NOUVELLES DE MONTMARTRE

Publié le par LEPIC ABBESSES

 
 

Les peintres de Montmartre au bout du rouleau

Le droit de place payé par les peintres de la place du Tertre augmentera de 250 % ! Les artistes dénoncent une menace sur l’un des sites les plus touristiques de Paris.

 

Ils font partie du folklore de Montmartre. Au même titre que les escaliers du Sacré-Coeur, le funiculaire ou les poulbots. Les artistes peintres qui installent chaque jour leur chevalet sur la pittoresque place du Tertre se flattent même d’être l’un des principaux attraits touristiques de la Butte. La mairie de ne va pourtant pas leur faire de cadeaux. Les élus devraient fixer aujourd’hui les nouveaux tarifs d’occupation du « carré des artistes ».

Et l’augmentation n’aura rien d’une simple retouche. La redevance annuelle pour chaque emplacement de 1 m 2 (occupé à mi-temps par deux artistes) passera de 160 € à… 554 €. Soit près de 250 % d’augmentation d’un seul coup !
Cette flambée des tarifs annoncée il y a quelques jours aux 298 professionnels autorisés par la mairie à travailler sur le carré a fait l’effet d’une bombe. Courriers de protestation aux élus, campagne de pétition… Les artistes multiplient les initiatives pour tenter d’échapper à cette hausse. « La mairie de nous fera payer les taxes appliquées aux commerçants forains et aux marchands de gaufres. Ce n’est pas du tout adapté à notre activité », s’agace Dorothée Dabrou, présidente du CAM, l’une des cinq associations d’artistes de la place du Tertre.

Caricaturistes clandestins

« Certains collègues gagnent bien leur vie. Mais beaucoup d’autres se font à peine un smic. Il y a même des cas sociaux sur le carré. Cette énorme augmentation de la redevance va faire très mal », pronostique-t-elle. « On devra payer un peu plus de 270 € par an. La plupart d’entre nous peuvent se le permettre, nuance Midani M’Barki, président d’une autre association de peintres. Ce qui est choquant, c’est surtout que, pour un mètre carré de trottoir, la mairie va demander davantage à des artistes qu’à des cafetiers (NDLR : 1,50 € par jour pour les peintres contre environ 0,70 € pour les terrasses). Belle façon de nous remercier d’animer la butte ! » Rolf Ringdal, un peintre d’origine norvégienne installé place du Tertre depuis dix ans renchérit : « Cela revient à aider les caricaturistes clandestins qui, eux, ne payent pas de redevance. Ça renforcera la concurrence qu’ils nous font. » Le conseiller , Pierre-Yves Bournazel, qui avait voté contre la délibération lors du conseil d’arrondissement du XVIII e la semaine dernière, a écrit à Frédéric Mitterrand pour l’alerter sur le sujet. Il compte redemander le retrait de cette délibération aujourd’hui au conseil de Paris.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article