NOUVELLES DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Explorez des fouilles archéophoniques

Ecouter les sons du passé, une utopie scientifique ? Une équipe de chercheurs vous invite à explorer l'inouïe sur un chantier de fouilles « archéophoniques » au Square Carpeaux, les 16 et 17 octobre.

Existe-t-il une mémoire sonore enfouie dans la matière ? Ce qui semblait hier un aimable canular est aujourd'hui l'objet de recherches et d'expérimentations scientifiques sérieuses et attestées.

Spécialisée dans l'étude des sons du passé - la paléophonie, l'Organisation des Recherches sur les Environnements Invisibles (O.R.E.I) consacre ses recherches sur les manifestations acoustiques de notre environnement et notamment les résurgences acoustiques fossiles dont sont imprégnées nos villes, la végétation, et même nos objets familiers.

Le square Carpeaux : un nouveau gisement archéophonique ?

Avant que de prochains travaux ne risquent d'ensevelir de précieux vestiges paléophoniques, une équipe de l'O.R.E.I. va procéder à des fouilles au square Carpeaux, du 12 au 17 octobre. Au cours de visites guidées exceptionnelles, initiez-vous aux techniques archéophoniques, participez à l'identification des sons fossiles et explorez l'inouïe...

Informations utiles
Chantiers archéophoniques du Square Carpeaux
Visites des fouilles les 16 et 17 octobre
De 9h à 12h
Au Square Carpeaux

 

 

 

 

Qui habite la Goutte d’Or ?

Visitez la Goutte d'Or de l'intérieur avec l'exposition photo d'Hortense Soichet... du 11 au 20 septembre à l'Echomusée. Un travail qui révèle les « modes d'habiter contemporains » au sein du quartier de la Goutte d'Or.

Véritable travail de recherche, de réflexion et d'échange avec la population du quartier, l'exposition « Qui habite la Goutte d'Or ? » dresse un portrait inédit de la Goutte d'Or. Pour ce faire, la photographe Hortense Soichet n'a pas hésité à entrer dans les appartements et à échanger avec les habitants pour produire des images fortes et vivantes.

Entre l'intimité du "chez soi" et l'espace public
Pour chaque habitation, Hortense Soichet a suivi le même travail : discussion avec les habitants, photographie de la pièce à vivre, visite de l'appartement, puis production d'images qui invitent le public à visiter à son tour le logement. Pour l'exposition, ces photos sont enrichies de légendes et témoignages anonymes d'habitants recueillis lors des prises de vue. Au total, une trentaine de portraits sera présenté.

Fruit d'une collaboration entre les habitants du quartier et plusieurs structures locales, ce projet a pu voir le jour grâce à l'aide du Fonds de Soutien aux Initiatives des Habitants du quartier.

Informations utiles
Du 11 au 20 septembre 2009
De 14h30 à 19h
A l'Echomusée
21 rue Cavé
M° Château Rouge
Renseignement au 01 42 23 56 56
Vernissage le vendredi 11 septembre à partir de 19 heures

 

 

 

 

 

Le 33e numéro du Tigre vient de paraître

Le magazine « Le Tigre » fait sa rentrée dans le 18e ! Dès aujourd'hui, le 33e numéro de septembre-octobre est disponible en kiosques et en librairies. Partez pour 104 pages de lecture avec un sommaire riche en découvertes farfelues.

Le Tigre, le « curieux magazine curieux »

Vous ne connaissez pas encore cette revue ? Magazine généraliste, « Le Tigre » propose un regard singulier et à contre-courant de l'uniformisation ambiante. Longs reportages, articles géopolitiques, pamphlets, dessins de presse, critiques... le tout émaillé de photos, des jeux typographiques, de citations littéraires, de fausses pubs et d'une bonne dose d'ironie, « Le Tigre » se distingue par son éclectisme.

Au sommaire du 33e numéro

Pour son 33e numéro, le magazine consacre un dossier aux « injures à président de la république », un reportage sur le musée des voitures de chefs d'Etat, un portfofio de fresques et tableaux savamment composés de milliers d'étiquettes de fruits et légumes aux couleurs criardes, un entretien avec l'artiste performer, Pierre Pinoncelli et plein d'autres curiosités.

A noter :
A chaque parution, le magazine organise un pot au café restaurant de La Timbale, au 2 rue Versigny dans le 18e.

 

 

 

 

 

L’expo Capturing time à la Fondation Kadist

Avant d'ouvrir cet espace d'exposition, la fondation Kadist a constitué, pendant plusieurs années, une collection d'œuvres contemporaines qui a permis de construire l'identité artistique de la fondation. Pour concevoir cette exposition, la fondation a invité Jeremy Lewison, un membre du comité de Kadist, à sélectionner des œuvres à partir de la collection. Ainsi, la première présentation de cette collection reflète l'expression d'un regard particulier.

Le « temps » au cœur de l'exposition

Le « temps » est le thème central de cette exposition. Principale préoccupation des artistes d'hier à aujourd'hui, certains peuvent souhaiter que le temps se suspende, d'autres vouloir voyager dans une période révolue, physiquement ou par la mémoire... Thème récurrent dans l'histoire de l'art, la notion de temps a toujours intéressé les artistes.

Informations utiles
Du 13 septembre au 8 novembre 2009
Vernissage le samedi 12 septembre de 18h à 21h
Kadist Art Foundation
21 rue des Trois Frères
M° Anvers (ligne 2) ou Abbesses (ligne 12)
Renseignements au : 01 42 51 83 49 ou par email : contact@kadist.org
Du jeudi au dimanche de 14h à 19h
Ou sur rendez-vous

 

Commenter cet article