NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Une école du XVIIIe touchée par la grippe A

Une classe de CM 2 a été fermée hier, pour une semaine, après la découverte de trois cas de grippe A. Située rue du Mont-Cenis, l’école est la première touchée depuis la rentrée.

 

Il aura fallu moins d’une semaine à la pour s’infiltrer dans les écoles parisiennes… Six jours après la rentrée des classes, une vingtaine d’élèves de CM 2 vont déjà devoir quitter leurs camarades et instituteur. Après la découverte de trois cas de grippe A dans une école primaire située au pied de la butte Montmartre (XVIII e ) rue du Mont-Cenis, la préfecture de a décidé de fermer la classe CM 2 B pendant une semaine.

« Une fermeture provisoire par mesure de prévention et afin d’interrompre la chaîne de transmission du virus, détaille le préfet de . La réouverture de cette classe est prévue le jeudi 17 septembre. » D’ici là, les trois enfants seront suivis par leur médecin traitant à domicile. Dans cette même école, deux autres cas ont été détectés en CM 1 et en CP. Ces classes vont néanmoins rester ouvertes car il s’agit pour l’instant de cas isolés.

Des cours en ligne

Mais tous ces élèves, malades ou sains, ne sont pas pour autant en vacances. La directrice de l’établissement a indiqué hier qu’elle avait mis des cours en ligne pour leur permettre de continuer le programme…
L’information aux autres parents sera donnée en direct ce matin à l’entrée de l’école. « Il ne devrait pas y avoir trop de scènes de panique, pronostique Philippe Darriulat, l’adjoint en charge des affaires scolaires à la mairie du XVIII e arrondissement, qui s’est rendu sur place dès hier. Mercredi, nous avons déjà dû fermer le centre de loisirs et expliquer que des cas de grippe A avaient été détectés dans l’école. Les parents ne se sont pas montrés trop inquiets… »
Au contraire même ! « Certains ont même considéré que fermer le centre de loisirs était exagéré, poursuit l’adjoint. En mai dernier, à l’école Belliard, lorsqu’il y avait eu des suspicions de cas, l’inquiétude était bien plus grande. » Tout comme dans le XV e en juin, où 24 élèves de deux écoles avaient été atteints par la maladie.
Pour limiter la propagation du virus H1N1, Bertrand Delanoë a annoncé la semaine dernière avoir investi un peu plus de 1 million d’euros pour équiper les 660 écoles primaires et les 111 collèges parisiens de savon liquide, de distributeurs de serviettes en papier et de poubelles… Ce budget, débloqué en juin par la mairie, a également servi à l’achat de masques pour les quelque 7 400 employés municipaux qui interviennent dans les établissements scolaires, comme les assistantes en maternelle, les techniciens…





Portes ouvertes au Ministère de la régularisation

 

XVIII e . Sorte de des collectifs des sans-papiers parisiens, le Ministère de la régularisation organise cet après-midi une journée portes ouvertes dans ses locaux squattés du 14, rue Baudelique (XVIII e ). Des spectacles seront proposés toute la journée, parmi lesquels une série de sketchs sur l’immigration et les travailleurs sans papiers réalisés par la Troupe de l’argile magique.

Musique, débats, et projections de films sont également au programme.
A partir de 15 heures. 14, rue Baudelique, XVIII e . M o °Simplon. Entrée libre.





Ian Brossat teste la « permanence itinérante »

 

XVIII e . Après la caravane d’été de l’UMP pour recruter des adhérents sur les plages, voici la permanence itinérante.
Mais cette fois-ci, l’initiative vient d’un . Le conseiller du XVIII e Ian Brossat lance à partir de demain cette nouvelle rencontre avec les riverains. Plutôt que d’attendre que ces derniers viennent le voir en mairie du XVIII e pour parler de leurs difficultés, l’élu va se rendre chaque vendredi de 18 heures à 19 heures dans un quartier différent de l’arrondissement.

Le premier rendez-vous aura lieu demain place Pierre-Mac-Orlan (M o La Chapelle).
Pour cette permanence en plein air, l’élu a investi dans un grand parasol rouge.






Associations et sports réunis à la cité Traëger

 

XVIII e . C’est un lieu inédit à . Située au coeur du quartier Amiraux-Simplon, la nouvelle cité Traëger a ouvert ses portes hier autour d’un concept original : mixer espace associatif et équipements sportifs. Derrière la belle façade de verre, le premier étage accueille trois salles pour les associations de l’arrondissement, qui disposeront de tout ce qu’il faut pour organiser leurs réunions et autres activités.

Les deuxième et troisième étages sont respectivement dédiés aux arts martiaux et à la danse. Ce mélange a séduit les habitants du quartier qui sont venus nombreux hier pour découvrir ce nouveau lieu.
Cité Traëger, face au 28, rue Boinod, XVIII e . Mo Marcadet-Poissonniers.



 


Recommandés dans le métro : des tracts avant les colis


XVIII e . Haro sur le courrier dans le ! Une quinzaine de militants communistes et de syndicalistes ont distribué hier matin des tracts à la sortie de la station Simplon pour dénoncer le projet de la Poste et la RATP. Une innovation qui permettrait aux Parisiens du quartier de récupérer lettres recommandées et colis aux guichets du métro.

« Ce dispositif est une fausse bonne idée, la Poste devrait se concentrer sur le courrier, et la RATP sur le transport », conteste Ian Brossat, président du groupe au Conseil de . « Les stations de métro ne sont pas sécurisées comme les guichets de la Poste, ce qui peut par exemple poser des problèmes avec des plis de valeur, poursuit l’élu PC du XVIII e , qui pointe également « des difficultés d’accessibilité pour les handicapés si le dispositif devait être généralisé. » Le projet, qui pour l’instant a été reporté sine die, n’est pas connu des usagers. « Cela peut être pratique, mais est-ce que cela ne va pas détruire des emplois ? » s’interrogeait Didier, 55 ans, hier matin. « C’est scandaleux. Déjà, s’ils pouvaient nous vendre un ticket de métro, ce serait pas mal », s’emportait une passante.






Les habitants de l’hôtel Hermel relogés

 

XVIIIe. Ils ont dû quitter leur logement depuis l’incendie qui a mis feu à leur immeuble jeudi, en milieu d’après-midi. Des dizaines d’habitants de l’hôtel Hermel en majorité des familles d’origine africaine, placés là par le Samu social de ou l’Aide sociale à l’enfance ont été relogés, hier, par la mairie du XVIII e , dans d’autres hôtels parisiens.

Jeudi, le feu s’était déclaré dans l’une des chambres de cet établissement situé près de la porte de Clignancourt, sans doute à cause d’un linge posé sur une plaque chauffante. Ses habitants avaient été placés provisoirement dans un d’hébergement d’urgence. L’hôtel Hermel n’était pourtant pas classé dans la liste noire des hôtels insalubres, établie par la mairie de et la préfecture de police.

Commenter cet article