NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

  • ASV Paris 18
  • ASV Paris 18
  • ASV Paris 18

La politique de la ville

Le terme de "Politique de la ville" désigne un dispositif particulier qui vise à requalifier les quartiers, qui connaissent des difficultés du point de vue de l’habitat, de la situation socio-économique, éducative, culturelle ou de l’environnement.

Le 18e compte 4 quartiers classés en "Politique de la ville", au nord et à l’est de l’arrondissement :
• la Porte Montmartre-Porte de Clignancourt, Moskowa,
• la Goutte d’Or,
• la Chapelle-Porte d’Aubervilliers,
• Amiraux-Simplon.

Le quartier Amiraux-Simplon, entré en politique de la ville en 2007, est rattaché au quartier Porte Montmartre-Porte de Clignancourt. Ils bénéficient de plus de moyens financiers et humains, ainsi que d’une mobilisation conjointe des différents acteurs : l’Etat, la Ville et l’arrondissement, la Région, les institutions, les associations et les habitants.

Dans ces quartiers est menée une politique de réduction des inégalités. Le Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) 2007-2009 qui a remplacé l’ancien contrat de ville est un Contrat pluriannuel cosigné par l’Etat, la Ville de Paris, la Région Ile-de-France, l’ACSE (Agence pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des Chances).

Le CUCS s’applique pour la période 2007-2009 et concerne 11 quartiers à Paris dont 4 situés dans le 18e.

Les objectifs de la Politique de la ville à atteindre dans ces quartiers sont :

• L’emploi, l’insertion et le développement économique
• Le développement du lien social, l’accès au droit et à la citoyenneté
• L’habitat, le cadre de vie et le renouvellement urbain
• L’éducation, la jeunesse et le sport
• La santé
• La prévention de la délinquance
• La culture

Les publics prioritaires sont :

• Les foyers monoparentaux
• Les populations immigrées
• Les jeunes
• Les personnes âgées




L’Atelier Santé Ville Paris 18 en quelques mots

C’est quoi ? L’Atelier Santé Ville est avant tout une démarche de coordination pour mobiliser, aider, et former les habitants, les acteurs et les professionnels des quartiers politique de la Ville du 18ème arrondissement autour d’actions collectives liées à la santé. Il s’agit de promouvoir une démarche locale de santé publique et de promotion de la santé auprès des populations les plus vulnérables. D’où ça vient ? Consacrés par la Loi de santé publique de 2004 et inscrits dans le Plan Régional de Santé Publique (PRSP), les Ateliers Santé Ville constituent le dispositif opérationnel du volet santé du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) de Paris 2007 – 2010. C’est où ? Les territoires concernés sont les quartiers « Politique de la Ville » du 18ème arrondissement :
  • La Goutte d’Or,
  • Porte d’Aubervilliers - La Chapelle
  • Amiraux-Simplon,
  • Porte Montmartre, Porte de Clignancourt et Moskova

Les Quartiers Politiques de la Ville Paris 18

Qui sommes-nous ?

L’équipe de l’Atelier Santé Ville Paris 18 est à la disposition de ceux qui veulent améliorer la santé des habitants.
Avec : Emilie Malbec Emilie Malbec coordinatrice, emilie.malbec@ateliersanteville-paris18.fr

Son rôle :
- Faire l’interface entre les différentes logiques institutionnelles et la démarche de l’ASV
- Animer et coordonner l’équipe (salariés et stagiaires)
- Connaître et mobiliser les différents acteurs
- Organiser l’ensemble du dispositif Avoir un rôle de proposition basé sur l’expérience de tous

Cheickna Macalou Cheikna Macalou médiateur, cheickna.macalou@ateliersanteville-paris18.fr

Son rôle :
- Faciliter les échanges entre les professionnels et les habitants
- Appuyer la compréhension et la connaissance des réalités des quartiers pour les divers intervenants y compris les autres membres de l’ASV
- Aller à la rencontre des habitants pour les mobiliser

Fatiha Ayoujil Fatiha Ayoujil psychologue, fatiha.ayoujil@ateliersanteville-paris18.fr Son rôle :
- Travailler à ce que la parole des habitants soit entendue à égalité avec celle des professionnels
- Permettre l’échange des ressentis, des attentes, et des pratiques
- Intervenir comme modératrice pour synthétiser et dégager un discours commun à partir des interventions de tous Agnès Giannotti directrice, bénévole, qui exerce depuis 20 ans en tant que médecin généraliste au cœur de la Goutte d’Or.

Son rôle :
- Superviser l’équipe et travailler à la cohérence de la démarche

Des stagiaires, des bénévoles

Leur rôle :
- Apporter leur dynamisme, leur expérience propre, leur regard et leurs questionnements pour enrichir l’action.





Notre but principal : la réduction des inégalités de santé

L’atelier Santé Ville Paris 18 sert à : Créer une culture commune de la santé
Œuvrer pour l’amélioration de l’accès à la prévention et aux soins pour tous
Développer le travail en réseau
Identifier les besoins et les dysfonctionnements dans le domaine de la santé, recueillir et diffuser les informations (observatoire permanent) Concrètement ce sont des actions : De mobilisation et de sensibilisation des habitants, en privilégiant une démarche participative (empowerment ) : cf page à la fin
De formation et d’information des équipes intervenant sur les quartiers
De communication et de diffusion autour de la santé
De construction du partenariat entre les différents acteurs (locaux, régionaux, nationaux…)
-  Rapport d’activités ASV Paris 18 2007 (pdf) Atelier Santé Ville Paris 18 22 rue de Chartres 75018 Paris T

QPV la Chapelle-Aubervilliers / Histoire et géographie

Où c’est ?
Ce quartier est situé dans la partie Est du 18° arrondissement à la limite du19°, entre les voies ferrées de la gare du nord et de l’est. C’est le plus vastes des quartiers politiques de la ville de l’arrondissement.

Le saviez-vous ?
Source principale : Dictionnaire historique des rues de Paris Jacques Hillairet editions de Minuit 1963

Depuis l’époque romaine, la grande voie qui reliait Lutèce au Nord passait par la rue de la Chapelle. Puis, autour de l’an 1000, elle devint une section de la route très fréquentée qui reliait Paris à Saint-Denis puis à Calais. Empereurs, rois et princes l’empruntèrent avec leurs cortèges pour faire des entrées solennelles dans Paris.

Cette route traversait le village de la Chapelle qui était un petit bourg de vignerons, de cultivateurs de primeurs et de boutiquiers. L’église de la chapelle construite en 1204 fut détruite à 4 reprises (pendant les guerres de religions. Elle est voisine de la Basilique Sainte Jeanne, elles sont situées toutes deux 76 rue de la chapelle.

La venue de Jeanne d’Arc, le 3 septembre 1429, constitua un événement marquant. Ayant décidé de venir délivrer Paris alors occupé par les anglais, elle s’arrêta pour prier dans l’église de la Chapelle avant de rentrer dans Paris. Saviez-vous qu’il existait un moulin rue philippe de Girard qui devait être celui auprès duquel Jeanne d’Arc livra bataille en septembre 1429 ?
Blessée, elle fut ramenée à La chapelle, bien qu’elle eût souhaité reprendre l’attaque de Paris, le roi lui donna ordre de se replier sur l’Abbaye de Saint-Denis.
En 1791, une bagarre mémorable eu lieu devant l’église opposant les habitants contrebandiers et les « douaniers » de l’époque, deux habitants furent tués. Par la suite, tout le monde s’en mêla La Fayette, Bailly, les Jacobins… les gazettes alimentèrent le débat politiques. Cet épisode est connu sous le nom des « massacres de la chapelle ».

La ville Aubervilliers tirerait son nom d’un domaine agricole (villare) (selon une autre interprétation, villiers vient du mot villare qui signifiait marché) détenu par un certain Albert ou Aubert. L’alliance donna Albertivillare (ce terme est resté pour designer les habitants : les Albertivillariens) puis au fil des siècles Aubervilliers. La première gare de l’Est était située rue d’Aubervilliers. Le premier train qui en partit en 1849 allait jusqu’à Meaux.

Quant à Marx Dormoy c’était un homme politique, militant socialiste, devenu ministre du Front populaire. Nommé Ministre de l’intérieur, il mena une politique de refoulement des réfugiés politiques clandestins souvent d’origine polonaise. Il s’engagea vigoureusement contre le fascisme et fit partie des sénateurs ayant refusé de voter les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Il fut assassiné le 26 juillet 1941 par d’anciens cagoulards, militants d’extrême droite.






Commenter cet article