NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES


Les enjeux de Copenhague en débat, mercredi 9 décembre, au studio 28

bandeau-copenhague2.png


Copenhague, quels enjeux, quels résultats ? C’est le thème d’une conférence débat organisée, mercredi 9 décembre 2009, au studio 28, par Christophe Caresche, député de la 18e circonscription de Paris. Sandrine Mathy, présidente du Réseau Action Climat et Agnès Sinaï, journaliste au Monde diplomatique et documentariste, participeront à cette réunion.

Mercredi 9 décembre 2009
Studio 28
10, rue Tholozé - 75018 Paris

 

 

 

L'édito de Jean-Philippe Daviaud : Ecologie de droite, écologie de gauche

La Conférence des Nations Unies sur le Climat se réunit jusqu'au 18 décembre à Copenhague, au Danemark. Les chefs d'Etat et représentants de 192 pays  tenteront de trouver un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour lutter contre le réchauffement climatique. Et il y a urgence si l'on veut limiter le réchauffement de la planète à 2°C d'ici la fin du siècle, le scénario de réchauffement climatique le plus optimiste selon le dernier rapport du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC).

Pour remplir cet objectif, les pays riches devront réduire d'ici 2020 leurs émissions de GES de 25% à 40% par rapport au niveau de 1990, et les pays en développement devront les infléchir de 15% à 30% par rapport à leur niveau prévu en 2020 en cas de statu quo. Si chacun est convaincu de la nécessité de tenir de tels objectifs, encore faut-il trouver les mesures qui permettront de les atteindre et qu'elles soient socialement supportables. Et c'est là que l'écologie de gauche prend toute sa signification.

Lorsque, dans la loi de finance qui vient d'être adoptée, le gouvernement instaure une taxe carbone destinée à inciter à changer les comportements et à diminuer la consommation d'énergie, il prévoit qu'elle soit compensée uniformément pour tous les ménages, indépendamment de leur revenu. De leur côté, les députés socialistes ont demandé que la plus haute tranche d'imposition sur le revenu ainsi que les ménages payant l'ISF ou bénéficiant du bouclier fiscal soient exclus de toute compensation financière face à la mise en place de cette taxe. C'est une question de justice. Comme on pouvait s'y attendre, la majorité a rejeté ces amendements.

Notre projet doit donc être de mêler intimement les dimensions écologiques et sociales. Car ne nous y trompons pas, les défis écologiques et environnementaux vont exiger de profonds bouleversements de nos habitudes de vie avec parfois des conséquences économiques importantes comme le renchérissement des matières premières ou de certains produits ou services. La gauche ne laissera pas la majorité engager la mutation écologique de notre pays de façon inéquitable. Plus que jamais dans cette période, la solidarité doit être à l'ordre du jour. Il en va de la cohésion sociale du pays.

JPDaviaud_29 01 09.JPG   Par Jean-Philippe Daviaud, Secrétaire de section

 

 

Commenter cet article