie aux militants du Nouveau Centre dans le XVIII e , qui tiennent une permanence rue des Poissonniers et aident volontiers les habitants. « La mairie du XVIII e m’a alors promis de s’occuper de mon dossier, se rappelle Nadine, qui continue aujourd’hui à nettoyer devant le collège le week-end, « pour rendre service ». « Je ne demande pas beaucoup. Juste un deux-pièces dans le XVIII e , où j’ai vécu toute ma vie. » Son regard se porte vers un immeuble tout neuf devant le collège, où des logements sociaux sont en construction.
« Douze mille habitants de l’arrondissement attendent une HLM, rappelle, fataliste, le cabinet de Daniel Vaillant, le maire (PS) du XVIII e , saisi de ce dossier. Et la mairie n’en attribue qu’une soixantaine par an… Et même si le dossier de Nadine est devenu prioritaire, il peut encore traîner plusieurs mois. » Car la prochaine commission ne se réunit que dans plusieurs semaines. « Et il faut savoir que cette dame a refusé tout suivi social, souligne la Dasco. Elle aurait pu être aidée, accompagnée. Et vu le déficit dans le parc social aujourd’hui, elle pourrait peut-être revoir ses exigences. » Autrement dit : accepter de quitter son quartier. « Mais nous n’expulserons évidemment pas cette dame en plein hiver, conclut la Ville. Même si, depuis la rentrée, la nouvelle gardienne doit faire des allers-retours depuis Montreuil tous les jours. » « Rendre la loge, je ne demande que ça, réagit Nadine, car ce jour-là, j’aurais un vrai chez moi. »

Commenter cet article