NOUVELLES DE BARBES

Publié le par LEPIC ABBESSES

L’architecte Philippe Pumain et Bertrand Delanoë parviendront-ils à coiffer le Louxor d’une grande terrasse ?

170 boulevard de Magenta 75010 Paris

 

Présentation hier par Philippe Pumain du projet du nouveau Louxor, qui serait tellement mieux avec une grande terrasse sur le toit, ainsi que le remarquait le maire de Paris Bertrand Delanoë. J’en suis pleinement d’accord et l’exigence de qualité, sur un tel projet et plus encore dans un tel quartier, mérite pleinement un « petit combat » et de la conviction exprimée auprès des Bâtiments de France. N’est-ce pas dans la philosophie maintes fois exprimée de faire aussi du beau dans les quartiers moins favorisés ?

Vue sur Montmartre et le Sacré-Cœur, d’un bel espace sur les toits du Louxor. Imaginez un peu...

Toujours est-il qu’hier, l’architecte Philippe Pumain présentait son nouveau Louxor, nouvel espace culturel dont le coût des travaux s’élèverait pour le moment à 29M€.

Il comprendra 3 salles de cinéma, un café et une salle d’exposition, le tout marqué par le choix architectural fort du retour au style néoégyptien des origines.

La grande salle a été baptisée hier par le Maire du nom du réalisateur Youssef Chahine. Elle comptera 342 fauteuils et sera ornée de frises, exactes restitutions des dessins originaux des années 1920. Philippe Pumain parlait même de « photocopies ». On pourra y regarder les films comme au début du siècle, le grand écran pouvant laisser la place à une toile plus réduite. Y aura-t-il l’emplacement d’un piano, qui accompagnait à l’époque les projections ? Enfin la salle Youssef Chahine disposera de deux balcons ouverts aux spectateurs.

Et une collation d’après film pourra être prise sur la « petite terrasse »… voir plus haut et souhaitons l’ambition !

Les deux autres salles, l’une de 140 et l’autre de 74 places seront en sous-sol.

Ces salles seront consacrées au cinéma « du Sud », et au cinéma d’art et essai. Et pourquoi pas une partie de la programmation « populaire », pour rejoindre la tradition qu’eut cette salle et empêcher une trop brutale « gentryfication » de ce quartier. Et un meilleur mélange culturel et physique des populations.

L’exploitant reste à trouver, mais Jean-Pierre Bruneau serait parfait à la programmation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article