RESTAURANTS DE MONTMARTRE

Publié le par LEPIC ABBESSES



Au Fin Bec  


69 ter, rue Damrémont 75018
Tel : 01-46-06-45-36


Non loin de la Butte Montmartre, Au fin bec vous reçoit dans son petit bistrot restaurant rempli d'histoire.

Ce restaurant, anciennement « Le chemin du Paradis » a été ouvert en 1950 par une grande vedette du cinéma et des Revues musicales des années 30, Henri GARAT, et était fréquenté par les plus grandes figures de l'époque comme Mistinguette, Sacha Guitry, Edith Piaf...

Depuis peu, Patrice a repris l'affaire et le souvenir de la star est toujours présent puisque plusieurs affiches de ses films et photos remplissent les murs du restaurant.
Photo restaurant paris Au Fin Bec - Un bar très accueillant.
Un bar très accueillant.
Photo restaurant paris Au Fin Bec - Un petit coin de salle.
Un petit coin de salle.
La salle n'est pas très grande et vous entrez dans le vif du sujet dès l'entrée : un grand bar en bois vous accueille et vous incite à prendre un petit verre au comptoir pour commencer et prendre le temps de découvrir le lieu.

Tables carrées aux nappes à carreaux rouges et blancs qui relèvent le côté bistrot, canapés vert foncé côté murs et chaises en bois.
Couleur crème dominante et miroirs face à l'entrée et derrière le bar qui accentuent le volume.

Patrice, qui a préféré quitter les fournaux pour se consacrer à sa clientèle, est un hôte très attentionné.
Il connaît bien la plupart de ses clients et connaît leurs goûts ou ce qui leur ferait plaisir : de petites attentions auxquelles nous sommes sensibles de nos jours.
La carte nous propose de bons plats traditionnels de Bistrot où la qualité est irréprochable et le cuisinier a une âme artistique, présentation des plats plutôt engageante.

Nos entrées ont été plutot sympathiques : un Camembert poëlé, salade (6€). Rien que le nom nous donnait envie et ce fut un régal.

Il ne sera peut-être plus à la carte cet été mais pour ceux qui y ont gouté, nous nous rappellerons de cette odeur alléchante, de ce goût bien prononcé de ce demi camembert et de sa générosité : pain bien frais pour les mouillettes.

Pour un repas léger, se retenir.

Un petit verre de bordeaux « champs de mars » se mariera très bien avec le fromage.

Le Saumon fumé, crème fraîche et ses toast (7€) était sympa aussi, tranche épaisse et crème légère, petit filet de citron...
Photo restaurant paris Au Fin Bec - Saumon ou camembert ?
Saumon ou camembert ?
Photo restaurant paris Au Fin Bec - Plats servis copieusement...
Plats servis copieusement...
En plat principal, le Pot au Feu (11€) nous a bien tenté et, dès son arrivée, une présentation magnifique, une odeur alléchante et une portion pantagruélique nous a conquis.

En effet, la viande était tendre, le poireau croquant, les carottes tendres, un bel os à moelle au centre.
On s'est rappelé notre enfance et les bons plats de mamie.... Que du bonheur.
Les Filets de Rouget grillés, purée maison à l'huile d'olive (13,50€) étaient très parfumés. Le goût fort prononcé de ce poisson s'alliait idéalement à la douceur de la purée maison. L'huile d'olive très présente pour les amateurs relevait bien les saveurs. J'ai juste regrétté que la purée soit un peu trop salée à mon goût.

Présentation encore très travaillée. C'est un plat assez fort de part le poisson choisi et l'huile d'olive, mais je me suis régalée.
Côté vin, une cave au sous sol garde à température les bouteilles de Bourgogne aligoté , Muscadet, Gamay, Bourgueil, Brouilly, Tavel de 12 à 31€. Sinon, vous avez des pichets de 3,50 (25cl) à 8€ (50cl).

Nous nous sommes quand même sacrifiés pour pouvoir vous parler des desserts.

Le Café gourmand (6€) nous paraissait léger pour finir mais nous avons encore été gatés : autour du café, une belle truffe au chocolat, une petite mousse au chocolat, une petite crème brûlée, une boule de sorbet.
L'assortiment varie en fonction des desserts du jour, mais on fini en beauté.

J'ai préféré déguster un belle Crème brûlée (5,50€) : une croûte de caramel croquante bien chaude recouvrait une crème parfumée à la canelle bien fraîche et crémeuse.

Café à 2,20€ pour conclure le repas.
Photo restaurant paris Au Fin Bec - Si vous trouvez encore un petite place !!!
Si vous trouvez encore un petite place !!!
Tous les vendredis soir, Patrice organise des soirées endiablées ou plus parisiennes selon l'humeur : jazz manouche, guitares, chanteurs à textes. Les clients sont plus serrés mais l'ambiance est plus conviviale autour du bar. N'hésitez pas à l'appeler pour connaître le programme.

Restaurant où l'on est sûr de se régaler d'une cuisine traditionnelle et copieuse, rendue plus fine par une présentation de goût. La déco de la salle mériterait d'être un peu plus accentuée et rafraîchie mais nous sommes sûrs que ça ne freine pas pour s'y sentir bien, surtout les soirs de fête.

A déguster...
T





Restaurant Français Breton le Winch

Le restaurant marin Trendy !

Un bel espace, raffiné et cosy, un accueil chaleureux et une cuisine orienté mer qui vaut à elle seule le déplacement.
Nulle doute que cet endroit deviendra rapidement un des "spots" bobo du quartier, profitez-en rapidement avant la tempête de succès !
Christophe Huchet revient enfin sur la scène de la restauration Parisienne.

Après le succès remporté par Vent d'Ouest dans le 17ème, c'est dans le 18ème qu'il ouvre ce nouvel établissement prometteur.

Plus grand, raffiné et cosy, un accueil chaleureux et toujours cette fameuse cuisine aux spécialités de la mer et de poisson qui vaut à elle seule le déplacement !
Décor marin chaleureux et raffiné
Côté Salon ou côté salle, la détente s'installe
Pour cette nouvelle aventure, Christophe sait comme toujours bien s'entourer : le charmant Mauricio à l'accueil et Frédéric Chevalier en chef de cuisine.

La salle est un bel espace qui se divise en deux parties :

A l'entrée un petit espace salon fait de sièges confortables et de paille tréssée au sol, on y trouve également un comptoire de bar très chaleureux comme on pourrait en trouver dans un luxueux paquebot de croisère.

Puis la longue salle à l'éclairage savament dosé, décorée avec goût et légèreté, de belles boiserie et des murs bleu azur ou s'exposent des photos de bateaux...

Pas de doute, on est embarqué dans un vrai petit navire terrestre, bercé par une ambiance musicale bien choisie alternant entre jazz et pop music.
C'est donc un voyage à travers l'océan que nous propose le Winch, avec une carte riche en poissons et coquillages.

Après s'être rachaîchi avec un kir Breton assit au salon, accompagné de moules façon marinères en amuse bouche, nous passons en salle.

La carte foisonne de tentations bien appétissantes.
En entrée, nous essayons les sardines bretonnes marinées.
Une belle assiette joliment présentée avec trois sardines entières marinées qui se sont montrées savoureuses en bouche... le tout accompagnées de mouillettes de pain fraichement toasté et de beurre salé.

Nous avons été aussi tenté par la cassolette de bulots rôti au roquefort : les bulots se sont aussi montrés délicieux, même si les parfums de roquefort restent peut-être trop légers à notre goût.
Les entrées : sardines et bulots au roquefort.
Les plats : Cotriade et Coeur de morue
En plat, la Cotriade de Fouesnant a tout de suite attirée notre attention.
Un grand bol d'air marin ou se mèlent saumon, daurade, moules, coques, croûtons frits, pommes de terre... dans un fond de sauce marinière parfumée.

C'est copieux, voire très copieux, plein de saveurs, un plat que nous vous recommandons !

Le coeur de morue sauce barigoule s'est lui aussi montré très agréable, la cuisson du poisson totalement maîtrisée, des morceaux de morue généreux et une sauce aux effluves de la mer divine.

Avec une garniture faite de petits légumes poelés aux lardons et de purée maison à l'huile d'olive, c'est tout simplement bon.

A chaque fois, la présentation met en valeur chacun des mets, agréable à l'oeil, à l'odorat comme au goût.
Dans les plats phares de la maison que nous ne manquerons pas de goûter lors de notre prochain passage, on se doit de citer le bar de 600gr rôti aux herbes, accompagné de son glaçon à l'huile d'olive !

Les gambas poelées au whisky ont l'air aussi bien séduisantes...

Les amateurs de viandes ne seront pas pris au dépourvu, une très bonne côte de boeuf est à la carte !
Au dessert, les propositions originales ne manquent pas.

La Panna Cotta à la menthe poivrée est un dessert qui passe tout seul, même après ce copieux repas.
En été il est même une aubaine, la Panna Cotta est d'une fraîcheur remarquable et le goût de la menthe est saisissant, escorté de ses fraises léchées de crême, c'est top !

Le bien connu mais trop rarissime Paris-Brest est lui aussi à la carte.
Massacré par la plupart des patisseries parisiennes, on peux le redécouvrir ici dans sa mouture traditionnelle, si crèmeux mais si léger... à dévorer sans modération.

Les gourmet remarqueront aussi la crême brulée au chocolat blanc et la tatin de poire et sa glace caramel et beurre salé... à découvrir !
Panna cotta à la menthe et Paris Brest
Une telle qualité de cuisine n'est pas du au hasard, loin de là !

Le chef, M.Frédéric Chevalier, est un solide normand passionné de cuisine depuis toujours.
Après un parcours d'études somme toute classique en école hotellière, il fera ses armes dans le cercle des sous-officier de l'armée, puis après un cours passage dans une chaine d'hôtels, il rejoint la brigade de la Cagouille (une étoile michelin à l'époque).
8 années chef d'un restaurant spécialisé dans le poisson, ça laisse forcément un entrainement et une connaissance des produits optimales.

Au service, Mauricio, à les charmes de son pays natal, le Mexique, dont il en a gardé le joli accent.
Après une solide expérience dans son pays d'origine dans des chaines d'hôtels à Acapulco, il a ensuite travaillé dans plusieurs restaurants parisiens et monté sa propre affaire à deux pas des grands boulevards.
Il a du pep's à revendre et cela se sent, avec un sourire authentique qui se voit !

Le créateur Christophe, égal à lui même, veille sur son nouveau "bébé" et n'a rien perdu de sa motivation pétillante, Bravo !

Nous vous conseillons grandement le Winch, plutôt en tête à tête ou en petit comité, mais la maison sait aussi accueillir les groupes d'amis !

Avec de telles qualités, le winch ne pouvait que devenir un coup de coeur Restoaparis, tout comme l'ancien restaurant de Christophe (Vent d'ouest Coup de cour Juin 2003).

Nul doute aussi que l'endroit deviendra un des "spots" bobo du quartier, profitez-en rapidement avant la tempête de succès !

Il faut noter que la salle principale est entièrement non fumeur, seul l'espace salon est fumeur, à prévoir lors de votre réservation !

Formule midi à 13€ (entrée/plat ou plat/dessert).
Le soir, menu carte à 23€ et 30€, menu à l'ardoise du lundi au jeudi (sauf veille de jours feriés) entrée, plat et dessert à 23€.
A la carte, entrée à 10€, plat 17€ et dessert 8€.

Sélection interessante de vins français, bouteilles allant de 13 à 42€, très bon Valencay (domaine André Fouassier).
Kir Breton offert
si vous venez de la part de Restoaparis.com !


Le Winch
44, rue Damrémont 18ème
Tel : 01-42-23-04-63
Metro : Lamarck Caulaincourt

Ouvert du Lundi au Samedi
de 12h00 à 14h30
et de 18h00 à 22h30
(Fermé le Samedi midi)

Commenter cet article