MUSIQUE DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Jeudi 24 Septembre

20h30

Concerts

Kaliocha fait du beau

Ludo Pin chansons bricolées

coréal. bbb/Dakatour 15€ / 12€

Kaliocha

Depuis quelques années, le duo Kaliocha cherche la meilleure façon de présenter ses chansons, quitte à attendre les bonnes rencontres, quitte à prendre du temps. Kaliocha, c'est un nouveau pari esthétique: remettre le texte au premier plan, retourner à l'essentiel, aborder Dieu, la mort, oser "faire du beau".

 

 

 

 

Il ignorait pourquoi il étreignait la terre, il ne comprenait pas pourquoi il aurait voulu, irrésistiblement, l’embrasser tout entière ; mais il l’embrassait en sanglotant, en l’inondant de ses larmes, et il se promettait avec exaltation de l’aimer, de l’aimer toujours. » Arrose la terre de larmes de joie et aime-les… » Ces paroles retentissaient dans son âme. Sur quoi pleurait-il ? Oh ! dans son extase, il pleurait même sur ces étoiles qui scintillaient dans l’infini, et « n’avait pas honte de cette exaltation » . On aurait dit que les fils de ces mondes innombrables convergeaient dans son âme et que celle-ci frémissait toute, « en contact avec les autres mondes » . Il aurait voulu pardonner, à tous et pour tout, et demander pardon, non pour lui, mais pour les autres et pour tout ; « les autres le demanderont pour moi » , ces mots aussi lui revenaient en mémoire. De plus en plus, il sentait d’une façon claire et quasi tangible qu’un sentiment ferme et inébranlable pénétrait dans son âme, qu’une idée s’emparait à jamais de son esprit. Il s’était prosterné faible adolescent et se releva lutteur solide pour le reste de ses jours, il en eut conscience à ce moment de sa crise. Et plus jamais, par la suite, Aliocha ne put oublier cet instant. « Mon âme a été visitée à cette heure » , disait-il plus tard, en croyant fermement à la vérité de ses paroles. Trois jours après, il quitta le monastère, conformément à la volonté de son starets, qui lui avait ordonné de « séjourner dans le monde »                                                                                  Les Frères Karamazov - Fedor Dostoï

Ludo Pin

Nourri à la chanson, au trip hop, au hip hop, aux guitares, il invente son propre genre musical. Son regard cynique, intelligent et sensible se pose sur des choses que l'on se prend à envisager différemment. Sa finesse d'écriture enchante et ses "refrains gimmick" ne quittent plus l'auditeur, animé par ses compositions entêtantes et enivrantes.

 

 

 

 

 

"Biographie "
Ludo Pin ne chante pas, il ne rappe pas non plus, fait-il du spoken word ? Non, pas vraiment.
Il fait un peu de tout cela, nourri à la chanson, au trip hop, au hip hop, aux guitares, il invente son propre genre musical, celui d'une génération qui n'a plus de chapelle où se réfugier pour pleurer les maux de son époque.

À 28 ans, ce jeune parisien (depuis 5 ans) a grandi loin des paillettes du show biz à Sarcelles dans le 95, on devine d'ailleurs dans certains morceaux, quelques références à ses anciens voisins. Ludo Pin a pris des cours de guitare, d'ethnomusicologie mais pour le reste, programmations, basse, synthé, piano, il est autodidacte.

Sa génération, c'est celle de ces enfants qui ont grandi dans la décadence du modèle américain des années 80, pour le voir se briser dans le suicide d'un Kurt Cobain, étouffé par le consumérisme. Ludo Pin exprime le malaise de sa génération, désillusion de l'amour qui n'a plus d'âme. Le discours pourrait paraître naïf, mais la plume est habile et le flow juste.

Ce type n'en fait ni trop ni pas assez, il sonne vrai.

Radio Nova figure parmi les premiers à remarquer Ludo Pin grâce à un premier single autoproduit et sa rencontre avec le chanteur/bidouilleur Ignatus. C’est ensuite Louise Attaque qui craque et le fait jouer sur deux Zéniths (Rouen et Orléans) ainsi qu'à Bercy pour les Nuits Parisiennes en novembre 2006. Rien d'étonnant, les grands esprits se rencontrent. Une présélection au Printemps de Bourges 2007, une apparition dans le CD "CQFD" des Inrockuptibles puis une sélection au Chantier des Francos 2008, et c'est la course chez les maisons de disques.

C'est finalement le label indépendant canadien Audiogram qui, ouvrant ses bureaux en France le prend sous son aile, Ludo Pin succède alors à Pierre Lapointe et devient la première signature française du label. Ludo reste fidèle à ses idées, garde le meilleur de ses expérimentations en home-studio et finalise son projet avec Bénédicte Schmitt (Benjamin Biolay « Trash yéyé »…) qui mixe et co-réalise l'album au studio Labomatic. Ludo Pin signe la totalité des paroles et musiques, à l’exception de deux textes écrits par son frère Guillaume Pin : "Et je m'ouvre" et "L'archiduchesse".

Ce disque pourrait paraître sorti d'une bulle, il n'en est rien, il garde les yeux ouverts sans complaisance, sans cynisme non plus, juste de l'intelligence et de la sensibilité.

 

Ouvrir le player dans une nouvelle fenêtre.
"EPOQUE "
live aux francofolies
vidéo réalisée par Py.
--------------------------------------------------


L'album de Ludo Pin est en téléchargement sur les plateformes suivantes :
--------------------------------------------------
sur le site de la FNAC
sur le site de Virgin Mega
sur Ludo Pin - Ludo Pin


BOOKING / MANAGEMENT
Romain Pellicioli / 06 77 79 83 99
romain.pellicioli@gmail.com

MEDIAS NATIONAUX
Brigitte Batcave  / 06 21 04 56 58 / bbatcave@gmail.com

MEDIAS REGIONAUX
Nicolas Humbertjean / 06 16 75 12 17 / promonico@yahoo.fr

PROMOTION WEB
Benoît de Fleurac / 06 07 73 36 64 / benoit@barakaweb.fr
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article