NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES



C’est le printemps de tous les chantiers

Fermeture de l’A 6b, travaux porte d’Orléans, porte de la Chapelle… : les bouchons se multiplient. Certains réclament une présence policière accrue pour y remédier.

 
 
 

Ouf, quinze jours de répit ! Jusqu’à la fin des vacances scolaires, la circulation, qui devrait être un peu moins dense dans la capitale, va permettre aux automobilistes de souffler un peu après un début d’année particulièrement difficile.
Motif : une multitude de gros chantiers menés simultanément qui sont venus s’ajouter aux petits travaux de voirie (on en recense en permanence près de 150 dans la capitale).

Ils ont entraîné des reports de circulation sur des axes en théorie fluides mais désormais régulièrement saturés.
La récente fermeture de l’A 6b en direction de la province n’a rien arrangé. Les quelque 100 000 automobilistes qui quittaient la capitale par la porte d’Italie sont désormais contraints de poursuivre sur le périph jusqu’à la porte d’Orléans (elle-même passablement engorgée à cause des travaux de prolongation de la ligne 4 du ). Et pas la peine de quitter le périphérique est à la recherche d’un itinéraire bis sur les boulevards des Maréchaux. A cause du chantier de prolongement du tramway T3 de la porte d’Ivry à la porte de la Chapelle, ils sont très fréquemment embouteillés dans les deux sens.
Les bouchons liés aux automobilistes qui tentent d’éviter les secteurs en chantier ne se limitent pas aux environs des portes d’Italie et d’Orléans. Au nord-ouest de la capitale, le très lourd chantier de réaménagement de la place de Clichy (lire ci-dessous) provoque lui aussi un « effet dominos ». Les embouteillages sur la place se répercutent sur le boulevard des Batignolles dans le XVII e et jusque sur le boulevard Rochechouart côté XVIII e .
Au centre de , les travaux de remise aux normes du tunnel des Tuileries (qui ont nécessité une réduction de la largeur des deux voies) qui ralentissent la circulation sur la voie rapide devraient se prolonger jusqu’en juillet prochain. Enfin à l’est, sur le parcours du prolongement du T3, deux points noirs tournent quotidiennement à l’enfer pour les automobilistes : le passage du pont National transformé en entonnoir dans le secteur de Bercy et la porte de la Chapelle où le tunnel qui passait sous le a été définitivement condamné.
« Nous sommes actuellement dans une situation très atypique, confirme-t-on au service de la voirie de la Ville de Paris où l’on a constaté une récente augmentation des bouchons. Ces dernières semaines, il y a eu simultanément des grèves dans les transports en commun, les départs en vacances… et de grosses restrictions de circulation (l’A 6b notamment) extérieures à Paris mais qui ont un impact sur la fluidité du trafic intra-muros. » La parade ? « L’information à la fois en direction des riverains des chantiers et des automobilistes. Nous avons notamment des panneaux très en amont des chantiers pour inviter les conducteurs à contourner les secteurs difficiles. » Mieux vaut s’habituer à ces détours. La fermeture de l’A 6b durera jusqu’en novembre 2010 et le chantier du tramway jusqu’en… 2012.

Commenter cet article