NOUVELLES DE PARIS

Publié le par LEPIC ABBESSES



La Mairie de Paris lance www.parisnightlife.fr


Vous cherchez un bar, un club, un restaurant ou un concert ? Alors à vos claviers, ils sont à présent en grande partie répertoriés sur le site internet  lancé mercredi par la ville de , nightlife (NDLR : la nuit). Consacré à la vie nocturne dans Paris, ce nouvel outil a pour ambition de devenir un instrument de référence pour organiser une soirée dans la capitale française.

Accessible pour le moment en français et en anglais, Parisnightlife.fr a été conçu comme une vitrine du «Paris By Night», passant en revue 300 établissements (bars, restaurants, cabarets, discothèques et salles de concert), avec l'ambition de devenir «l'outil de référence pour organiser ses nuits à Paris», à destination des touristes étrangers mais aussi des franciliens et provinciaux.

Une grosse campagne de promotion

Développé avec la Chambre syndicale des cabarets artistiques et discothèques ce site souhaite souhaite promouvoir la vie nocturne dans la capitale française, face à la concurrence de plusieurs villes européennes qui vivent aussi la nuit, telles que Barcelone, Amsterdam, Bruxelles, Berlin ou Londres. Une campagne d'affichage accompagnera ce lancement.

Le site Parisnightlife.fr permet de rechercher un établissement par genre musical et artistique. Un agenda des soirées, de précieuses indications sur le «dress code» du lieu et un plan interactif par arrondissement, sont également proposés. Tiré à 100 000 exemplaires dans un premier temps, un guide de poche est aussi mis à la disposition des noctambules dans les points touristiques.

«Paris aime la nuit. La vie ne s'arrête pas à 20h. On entend régulièrement que Paris n'est plus la ville branchée qu'elle fut et qu'on ferait mieux la fête dans certaines autres capitales. On veut prouver le contraire !», a expliqué Jean-Bernard Bros, adjoint au maire de Paris chargé du Tourisme. «Les nuits parisiennes font partie intégrante du patrimoine culturel mais aussi économique de Paris», a ajouté Bernard Bros.

...et que fait la ville des riverains ?

Cette initiative intervient toutefois à un moment où la préfecture de police doit composer avec des riverains de moins en moins permissifs «ne tolérant plus le moindre bruit d'aucune sorte» et les comportements nouveaux de la clientèle, comme le stationnement à l'extérieur des établissements pour fumer qui occasionne des nuisances sonores d'un niveau inédit.

«Il faut gérer l'équation des contraires. Cela se fera par la concertation, y compris avec les fumeurs», a observé Bernard Bros, estimant que «si la tranquillité des riverains est essentielle, la fête et la sociabilité

Commenter cet article