NOUVELLES DE MONTMARTRE

Publié le par LEPIC ABBESSES

"De l'oeuf dur au Lapin Agile "

C'est à Chelles que le dimanche 7 mars à 14h45  se produira le Cabaret Audiovisuel "De l'oeuf dur au Lapin Agile ".

A partir des souvenirs de Mac Orlan, écrivain du siècle dernier,sera présenté un spectacle audiovisuel et musical, original avec tableaux vivants, qui méneront le spectateur de Saint Cyr sur Morin à Montmartre au cabaret du Lapin Agile.

Avec la participation des Choeurs de la Gaîté, le Cancan de l'ASC danse, René Bachap (Mac Orlan), Hyacinthe Maestracci pianiste accordéoniste, meneurs de chants, décors et réalisation Chelles Audiovisuel




Le sens des mots selon Alphonse Allais...



Philippe DAVIS Président et l'Association des Amis d'Alphonse Allais vous convient chaque premier dimanche du mois, entre 11h30 et 13h00, à la séance publique de rédaction du Dictionnaire encyclopédique de l'Académie Alphonse Allais.

Théâtre du Petit Hébertot 

 78bis, boulevard des Batignolles à Paris 17ème.

La prochaine séance se tiendra le

dimanche 7 mars 2010

L'invité d'honneur sera le comédien Jean-Paul Farré.
L'entrée sera libre...et gratuite.



Sa maison natale

Le lieu où en pleine nuit le petit Alphonse vit le jour. Ce même jour qui vit l'apparition de l'éclairage au gaz.
Louons cette journée merveilleuse du 20 octobre 1854, qui vit l'esprit qui illumina nos jours naître dans le noir, tandis qu'apparaissait en plein jour la lumière de nos nuits.

Honfleur, le 20 octobre 1854

Sa maison natale
 


Son arrivée à Paris

A 17 ans reçu bachelier es sciences, Allais devient stagiaire à la pharmacie paternelle, où ses expériences, ses faux médicaments et ses conseils farfelus se révélèrent peu du goût de son père.
Un exemple entre autres des conseils pharmaceutiques allaisiens :
A une dame souffrant de l'estomac:
la dame: - Je ne sais pas ce que j'ai, ça me monte puis ça me descend puis ça me remonte...
A.A.:     - Je vous demande pardon, madame, vous n'auriez pas avalé un ascenseur ?
(Alphonse Allais en avoua bien d'autres dont quelques uns dans le conte Le comble du darwinisme)

Son père l'envoya donc comme stagiaire dans une pharmacie à Paris, où ses fréquentations extra-estudantines
eurent raison des projets paternels.
C'est ainsi qu'il abandonna les bocaux pour se spécialiser dans la mise en boîte.

L'authentique chambre parisienne où Alphonse Allais n'a jamais dormi

La chambre parisienne


Sa vie d'auteur

Alphonse Allais débuta ainsi en 1882 comme collaborateur au journal "Le Chat noir" dont il devint par la suite rédacteur en chef. Ce fut le début de 25 ans d'écriture, durant lesquels Alphonse Allais sévit dans sept autres journaux, au rythme moyen de 2 à 3 contes hebdomadaires. Celui qui attendait le dernier moment pour rédiger sa chronique, dans le fond d'un café, pour la confier à l'ultime seconde aux soins de la poste, fut l'auteur :
de 1680 contes et de bon nombre d'expressions et calembours.
Lui qui se voulait statue vivante de la paresse, s'essaya (et même se réussit) à tous les genres:
humour noir, vers, maxime, fable express, inventions...
Son amitié avec Charles Cros, véritable savant de l'époque, valut à Alphonse Allais une réputation
fausse de chercheur, réputation qu'il entretenait par des exposés cavalièrement scientifiques et une
application de la logique poussée à l'absurde.
Cette méthode trouva un terrain de prédilection parmi les us du langage comme dans l'exemple suivant:
"Les pommes de terre cuites sont plus digestes que les pommes en terre cuite."

Les tubercules originaux ayant inspiré cette constatation scientifique




Son ascension finale au firmament des humoristes

Alphonse Allais mourut en 1905. De mauvaises langues affirment qu'il le fit exprès
Il n'en est rien. Frappé d'embolie, un matin il cessa d'être triste.
Oublié pendant quarante ans, il fallut attendre les surréalistes et de grands noms tels Sacha Guitry,
Jacques Prévert pour que le grand public (et même celui de taille moyenne) redécouvre ses recettes
de bonne humeur et de bon humour.
Et c'est en avril 1944 qu'Alphonse Allais atteint définitivement le firmament des humoristes, le jour où une bombe
anglaise égarée fit s'envoler dans une nuée multicolore la sépulture de notre humoriste normand.
Fin qu'aurait aimé notre homme... Ne préconisait-il pas dans un de ces contes de dessécher le corps des
défunts dans le but de l'imbiber ensuite d'un liquide explosif, transformant ainsi les encombrantes dépouilles
en feux d'artifice du plus bel effet (voire en charges d'artillerie pour les anciens militaires).

L'ascension finale d'Alphonse Allais
(version colorisée du document d'époque)



Alphonse Allais



Les citations d'Alphonse Allais

«Toutes les fois qu’on a l’occasion de réaliser une métaphore, doit-on hésiter un seul instant ?»
[ Alphonse Allais ] - Deux et deux font cinq

«Si le nez de Cléopâtre avait été moins long, sa face, à elle, aurait été changé, bien avant celle du monde.»
[ Alphonse Allais ]

«Les chiens sont, en tant qu'espèce, éminemment méprisables, aussi bien pour l'écoeurante banalité de leur affection que pour leur extraordinaire faculté de caporalisation.»
[ Alphonse Allais ] - Le chien gaffeur

«Verser de l'argent ès mains d'un percepteur ressemble terriblement à l'opération niaise qui consiste en le jet d'une pareille somme dans un abîme probablement sans fond.»
[ Alphonse Allais ] - Extrait des Contes et chroniques

«Il vaut mieux être cocu que veuf : il y a moins de formalités !»
[ Alphonse Allais ]

«Et Jean tua Madeleine. Ce fut à peu près vers cette époque que Madeleine perdit l'habitude de tromper Jean.»
[ Alphonse Allais ]

«Ventre affamé n'a point d'oreilles, mais il a un sacré nez !»
[ Alphonse Allais ] - Le chat noir

«Impossible de vous dire mon âge, il change tout le temps.»
[ Alphonse Allais ]

«La mère rit de son arrondissement.»
[ Alphonse Allais ]

«Il y a des circonstances où il faut s’abstenir de jouer à la bourse, aux courses, au baccarat ou à la roulette : primo, quand on n’a pas les moyens et secundo, quand on les a.»
[ Alphonse Allais ]

«J’ai souvent remarqué, pour ma part, que les cocus épousaient de préférence les femmes adultères.»
[ Alphonse Allais ] - Le Journal - 19 Mars 1894

«C’est quand on serre une femme de trop près qu’elle trouve qu’on va trop loin.»
[ Alphonse Allais ]

«La mort est un manque de savoir-vivre.»
[ Alphonse Allais ]

«Dieu a sagement agi en plaçant la naissance avant la mort ; sans cela, que saurait-on de la vie ?»
[ Alphonse Allais ] - Le Chat noir - 11 Janvier 1890

«Je me suis toujours demandé si les gauchers passaient l'arme à droite.»
[ Alphonse Allais ]

«Si l'homme est véritablement le roi de la création, le chien peut, sans être taxé d'exagération, en passer pour le baron, tout au moins.»
[ Alphonse Allais ] - Pas de bile

«On devrait pouvoir ouvrir des écoles pour professeurs inadaptés.»
[ Alphonse Allais ]

«Le comble de la ressemblance : Pouvoir se faire la barbe devant son portrait.»
[ Alphonse Allais ] - Extrait du journal Le Tintamarre - 18 Mai 1879

«Les horizontales se rencontrent dans tous les milieux, les parallèles jamais.»
[ Alphonse Allais ]

«J'ai une mémoire admirable, j'oublie tout.»
[ Alphonse Allais ]

«Les ours blancs sont blancs parce que ce sont de vieux ours.»
[ Alphonse Allais ] - Le captain Cap

«La grande trouvaille de l'armée, c'est qu'elle est la seule à avoir compris que la compétence ne se lit pas sur le visage. Elle a donc inventé les grades.»
[ Alphonse Allais ]

«Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables.»
[ Alphonse Allais ]

«Le tapioca a un goût de moisi assez déplaisant pour les personnes qui n’aiment pas le moisi.»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«Le temps mit bientôt sur mon coeur ulcéré l’arnica de l’oubli. Un clou chasse l’autre, une femme aussi.»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«La vie est comme on la fait.»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«Si la mère a ressemblé si parfaitement à la fille, il est certain qu’un jour, la fille ressemblera parfaitement à la mère.»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«L’oubli, c’est la vie.»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«Je lâcherais tout, même la proie, pour Londres.»
[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre

«Oh, le beau triomphe que de casser l’aile au rêves !»
[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre

«On a dit que le génie était une longue patience. Et le mariage donc !»
[ Alphonse Allais ] - Le Chat noir - 11 Janvier 1890

«Quoi de plus inhumain qu’un sacrifice humain ?»
[ Alphonse Allais ] - Le Chat noir - 11 Janvier 1890

«L’état de veuvage chez la femme est presque toujours déterminé par le décès du conjoint.»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«Où la science s’arrêtera-t-elle, mon Dieu ! Et même, s’arrêtera-t-elle jamais !»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«Les moments heureux coulent plus vite que les autres (mon Dieu, comme la vie est mal arrangée !)»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«Dire qu’on a eu vingt ans, qu’on ne les a plus, qu’on ne les r’aura plus jamais !»
[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

«Avec les femmes est-on jamais sûr ?»
[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre

«C’est effrayant ce qu’on vieillit entre deux Expositions Universelles, surtout lorsqu’elles sont séparées par un laps considérable.»
[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre

«Jeune homme, mets longtemps ta main dans celle de ta maîtresse, cela vaut mieux que de la lui mettre sur la figure.»
[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre

«La civilisation, qu’est-ce que c’est, sinon la caserne, le bureau, l’usine, les apéritifs, et les garçons de banque ?»
[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre




Pensées logiques

Ces quelques pensées, quoique parfaitement innocentes, ont été frappées,
mais, rassurez les âmes sensibles, seulement du coin du bon sens.

 

Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas.

Quand on ne travaillera plus le lendemain des jours de repos, la fatigue sera vaincue.

Il vaut mieux être cocu que veuf. Il y a moins de formalités.

Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l'avenir.

La statistique a démontré que la mortalité dans l'armée augmente sensiblement en temps de guerre.

C'est quand on serre une dame de trop près... qu'elle trouve qu'on va trop loin.

La mer est salée parce qu'il y a des morues dedans. Et si elle ne déborde pas, c'est parce que la providence, dans sa sagesse, y a placé aussi des éponges.


Entrefilets

Fait divers à Sées
L'abbé Sédaire a découvert Mme Lalaître, morte assassinée, l'arme du crime gisant encore au pied de Lalaître. Un suspect, M.R., a rapidement été arrêté. Après interrogatoire, il s'avère que M. R. est innocent. Le mystère demeure   .
A.A.

Retour au menu

Pensées autographes

Une pensée autographe se distingue par le fait que la signature du supposé auteur
constitue la chute indispensable de cet écrit.

 

Le soir, beaucoup de femmes pressées vont au trot
Thouars
Beaucoup de gens trouvent que M. Berthaud, l'honorable député du Calvados, n'est pas un adonis; moi je ne trouve pas
Bertholet
J'ai toujours eu quelques réticences à jouer au jeu de hasard. Lors de ma dernière escapade à Deauville, mes pas me portèrent jusqu'au casino. Un sympathique croupier eut finalement raison de mes derniers scrupules en m'encourageant d'un tonitruant
"- N'ayez plus peur de tout"
Allais A.
Le métier d'amuseur public oblige à noircir des multitudes de pages, ceci jour après jour. De cet emploi exagéré de la plume, on ne récolte que des cals
Embour.
Un petit clic pour un bon mot Allais à Toi


Pensées géographiques

Quelques pensées susceptibles de réconcilier les français avec la géographie.

 

L'angleterre est une colonie normande qui a mal tourné.

Je ne comprends pas les anglais ! Tandis qu'en France nous donnons à nos rues des noms de victoire: Wagram, Austerlitz... là-bas, on leur colle des noms de défaite: Trafalgar square, Waterloo Place...

Les ours sont blancs parce que ce sont de vieux ours. Tous les ours du monde viennent vieillir et mourir doucement dans les régions arctiques. De sorte qu'on aurait le droit d'appeler ce pays: "l'Arctique de la mort".

Les familles, l'été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l'espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.

Retour au menu

Fables morales

Un certain Lafontaine, auteur connu de quelques rares initiés, a par quelques forfaitures peu avouables
occulté l'oeuvre fabuliste et fabuleuse de notre grand homme, et s'est réservé l'honneur des fables moralistes.
Que justice soit rendue à notre ami et que ses écrits retrouvent enfin la juste place qu'ils méritent.

 

Devenu mari d'une exécrable rosse,
Il la tua dès le réveil
Au lendemain de son absurde noce.
Moralité:
La nuit porte conseil.
Lorsque tu vois un chat de sa patte légère,
Laver son nez rosé, lisser son poil si fin,
Bien fraternellement embrasse ce félin.
Moralité:
S'il se nettoie, c'est donc ton frère.
___________________________________________ ___________________________________


Dans Aire-sur-la-Lys, il advint une fois,
Qu'un voyageur manquât son train. C'est une affaire
Qui n'a rien d'extraordinaire.
Il s'était attardé: tant pis pour lui, ma foi !
Moralité:
Si tu ne vas pas à la gare d'Aire
La gare d'Aire n'ira pas à toi.
Tamerlan, conquérant farouche,
Dans un combat fit vingt captifs.
Il les fit empaler tout vif.
On n'dit pas si c'est par la bouche.
Moralité:
Malheur aux vaincus !
___________________________________________ ___________________________________________
Une femme dans l'espoir de son premier enfant,
Inquiète de garder ses rondeurs pour longtemps
Pendant neuf longs mois, de tout encas se passa.
A bout, ce fut le soir où son jeûne elle cessa
Que l'enfant décida qu'il était enfin temps.
Moralité :
Le petit vient en mangeant.

PS: Il semblerait que nous ayons injustement accusé Monsieur Lafontaine; En effet, nous apprenons que  ce monsieur décéda
bien avant les manigances qui ont lésé notre ami du titre de plus grand fabuliste de notre littérature. Néanmoins, le fait que ce
monsieur n'était plus de ce monde à cette époque ne doit pas l'absoudre pour autant de sa responsabilité quant à ce crime de lèse-allais.


Poésies allaisiennes

La poésie allaisienne comprenait quelques idées révolutionnaires, malheureusement délaissées par
ses poétiques condisciples. On pourra citer ainsi le vers néo-alexandrin qui se distingue de l'ancien
en ce qu'il rime par le début et qu'il se compose d'une moyenne de 12 pieds, et surtout le distique
olorime, ce poème de deux vers uniquement mais rimant exactement entre eux.

 

Proposition folichonne d'un peintre un peu loufoque qui voulait entraîner une jeune femme dans les cryptes, à seule fin de lui peindre le dos avec de la couleur verte :
Je dis, mettons, vers mes passages souterrains
Jeudi, mes tons verts, mais pas sages, sous tes reins.
Distique d'un genre différent des précédents pour démontrer l'inanité de la consonne d'appui
Les gens de la maison Dubois, à Bone, scient
Dans la froide saison, du bois à bon escient.
(C'est vraiment triste, pour deux vers, d'avoir les vingt-deux
dernières lettres pareilles, et de ne pas arriver à rimer.)
Rimes riches à l'oeil
Etonnant le jury par sa science en dolmens
Le champion de footing du collège de Mens,
Gars aux vaillants mollets, durs tel l'acier de Siemens,
A passé l'autre jour de brillants examens.
Que je sois foudroyé sur l'heure, si je mens !
In corpore sano, vive Dieu ! sana mens.

PS J'entends murmurer quelques personnes dans l'assistance et prétendre que sur ces six vers, pas un ne rime. Ne vous ai-je point prévenu que ce petit poème était dû à M. Xavier Roux, le poète sourd-muet de Grenoble ?
En matière de rimes, les sourds, comme l'indique leur nom, ne connaissent que d'ophtalmiques satisfactions.


Pensées honfleuraises

Alphonse Allais demeura fidèle à sa ville natale où il revenait fréquemment se remettre
de sa "vie de débauche parisienne". Cette cité lui inspira aussi quelques pensées.

 

Honfleur, l'humble cité où je repose mes membres endoloris par la débauche, serait un séjour charmant s'il n'y avait pas tant de peintres.

En été, il y fait rudement chaud pour une si petite ville.

L'éloquent "A lundi" des honfleurais en guise d'au revoir, dit bien la nature de ces gens si raisonnables. L'ardeur qu'ils déploient quotidiennement au labeur ne dépasse en rien celle du dimanche. Sage hygiène de vie que je m'astreints à respecter chaque jour.
Il existe à Honfleur une place où naquirent, à quelques lustres de distance, le vaillant amiral Hamelin et celui qui écrit ces lignes. La postérité jugera.

Et si on le prenait au mot. Pourquoi ne pas rebaptiser cette place d'Honfleur au pied de la célèbre Lieutenance. Il existe une rue au nom de notre honfleurais, mais une rue ça a un début et une fin, et la fin d'Alphonse Allais n'est pas envisageable. Tandis qu'une place, ça, ça vous pose votre homme. 
Rejoignez nous en envoyant vos dons pour rebaptiser la place Hamelin en place ALLAIS (ou sucré, selon vos goûts).
 
Retour au menu
Un petit clic pour une citation Allais A Toi

Petite bibliothèque

Pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend, quelques petits extraits se trouvent à un clic d'ici


 
 
 

A lire pendant vos longues soirées d'hiver

A se tordre  Le bec en l'air
Pas de bile      Le parapluie de l'escouade
On n'est pas des boeufs    A l'oeil
Deux et deux font cinq       Plaisir d'humour
L'affaire Blaireau
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article