NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

La plus grande centrale solaire sur le toit de la halle Pajol en 2012

JPG - 61.1 ko
Le toit de la future halle Pajol.
©Mairie de Paris

La plus grande centrale solaire en milieu urbain de France sera construite dans le 18e arrondissement de Paris, sur le toit de la halle Pajol, bâtiment emblématique d’un nouveau quartier qui verra le jour en 2012. La signature, jeudi 17 décembre 2009, d’un contrat entre la société Dalkia et la Semaest (Société d’économie mixte d’aménagement de l’Est parisien), marque le lancement officiel de l’opération.

La société Dalkia, filiale de Veolia Environnement et EDF, a été choisi parmi huit entreprises pour installer et gérer la centrale solaire photovoltaïque. Avec une surface de 3523 m2 l’équipement assurera une production de 396 MWh/an. La halle Pajol deviendra le premier bâtiment à énergie positive de Paris.

Enjeu d’importance, pour Daniel Vaillant, maire du 18e et Anne Hidlago, première adjointe au maire de Paris, qui ont supervisé la signature : L’éco-quartier pilote de la Zac Pajol « s’inscrit dans le plan Climat lancé par la ville de Paris qui prévoit que 25 % de la consommation d’énergie de la capitale proviendront d’énergies renouvelables d’ici 2020 »




ZAC Pajol : éco quartier pilote en 2013

null Depuis 2004, la mairie de Paris, la mairie du 18e et la SEMAEST portent un projet ambitieux de réhabilitation des friches ferroviaires de la SNCF situées au cœur du quartier La Chapelle.

Né de la volonté conjuguée des élus, des associations et des habitants, ce quartier sera l'un des éco quartiers les plus exemplaires en matière de développement durable : c'est cette démarche appliquée sur la totalité de la ZAC que nous vous proposons de découvrir.

Les 3 500 m² de panneaux solaires photovoltaïques installés sur le toit de la future auberge de jeunesse feront de la halle Pajol la première centrale solaire photovoltaïque de centre ville en France.

 

 

 

 

Des éco équipements au service des habitants 

Eco quartier pilote, la ZAC Pajol tend à devenir un vaste lieu de vie social. La mise en place d’équipements publics culturels et sportifs de proximité, respectueux de l’environnement et conformes au plan climat de la Ville de Paris vise, avant tout, à rendre le quartier plus agréable à vivre au quotidien et à proposer des infrastructures qui manquaient jusqu’alors.

L’ensemble de ces programmes vise à multiplier et varier les usages pour créer espace de vie sociale exceptionnel et atypique. La ZAC Pajol reflètera la mixité urbaine par excellence : travailleurs, collégiens, sportifs, étudiants… se côtoieront chaque jour dans cet espace de vie qui tend à renforcer le lien social.

La Halle et le jardin couvert : l’énergie solaire de Pajol

La Halle Pajol bénéficie d’un projet architectural entièrement écologique. Imaginé par l’architecte Françoise-Hélène Jourda, une des rares spécialistes de la construction durable en Europe, ce projet préserve les formes marquantes du site en associant des matériaux durables tels que le bois. Avec les 3 500m² de panneaux solaires photovoltaïques installés sur le toit de la Halle, Pajol deviendra alors la plus grande centrale solaire photovoltaïque de centre ville en France !

Avec la rénovation de sa structure métallique, la Halle Pajol, aura des allures d’ombrelle posée sur un jardin luxuriant et surplombant une auberge de jeunesse de 330 lits, une bibliothèque de 30 000 ouvrages, une salle de spectacles et des locaux d’activités.

Un jardin extraordinaire alliant des espaces végétalisés couverts et ouverts a été imaginé par les paysagistes de l’Agence In Situ. Au total, plus de 9 000m² d’espaces verts feront le lien entre la halle et la rue Pajol ! Ici aussi, écologie rime avec économie. Presque tous les matériaux utilisés dans ce jardin, tuile concassée, rails ou pavés, proviennent de reliefs de la halle d’autrefois.

Sous la Halle, c’est un jardin couvert de 2 500m² unique en France, qui offrira aux promeneurs un espace calme, un lieu pour flâner à la découverte d’espèces végétales variées destinées à favoriser la biodiversité : des bouleaux, des cèdres, des fleurs sauvages, des nénuphars, et même une parcelle pour cultiver soi-même des radis ou des roses de Picardie ! En effet, cet espace vert unique en France accueillera également des jardins partagés. Le jardin à l’extérieur de la halle bénéficiera lui d’aires de jeux pour enfants. L’ensemble des espaces verts sera accessible aux personnes à mobilité réduite.

Des équipements de proximité

Un collège de 600 places ouvert à la rentrée 2010
Les bâtiments des anciennes messageries de 5000 m² abriteront un collège de 20 classes et un bâtiment à vocation universitaire (IUT).

Un centre sportif et antenne jeunes
Afin de compléter l’offre d’équipements publics de proximité, un centre sportif de 4 000m² comprenant une salle omnisport, une salle d’arts martiaux et un espace de remise en forme sera ouvert aux associations et aux riverains. Dans ce même lieu polyvalent, créé par Brizac Gonzales Architects, une antenne jeune ouverte aux 8/15 ans participera à l’animation du quartier favorisant les rencontres sportives et culturelles entre jeunes.

Un pôle d’entreprises
Avec le pôle d’entreprises dont l’architecture reprend la tradition des hôtels industriels (Agence LIN - Finn Geipel et Guilia Andi), l’emploi s’installera au carrefour Pajol-Riquet. Le pôle accueillera des commerces en rez-de-chaussée et 5 000 m² de bureaux. 



 
 
Projet de la future auberge de jeunesse sous la Halle Pajol (18e) - © JAP Architectes

 

 

 

 

 

 

 

 

Des projets 100% Développement Durable

Dès les premiers travaux de déconstruction jusqu’à l’utilisation quotidienne des bâtiments, des procédés innovants ont été mis en place afin de limiter la consommation d’énergies et la production de déchets. Toute la ZAC Pajol est conçue de façon à minimiser son impact sur l’environnement.

Les chantiers sont soumis à la charte « chantiers propres » mise en place par la SEMAEST, qui impose que la production de déchets soit réduite au maximum.

Grâce à ces engagements :
- 9000 tonnes de métal provenant de la déconstruction d’une partie de la halle en 2007, ont été évacuées par voie ferrée, directement vers une usine sidérurgique
- 2 000 camions soit 130 000 km et 40 tonnes équivalent CO2 ont été évités
- 360 000 euros ont été économisés

L’ensemble des projets architecturaux prend en compte la démarche de développement durable mise en œuvre sur la ZAC Pajol, ils correspondent à la norme HQE (Haute Qualité Environnementale) :
- le bois utilisé (façade, structure et plancher) provient d’exploitations durablement gérées
- le granulat de chanvre utilisé pour l’isolation est totalement renouvelable
- les revêtements de sols seront en linoléum, produit entièrement naturel

La gestion de l’eau étant au cœur des préoccupations environnementales, des systèmes performants de récupération des eaux pluviales alimenteront les bassins des jardins et permettront l’entretien des locaux, la récupération des eaux usées, l’installation de plus de 1 740 m² de toitures végétalisées sur le collège et le pôle d’entreprises qui préserveront cette ressource rare.

Les bâtiments doivent être très performants en consommant le moins d’énergie possible pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire, la ventilation et l’éclairage. Pour ce faire il est nécessaire de diminuer les productions en installant, dès que cela est possible, des sources d’énergies renouvelables. 

Ainsi, 3 500 m² de panneaux solaires photovoltaïques (produisant de l’électricité) seront installés sur la halle et environs 300 m² sur le futur gymnase. De plus, 300 m² de panneaux solaires thermiques seront installés sur la halle et le collège, ils produiront la moitié de l’eau chaude des sanitaires des logements de fonctions du collège et de l’auberge de jeunesse.

Un des enjeux du projet vise à réintroduire la biodiversité, élément indispensable pour l’environnement. L’introduction de nouvelles espèces végétales va favoriser l’implantation et la reproduction d’espèces animales pour un écosystème riche dans un quartier situé entre les voies ferrées des gares de l’Est et du Nord, qui n’offre jusque là qu’un nombre très limité d’espaces verts.

Pour être labellisé « éco quartier », il ne suffit pas seulement d’adopter une démarche écologique, il faut également avoir une démarche sociale

C’est pourquoi, pour mettre en place le projet de la ZAC Pajol, il a fallu développer un véritable projet social visant à l’amélioration du cadre de vie des habitants du quartier La Chapelle et des riverains. Une clause d’insertion sur tous les chantiers de la ZAC exige que 5 à 10% des heures travaillées soient effectuées par des personnes en difficultés dans leur parcours professionnel. Cette démarche volontariste a déjà permis l’embauche de trois salariés en CDI.

L’offre variée d’équipements publics permettra d’augmenter la mixité fonctionnelle et de réduire les besoins en déplacement des habitants en prévoyant l’implantation de services faisant défaut dans ce quartier.

Une concertation exemplaire pour un projet exemplaire ! Mise en place de comités de suivi, réunions publiques, information et communication, conseils de quartier, thématiques… Dès les prémices du projet, les habitants ont été invités à participer à la concertation.

D’autre part, les riverains ont été associé au projet, par la diffusion d’un journal gratuit, le «22 bis rue Pajol» ainsi que par l’installation d’une frise murale informative de 90 mètres, relatant l’histoire de la halle, les actions mises en place sur le site en faveur du développement durable, et l’avancement des travaux.




 

ZAC Pajol en chiffres

- 3 800 m² de panneaux photovoltaïques dans la ZAC Pajol (3 500 m² de panneaux sur la halle et 300 m² sur le centre sportif)

- 300 m² de panneaux thermiques

- 1 740 m² de toitures végétalisées sur le collège et le pôle d'entreprises

- plus de 9 000m² d'espaces verts

- 1 jardin couvert de 2 500m²

- 5 000 m² de bureaux dans le pôle d'entreprises

- 1 collège de 600 places, avec 20 classes sur une surface de 5000 m²

- 1 centre sportif de 4 000m²

- 1 auberge de jeunesse de 330 lits

- 1 bibliothèque référençant 30 000 ouvrages

Commenter cet article