NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Crèches : 1000 places supplémentaires avant 2014

  par Philippe Bordier

Dans une interview à dixhuitinfo.com, Violaine Trajan, adjointe au maire du 18e arrondissement de Paris, chargée de la petite enfance et de la famille dresse le bilan de l’action de la municipalité en matière de crèches. Présidente de la commission d’attribution des places dans ces établissements, l’élue explique aussi l’intérêt des conseils de parents mis en place en décembre 2009. Ces derniers ont jusqu’au 27 octobre 2009 pour se porter candidats à l’élection des membres de ces conseils.

JPG - 44.6 ko
Satisfaire une demande de place en crèches sur deux est l’objectif de Violaine Trajan, adjointe au maire chargée de la petite enfance.

dixhuitinfo - Quel est le nombre de places en crèche, dans le 18e arrondissement ?
Il y a 2565 places pour 22 crèches municipales (la mairie construit et gère l’établissement) et 21 crèches associatives (qui reçoivent des subventions de l’Etat). Par ailleurs, le 18e dispose de sept haltes-garderies.

Ces capacités d’accueil sont-elles suffisantes ?
Non. Le 18e est l’arrondissement parisien le plus dynamique en matière de natalité. Aujourd’hui, une demande de place en crèche sur trois est satisfaite. Mais nous partons de loin : entre 2001 et 2008, 700 places ont été créées dans l’arrondissement (16 nouvelles structures, au total). D’ici à la fin de la mandature, l’objectif est de satisfaire une demande sur deux.

Comment faire ?
Bâtir de nouvelles crèches et en réhabiliter d’autres. Exemple, nous reconstruisons la crèche de la porte Montmartre en face de ses anciens locaux. Sa capacité d’accueil sera portée à 66 places, contre 50 aujourd’hui. L’idéal serait de créer mille places supplémentaires jusqu’en 2014, dans tous les quartiers de l’arrondissement. Mais la question du foncier nous préoccupe. Les opportunités immobilières se situent dans le Nord et l’Est de l’arrondissement. Il convient pourtant d’équilibrer l’offre de crèches d’un point de vue géographique, notamment du côté de Jules Joffrin, Montmartre et Guy Môquet.

Comment sont attribuées les places en crèches ?
Une commission composée de professionnels de la petite enfance se réunit tous les trimestres. Nous privilégions la mixité sociale et culturelle, en donnant la priorité aux foyers dont les deux parents travaillent, aux familles monoparentales, aux parents en voie d’insertion, aux enfants handicapés… Les conditions de ressource ne sont pas un critère, mais nous sommes attentifs aux classes moyennes et populaire. À ce titre, les commissions d’attribution sont précédées par des commissions sociales.

JPG - 41.5 ko
Reconstruire, la crèche de la porte Montmartre accueillera 66 enfants, contre 50 actuellement.

On parle beaucoup de passe-droits, qu’en est-il ?
Le piston n’existe pas. C’était peut-être le cas par le passé. Depuis plusieurs années, les dossiers sont étudiés en fonction de critères précis. Écrire dix fois au maire ou faire jouer des « connaissances », ne change rien.

Que deviennent les enfants qui n’ont pas obtenu de place ?
Les assistantes maternelles et les auxiliaires parentales sont une excellente alternative à la crèche. Aussi orientons-nous les parents vers la Maison de l’enfance, située au 2, rue Duc, dans l’arrondissement, qui tient la liste de ces personnels. Il reste d’ailleurs 91 places chez les assistantes maternelles du secteur.

Quel est l’intérêt des conseils de parents dans les crèches ?
Les parents vont être acteurs de la crèche où leurs enfants sont inscrits. Ces conseils, qui fonctionnent très bien dans les 19e et 20e arrondissements, seront des lieux de parole et d’écoute, d’échanges avec les professionnels et les élus. Des projets éducatifs spécifiques pourront ainsi être lancés. Des débats seront organisés autour de différents thèmes : les travaux à effectuer, les questions de personnels, l’alimentation…

 

 

 

 

 

 

Rénové, le bureau de poste

Fermé puis entièrement rénové après les trois braquages de juillet 2009, le bureau de poste de la rue Duhesme, dans le 18e arrondissement de Paris, a rouvert jeudi 22 octobre 2009. Dans le même temps, les usagers pourront retirer leurs recommandés, dès le 26 octobre, à la station de métro Simplon.

JPG - 53.9 ko
L’extérieur du bureau de poste, identique à l’heure actuelle, sera lui aussi rénové dans les prochaines semaines.

Le couloir, étroit et glauque, où les usagers s’alignaient patiemment avant d’atteindre les guichets, a disparu. Désormais, le bureau de poste du 97 rue Duhesme, dans le 18e arrondissement de Paris, est vaste et clair. L’accueil est placé face à l’entrée. Il jouxte le rayon des produits dérivés siglés La Poste : des sacoches, à la mode chez les collégiens, paraît-il, des modèles réduits de camionnettes jaunes, des enveloppes, joliment décorées...

Rouvert jeudi 22 octobre 2009, le bureau de poste est accueillant. Les guichetiers patientent et jouent la proximité : les vitres pare-balles ont été ôtées. Il est vrai qu’elles ne servaient à rien et n’avaient pas empêché deux hommes encagoulés et armés de braquer cet été, à trois reprises, le petit bureau de poste. L’usager devine que les mesures de sécurité ont été renforcées : l’œil de plusieurs caméras vidéos en témoigne.

Voilà donc une bonne nouvelle pour les usagers du quartier. Qui s’interrogeaient : le retrait des lettres recommandées à la station de métro Simplon, située à deux pas, sera possible à partir du 26 octobre 2009. A titre expérimental et moyennant une "procuration de proximité" signée en faveur de la Ratp. Fermé le jour même du troisième braquage, nombre d’habitants se demandaient en effet si ce bureau de poste rouvrirait un jour.

Horaires d’ouverture
Le bureau de poste est ouvert tous les jours, sauf le dimanche, de 8h à 19h.
Samedi, ouvert de 9h à 13h.

 

 

 

Incendie de cave rue du Mont Cenis : l’acte volontaire évoqué

  par Eloïse Daviaud

Un incendie s’est déclaré, vendredi 23 octobre 2009, au 115 de la rue du Mont Cenis, aux alentours de 16h00. Le feu, apparemment d’origine volontaire, s’est déclenché dans les caves de l’immeuble. Il n’y a aucune victime à déplorer.

JPG - 43.1 ko
Le feu s’est déclaré dans la cave de cette boutique.

Un feu de cave s’est déclaré au 115 de la rue du Mont Cenis, dans le 18e arrondissement de Paris, vendredi 23 octobre 2009, en milieu d’après-midi. Les pompiers, dépêchés en nombre sur le lieu de l’incendie, sont rapidement venus à bout des flammes.

D’après les témoignages recueillis auprès des habitants de l’immeuble et les premières constatations des pompiers, l’incident serait d’origine volontaire. Plusieurs individus se seraient introduits dans les caves de l’immeuble et auraient provoqué l’incendie. Ils ont été vus quitter les lieux rapidement, avant la propagation des flammes.

JPG - 36.5 ko
Les pompiers de la caserne Carpeaux ont rapidement éteint l’incendie, qui n’a pas fait de victimes.

Les habitants de l’immeuble ont patienté plus d’une heure dans la rue avant de pouvoir regagner leur domicile. « On attendait une épidémie de grippes, au lieu de ça on a une épidémie d’incendies », a ironisé l’un d’eux, en faisant référence à l’incendie de l’hôtel de la rue Hermel, fin août 2009.

Il n’y a pas de victimes et aucun appartement n’a été endommagé. Toutefois, le feu a provoqué une rupture des canalisations, situées au sous-sol. Les locataires et propriétaires de l’immeuble risquent de devoir attendre quelques jours avant de pouvoir prendre une douche !






http://www.dixhuitinfo.com/

Commenter cet article