NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Sadra GOURIER-MARMOL 'Utopie' peintures

exposition du 27 novembre au 6 décembre 2009
vernissage vendredi 27 novembre à partir de 18h
galerie HAMADRYADE
16 rue Durantin 75018 Paris
01 42 51 37 43 – 06 07 33 23 38
http://hamadryade.over-blog.fr/
contact: Danièle Caplain galeriehamadryade@yahoo.fr



Sadra GOURIER-MARMOL 'Utopie' peintures
UN MORCEAU DE ZINC… « Un morceau de zinc dans un amas de ferraille ! Un morceau de zinc délaissé, jeté, poussé, ballotté, écrasé, appelé à la destruction définitive et irrémédiable. Appelé à disparaître dans le néant. Pourquoi me suis-je penchée sur lui ? Une évidence. Sa patine, l'usure du temps, sa forme, sa mémoire m'ont semblé évidentes. Je l'ai ramassé. Plus, je l'ai recueilli. Je l'ai regardé, tourné dans tous les sens, et l'ai posé sur un support pour encore l'observer. L'observer de près, de loin, d'en haut, d'en bas, de devant, de derrière, dans l'ombre et dans la lumière. Ce morceau de zinc m'a raconté son histoire, le temps avait fait son oeuvre et lui avait donné, au-delà de sa forme tourmentée et de ses teintes délavées plus que de la beauté : Une âme. Depuis cet événement, je reste à l'affût de toute chose à laquelle je pourrais, à défaut de prolonger l'existence dans sa destination initiale, donner une autre vie. Au début, j'ai introduit ce matériau dans mes travaux sans trop savoir pourquoi, par une attirance irraisonnée. Un besoin de confondre le passé avec le présent pour mieux imaginer le futur. Au fil du temps, il s'est imposé à moi comme une évidence. J'ai la sensation que ce que d'aucuns appelleraient un débris, me parle, me raconte son histoire jusqu'à ce qu'il soit jeté et abandonné. Jusqu'à ce que j'ai tenté de lui redonner vie… Je représentais souvent une voiture dans mes tableaux. J'ai pris conscience que cette voiture c'était moi. Pourquoi ? Je n'ai jamais réussi à me l'expliquer. Elle a disparu au fil du temps pour faire place à un visage souvent composé de vieux matériaux, zinc, ficelle, disques usagés à meuler, capsules… et divers objets ayant subi les outrages du temps. Pour moi, toutes ces vieilles choses se sont embellies. Le temps les a révélées, ennoblies. Peut-être voudrais-je inconsciemment qu'elles survivent au temps ? A ce temps qui n'existe pas ».

Commenter cet article