NOUVELLES DE MONTMARTRE

Publié le par LEPIC ABBESSES

Gérard Kaplan à l'Européen.

Compositeur de « Vincent, la passion selon Van Gogh » dont notre Premier Ministre Pierre Passot est l’auteur-parolier, il se produit avec son groupe de blues
le jeudi 25 mars à 20 heures
à l’Européen
rue Biot
Paris 17ème
(à proximité de la place de Clichy – parking rue Forest)
Concert unique, prix unique 22€
A voir absolument.
 

 

 

 

Montmartre

Loin des regrets sur un passé révolu, Pierre Passot et Jean Villain ont conçu un ouvrage qui montre, prises de vue artistiques à l’appui, que les Montmartrois ont la chance d’habiter l’un des derniers villages de Paris qui, malgré l’affluence touristique, a su conserver ses ruelles, ses maisons, ses moulins et quelques cabarets qui en ont fait la renommée.
Près de 250 photographies d’hier et d’aujourd’hui illustrent leurs propos. Ce « beau livre » de
168 pages parait aux Editions Artena.
« Montmartre Forever Toujours… » est préfacé par Jean-Marc Tarrit, Président d’Honneur du Musée de Montmartre.
L’auteur, Pierre Passot, Montmartrois de souche lui aussi, développe très tôt une passion pour Montmartre dont il devient historien. Etudiant à Science Po, il fut guide de l’Historial de Montmartre, le musée de cire aujourd’hui disparu. Roland Dorgelès écrivait alors de lui qu’à l’âge de 17 ans, « il connaissant déjà mieux que personne le Montmartre d’autrefois ».
Le photographe, Jean Villain, se voit offrir son premier Rolleiflex à l’âge de 14 ans ! Diplômé des Arts Appliqués puis élève aux Beaux Arts, il expose régulièrement ses œuvres au Salon d’Automne à Paris et dans des galeries comme celle de G. Ray Hawkins à Los Angeles. Sa passion pour Montmartre s’exprime sous forme de clichés en noir et blanc visant à retrouver sous des angles choisis ce qu’est devenue la Butte d’hier telle que les cartes postales jaunies nous en ont laissé le souvenir.

 

 

 

 

Montmartre Forever Toujours… » est préfacé par Jean-Marc Tarrit, Président d’Honneur du Musée de Montmartre.
L’auteur, Pierre Passot, Montmartrois de souche lui aussi, développe très tôt une passion pour Montmartre dont il devient historien. Etudiant à Science Po, il fut guide de l’Historial de Montmartre, le musée de cire aujourd’hui disparu. Roland Dorgelès écrivait alors de lui qu’à l’âge de 17 ans, « il connaissant déjà mieux que personne le Montmartre d’autrefois ».
Le photographe, Jean Villain, se voit offrir son premier Rolleiflex à l’âge de 14 ans ! Diplômé des Arts Appliqués puis élève aux Beaux Arts, il expose régulièrement ses œuvres au Salon d’Automne à Paris et dans des galeries comme celle de G. Ray Hawkins à Los Angeles. Sa passion pour Montmartre s’exprime sous forme de clichés en noir et blanc visant à retrouver sous des angles choisis ce qu’est devenue la Butte d’hier telle que les cartes postales jaunies nous en ont laissé le souvenir.

 

 

 

 

 

 

 

MICHEL FOREVER fait son show au Café de la Place.

La première de MICHEL FOREVER avec les FOREVETTES aura lieu JEUDI 18 MARS 2010 dans le 18ème avec la présence de PARIS PREMIERE

Le spectacle sera présenté tous les jeudis au CAFE DE LA PLACE, 116 rue Ordener (place Jules Joffrin).

2 Formules sont proposées:
-à partir de 20h DINER FOREVER : 30 € tout compris (coupe, entrée, plat, café gourmand, spectacle et soirée dansante jusqu'à 2h)
-à partir de 22h30 : 15 € (entrée soirée dansante avec une consommation comprise).

Venez nombreux dès le 18 mars.

 

 

michelforever@club-internet.fr

 

 

 

 

MICHEL FOREVER "L'homme qui ne se couche jamais"
En effet, depuis 5 ans, le 14 Juin 2004, je ne me suis pas couché. Je rassure les esprits qui penseraient que cela ne serait pas possible, je ne me suis pas couché, çà ne veut pas dire que je n'ai pas dormi. Mais je ne peux dormir qu'en étant en activité.
Ce qui va suivre va peut-être vous paraître irréel, voir même paranormal et certains d'entre vous vont même douter de mes propos mais ce que je vais tenter de vous expliquer est tout simplement la vérité de la réalité.
Déjà vers 14, 15 ans je ne dormais que 4, 5 heures et comme chacun le sait à l'âge de l'adolescence, c'est un âge où au contraire on a besoin de beaucoup de sommeil.
Les années ont passées et je n'avais besoin plus que de 3 heures de sommeil et depuis 5 ans mon corps se recharge en 2h de moyenne de sommeil.
De nombreux médecins se sont penchés sur mon cas croyant que c'était une maladie orpheline et rapidement la conclusion a été de dire que ce n'est pas une maladie mais que je ne vivais pas comme les humains. Bien que ma maman m’ait confirmé que j’étais bien né sur terre (humour), mon corps se fatiguait au delà de 2h de sommeil et je tombais en overdose de sommeil. Et le fait de dormir allongé me faisait tomber dans un trop profond sommeil assimilé à un coma qui bien entendu pourrait être dangereux.
En revanche et bien que nous ne connaissons pas tout de la richesse des facultés de notre cerveau, à priori j’utiliserai des cellules du cerveau dont on n’aurait pas l’habitude d’utiliser.
Comme par exemple c’est en activité qu’une partie de mon cerveau se repose. Je sais ce que je vais vous écrire va vous paraître INCROYABLE MAIS VRAI.
Quand je danse sur scène pour vous public, j’ai une partie de mon cerveau qui se repose, quand je fais le robot sur scène, mon corps se repose.
Quand je parle avec quelqu’un, je me repose. Quand je vis des choses émotionnelles avec des bonnes vibrations, des bonnes ondes positives, je suis comme un petit enfant, je suis aux anges, je me repose. Mais si je m’allonge pour me reposer en dormant, là mon corps se fatigue et dangereux avec le risque de tomber dans un profond sommeil.
D’ailleurs vous qui me connaissez avec mon incroyable énergie, si j’étais fatigué, cela se verrait tant sur mon visage que dans mes sauts de danse.
Et depuis 5 ans, quand les médecins m’ont confirmé que ce n’était pas une maladie et que moi seul devais trouver la solution pour mon équilibre santé, je ne me suis donc pas couché.
C’est vrai que sur le moment, j’aurai pu déprimer, me lamenter mais au contraire je me suis ressaisie en pensant que je n’avais pas le droit de me plaindre, qu’il y avait plus malheureux que moi et qu’au contraire c’était un cadeau de la vie. Une Grâce d’avoir ce cadeau de la santé et que je ne devais pas le garder que pour moi mais partager mon énergie avec les autres.
Et c’est comme ça que depuis 3 ans, en plus de mes journées où je suis l’imprésario du MOULIN ROUGE, je suis devenu la nuit MICHEL FOREVER. Je me suis crée ce personnage pour transmettre mon énergie à tous ceux qui l’apprécierait, qui en aurait besoin dans ce monde où chaque jour de notre vie n’est pas si facile avec son lot au quotidien d’épreuves.
Chaque jour il vaut mieux avoir la foi de la vie que la crise de foie.
PARDON à toutes et à tous si mon article vous a paru un peu long mais trop souvent la question était posée pourquoi :
MICHEL FOREVER L’homme qui ne se couche jamais.
Bien entendu je suis à la disposition pour répondre à toutes les questions que vous me poserez.

En tout cas, merci à tous les amis et à tous les fans car grâce à vous je peux vivre sans danger dans l’équilibre de mon sommeil parmi vous. MERCI ! Et aussi merci pour me comprendre !

 

 

 

 

 

Jusqu'au bout de la nuit
Michel Forever


Les nuits de Michel Forever sont plus belles – et plus longues – que nos jours. Et pour cause, puisque ce noctambule malgré lui brûle la moitié de sa vie dans des boîtes où il danse pour ne pas dormir. La nuit appartient à ceux qui ne se couchent pas… Dans le « civil », Michel Sérié est agent artistique, impresario exclusif du Moulin Rouge et producteur de spectacles. Il sert aussi la messe au Sacré-Cœur et occupe un ministère de la Fête à la République de Montmartre (où il vit). Pour le commun des mortels, ces occupations « diurnes » seraient en soi une charge suffisamment lourde pour que, la nuit venue, un repos réparateur fût envisageable. Or, Michel ne s’est pas couché depuis le 14 juin 2004, date à laquelle il a décidé de devenir Michel Forever, nom de scène sous lequel il se produit dans les boîtes – et notamment au Paris Bodega – pour faire revivre Claude François. « Mon problème de sommeil tient à mon métabolisme », confie-t-il avec des intonations « cloclodesques » en récusant toute idée de « maladie ». « Si je dors plus d’une heure et demie, je tombe dans le coma et là, les vrais problèmes commencent. La seule différence entre moi et les autres, c’est que toute notion de repos m’est interdite au-delà d’un quart d’heure. C’est la raison pour laquelle, en plus de ma passion pour Claude François, je passe mes nuits à danser. Paradoxalement, je me recharge comme un pile là où d’autres seraient épuisés ». Cet impératif quasiment vital lié à cette « différence » a donc conditionné la vie de Michel Sérié « Forever », une vie « décalée » dans tous les sens du terme. Ainsi, lorsqu’il se rend à un festival sur la Côte d’azur en voiture, cet enfant de quarante-six ans doit aligner sur les mille kilomètres du périple, quatre cent soixante chansons de Cloclo qu’il chante à tue-tête sur la sono maison qu’il s’est bricolé. « Par la force des choses, ma voiture est une vraie boîte de nuit, avec caméras et télés pour ne pas m’endormir, car, s’il y a bien un endroit où je ne peux pas piquer un roupillon c’est bien au volant ». Une existence surréaliste ponctuée de rires (comme notre entretien), de fêtes et de joie accompagne les pas de Michel qui ne cache pas, néanmoins, le revers de la médaille. Une de ses secrétaires, priée de le réveiller au terme de son « quart d’heure » ne s’exécuta pas et profita de cette faiblesse passagère pour vider avec un complice les bureaux. Quant à la maréchaussée, peu réputée pour son sens de l’humour, elle interpela parfois ce conducteur en train d’accomplir au volant des chorégraphies endiablées au son de « Alexandrie ! Alexandra ! ». « L’aspect négatif, c’est que j’ai toujours cette angoisse de m’endormir. Sans parler des complications dans ma vie sentimentale. Le côté positif c’est que je vis deux fois plus que les autres » La pudeur de Michel lui interdira en outre d’insister sur ses initiatives en faveur des enfants handicapés, des malades et de sa foi. Si l’homme est demeuré un enfant – son bureau est un vrai magasin de jouets où il convie d’éventuels partenaires en affaires à le rejoindre pour s’amuser avec son robot sous l’œil sévère de « Poupette » le lapin en peluche – alors parlons d’enfant de cœur. Le nôtre s’emballe avec lui jusqu’au bout de la nuit.

MICHEL FOREVER A RECU LE PREMIER PRIX DU PHENOMENE DE L'ANNEE 2009 dans l'émission 100% PHENOMENES sur TF6.

 

Video Thumb
1:52
 
Video Thumb
9:58
 
Video Thumb

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article