NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Réformer l’hébergement d’urgence en hôtel

Début mai 2010, la mairie du 18e publie un rapport sur les Etats généraux de l'hébergement d'urgence en hôtel qui ont lieu en février dernier. Etats des lieux et propositions pour réformer un dispositif hôtelier.

En mai 2009, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a désigné le 18e comme arrondissement pilote pour repenser le dispositif d'hébergement hôtelier. Le constat est éloquent : le 18e concentre à lui seul 25% des mille familles hébergées à Paris à l'hôtel via l'Aide sociale à l'enfance (ASE) et 144 des 648 hôtels meublés pratiquant l'hébergement social.

Le 4 février 2010, la mairie du 18e a donc organisé les Etats généraux de l'hébergement d'urgence en hôtel.

Elus, services sociaux, Samu social, institutions, Atelier parisien d'urbanisme et associations partenaires ont contribué à dresser un état des lieux de la situation de l'arrondissement et à faire des propositions d'amélioration.

Cette réflexion, conduite en partenariat avec la mairie de Paris, a abouti à la réalisation d'un rapport qui s'achève sur les mesures préconisées par la mairie du 18e afin d'améliorer le dispositif d'hébergement hôtelier :

1. Reconsidérer le niveau des amendes, de façon à pouvoir condamner plus lourdement les contrevenants lorsqu'ils passent devant le tribunal de police.

2. Mettre en place un système de réservation hôtelière au travers :

  • d'une plateforme, type Samu social (Pôle d'hébergement et de réservation hôtelière du Samu social), avec renfort éventuel de personnel de la Ville et du Département
    ou
  • de deux plateformes qui se coordonnent et mutualisent leurs informations

Ce système permettrait ainsi :

  • de pouvoir placer facilement les familles concernées dans les hôtels disponibles
  • de mieux négocier donc de contrôler les tarifs
  • de mieux encadrer les pratiques
  • pour les travailleurs sociaux de se concentrer sur l'accompagnement social

3. Adhésion des hôteliers à une charte de qualité des prestations hôtelières

4. Systématisation du contrôle des hôtels et prise en compte du confort minimum

5. Améliorer la répartition territoriale : le 18e arrondissement concentre le plus grand nombre d'hôtels à l'échelle parisienne et un nombre important de structures d'hébergement/logements sociaux (maisons relais, résidences sociales, etc.), d'où la nécessité qu'une réflexion globale soit menée à l'échelle régionale sur les différents règlements d'action sociale.

Ce rapport a été remis début mai 2010 au maire de Paris, Bertrand Delanoë, à Olga Trostiansky, adjointe au maire de Paris, chargée de la Solidarité, de la Famille et de la Lutte contre l'exclusion et Myriam El Khomri, adjointe au maire de Paris, chargée de la Protection de l'enfance et de la Prévention spécialisée, afin de poursuivre le travail engagé par la mairie du 18e en conduisant la réforme du dispositif d'hébergement hôtelier à l'échelle parisienne.

 

 

 

 

L'hôtel, pour éviter la rue

Crédits

 Chaque nuit à Paris, mille familles sont hébergées à l’hôtel, dont trois cents dans le 18e arrondissement. Autrefois occupés par des provinciaux et des immigrés fraichement montés à la capitale, ils accueillent aujourd'hui des personnes en situation d'exclusion qui ne parviennent pas à accéder à un logement "classique". Etat des lieux et propositions.

Les hôtels meublés font partie intégrante de l’habitat parisien. Ils ont de tout temps accueilli les nouveaux arrivants, qu’ils viennent des diverses régions de France ou de pays étrangers, leur offrant le plus souvent une première forme de logement transitoire. Aujourd'hui ils hébergent essentiellement des personnes isolées et des familles en situation de grande fragilité sociale.

Jeudi 6 mai Daniel Vaillant maire du 18e et son adjoint aux affaires sociales Gérald Briant, Olga Trotstiansky, adjointe de Bertrand Delanoë à la Solidarité et Myriam El Khomri, adjointe à la protection de l'enfance ont présenté un rapport dressant un constat inquiètant sur la situation du 18e : manquement aux règles d'hygiène et de sécurité, perennisation croissante des familles dans des chambres inadaptées à l'éducation des enfants, multiplication des marchands de sommeil....

Les élus préconisent diverses mesures : sanctions plus lourdes pour les tenanciers d'hôtels insalubres ou dangereux, mise en place d'une plate-forme de réservation pour mieux contrôler les tarifs et encadrer les pratiques. Ils demandent enfin une meilleure répartition sur le territoire francilien de ce mode de logement: "La Seine-Saint-Denis et le 18e donnent beaucoup, mais certains départements de l'Ouest parisien, notamment les Hauts-de Seine, sont aux abonnés absents et nous envoient du monde " a regretté Daniel Vaillant.

  Les hôtels meublés dans le 18e

En mai 2009, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a désigné le 18e comme arrondissement pilote pour repenser le dispositif d’hébergement hôtelier.

Le 18e concentre à lui seul 25% des mille familles hébergées à Paris à l’hôtel via l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et 144 des 648 hôtels meublés pratiquant l’hébergement social.

L'hôtel, un moindre mal pour les familles

À Paris, un dispositif complet existe pour ceux qui se trouvent en rupture d’hébergement. En effet, Paris concentre près de 65% des capacités régionales dédiées à l’hébergement d’urgence articulé autour des CHU (Centre d’hébergement d’urgence) et des CHRS (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale). Ce dispositif important est encore insuffisant. Cette pénurie a contraint les services sociaux et les associations à faire appel aux hôtels meublés.

De plus, les familles, pour des raisons de préservation du noyau familial demandent à bénéficier de ce type d’hébergement plutôt que des centres d’hébergement.

Tous les jours les services sociaux de la Ville sont confrontés aux demandes des familles, à des cas souvent dramatiques. Le recours à l’hôtel reste toujours la dernière solution, lorsqu’aucun autre mode d’hébergement ou de logement n’a pu être trouvé.

La mairie du 18e dresse un état des lieux

Chaque soir à Paris, mille familles sont hébergées à l’hôtel, dont trois cents dans le seul 18e arrondissement, soit près de 30%. Environ 22% du parc hôtelier parisien pratiquant l’hébergement social est concentré dans le 18e.

Des familles peuvent y vivre des années avec les conséquences que cela peut avoir en termes d’éducation et de socialisation des enfants qui ne connaissent que l’habitat précaire.

- Le coût de la prise en charge hôtelière est très conséquent pour la collectivité parisienne, certaines familles étant obligées, pour des raisons de sécurité, d’occuper plusieurs chambres. Dans le 18e arrondissement, la prise en charge hôtelière représente plus de 85% du budget de l’ASE (aide sociale à l'enfance) versée aux familles, soit 4,4 millions d’euros.

- Une pratique délictueuse observée de la part de certains « hôteliers », qui se comportent en véritables « marchands de sommeil », profitant de l’aubaine pour exploiter les familles et abuser de la collectivité.

Les Etats généraux de l’hébergement d’urgence en hôtel

Le 4 février 2010, la mairie du 18e a organisé les Etats généraux de l’hébergement d’urgence en hôtel.

Elus, services sociaux, Samu social , institutions, Atelier parisien d’urbanisme  et associations partenaires ont contribué à dresser un état des lieux de la situation de l’arrondissement et à faire des propositions d’amélioration.

Cette réflexion, conduite en partenariat avec la mairie de Paris, a abouti à la réalisation d’un rapport qui s’achève sur les mesures préconisées par la mairie du 18e afin d’améliorer le dispositif d’hébergement hôtelier. 

 

Prochaine opération propreté : participez !

Toute l'année, la Direction de la Propreté et de l'Eau de la division du 18e et les agents de la Ville de Paris se mobilisent pour nettoyer en profondeur et entretenir votre quartier. Soyez acteurs de ces opérations de nettoiement en participant !

L’objectif d’une opération coordonnée de nettoiement approfondi (OCNA) est double : nettoyer en profondeur le 18e secteur par secteur mais également sensibiliser les habitants aux enjeux de la propreté et de la préservation de l'environnement.

C'est pourquoi, des agents de la Direction de la Propreté et de l'Eau tiennent des stands, vous informent et répondre à vos questions. Des panneaux d'information thématiques seront également à votre disposition.

Après une semaine de sensibilisation et d'information, la verbalisation des comportements allant à l'encontre des règles de propreté sera renforcée : une déjection de votre chien non ramassée, ou un encombrant abandonné dans la rue peut vous coûter 183 € d'amende.

Venez chercher des affiches en mairie pour sensibiliser vos voisins !

Des affiches sont disponibles à l’accueil de la mairie pour participer à la campagne propreté. Relayez l’information et sensibilisez vos voisins en affichant l’information dans votre hall d’immeuble ou votre commerce.

Les prochaines OCNA sont programmées :

  • du 16 au 27 novembre dans le secteur Pigalle - Blanche

Journée de consultations fiscales gratuites

Pour vous aider à remplir votre déclaration de revenus, la mairie du 18e et le Barreau de Paris vous proposent de venir rencontrer un avocat fiscaliste le mercredi 19 mai de 8h30 à 17h30.

Le temps de la nouvelle feuille d'impôt est arrivé. Elle est parfois synonyme de casse-tête pour bien des usagers qui se posent des questions fiscales mais n'ont pas les moyens de consulter un avocat pour y répondre.

C'est pourquoi la Ville de Paris organise chaque année cette journée fiscaliste gratuite en partenariat avec le barreau de Paris.

Rendez-vous mercredi 19 mai de 8h30 à 17h30 à la mairie du 18e

 

Commenter cet article