ARTISTE DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Nelly Harel : ou quand la peinture muse



Afrique
50 X 50 cm
technique mixte
500 €

Boucherie musulmane
81 X 60 cm
huile sur toile
970 €

Goutte d’or
81 X 60 cm
huile sur toile
970 €

Les Abbesses du haut
61 X 46 cm
huile sur toile
560 €

Livraison
50 X 50 cm
huile sur toile
500 €

Lux-bar
65 X 50 cm
huile sur toile
650 €

Omadis
92 X 60 cm
huile sur toile
1100 €

patineurs
38 X 60 cm
huile sur toile
460 €

Promenade
38 X 60 cm
huile sur toile
450 €

Rue des Abbesses
96 X 54 cm
huile sur toile
690 €



Nelly Harel
artiste peintre
nelly.harel@orange.fr
http://nellyharel.net

Les expositions - Nelly Harel

Vos commentaires

Une silhouette, une ombre portée, un geste esquissé – et suspendu : tout dans la peinture de Nelly Harel participe à la magie de l’instant, atteste de la puissance d’une présence. Présence humaine bien sûr, sans rien d’appuyé, encore moins de systématique. Si le peintre reconnaît une fascination pour les foules, il ne s’agit nullement sur ces toiles d’assemblées grégaires, d’êtres anonymes ou désincarnés, de panurges ou de clones : une posture, un port de tête, la musique d’une main, une amorce de geste, un détail suffit à individualiser chacun. Qu’il s’agisse de foules, de groupes plus restreints ou encore parfois de personnages isolés, la composition semble organiser pour faire vivre la rue, une place ou l’intérieur d’un bistro comme une chorégraphie secrète. Petite musique de la rue montmartroise. Présence de l’espace : la courbe d’un dévers soulignée d’un bleu intense, plongeant sur une terrasse – et la rue entre presque en lévitation, nous l’avions toujours connu mais, n’avions jamais vu Montmartre ainsi.

Un pigeon seul au milieu de la place, un groupe sobrement campé sur les bancs des Abbesses, la composition épurée – et l’espace se dilate dans la douce lumière du soir. Ainsi d’un camion ouvert sur ses carcasses de bœufs au milieu de la rue Lepic, les pavés miroitant de toute la gamme des bleus : la vie, et un remarquable morceau de peinture. Le familier et l’insolite mariés par un regard tendre et chaleureux, le peintre a une manière, l’air ne pas y toucher, de nous guider du bout du pinceau qui n’appartient qu’à elle, une manière de nimber les choses du quotidien et les êtres croisés d’une aura forte et précieuse.

Art des reflets, fluidité de la touche, l’artiste sait se servir à cette fin de toutes les ressources de la couleur… Nelly Harel : l’art sur la pointe des pieds.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article