MUSIQUE DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES


Musiques et Jardins, du 29 juin au 13 juillet 2008
De la goutte d'or à Montmartre, de la porte d'Aubervilliers à la porte de Saint-Ouen en passant par Marx Dormoy, un florilège de concerts gratuits arrose nos pelouses de sons envoutants , libres et bariolés!
En tissant chaque année un lien unique entre les habitants et les artistes, ce festival offre à chacun l'occasion privilégiée de découvrir les musiques qui rythment et réinventent la vie de nos cités...
À vos parcs, prêts, dansez!


FESTIVAL MUSIQUES & JARDINS
9e édition de Musiques et Jardins

8ème édition
du 28 juin au 12 juillet 2009
12 concerts gratuits à l’air libre à Paris 18ème et à Aubervilliers
“Gratuit et pas pour autant bradé que ce festival coloré, qui voit fleurir dans les squares,arènes et jardins du 18ème arrondissement de belles plantes musicales aux couleurs  variées." (Vibrations)
"Cette foisonnante manifestation cultive l'union du festif et du créatif, les chants d'ici et d'ailleurs, les boutures inédites et les racines rares." (Libération)

Musiques et jardins


Avec près de 4000 spectateurs en 2008, Musiques et Jardins est devenu un manifeste de la diversité culturelle dans ce qu'elle offre de plus généreux, ouvert et inventif. Le festival propose trois week-ends de concerts gratuits permettant de découvrir des lieux bucoliques, souvent méconnus, au fil d’un programme exigeant et cosmopolite...

Musiques et Jardins rassemble les oreilles curieuses, amoureuses et passionnées de tous bords dans une ambiance souvent euphorique et toujours chaleureuse. Qu’il s’agisse de danser ou de rester
confortablement étendus sur le gazon, les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes…

ww.musiquesetjardins.


1036.jpg
Association l’Onde & Cybèle – 6 rue Duc – 75018 Paris - 0960509820
PROGRAMME MUSIQUES ET JARDINS 2009 – 8ème édition
www.musiquesetjardins.fr
Du 28 juin au 12 juillet 2008, un florilège de concerts gratuits à l’air libre et aux sons
bariolés dans les parcs du 18ème arrondissement de Paris et d’Aubervilliers.
Dimanche 28 juin à 16h Concert d’ouverture
NAWAL (Comores) - 1ère partie : Arlt. (chanson inclassable)
au parc de la Turlure/Bleusten Blanchet
Samedi 4 juillet
à 19h LEGALIZIK (ska/reggae/soul)
au Square Carpeaux
Dimanche 5 juillet
à 15h30 LES YEUX NOIRS (tzigane-klezmer groove)
au square Rachmaninov
à 17h MINISTÈRE DES AFFAIRES POPULAIRES (rap/chanson)
aux Jardins d’Éole
à 17h & 19h LES LAPINS SUPERSTARS (fanfare funk)
au square des Amiraux puis au square Léon (19h)
Samedi 11 juillet
à 15h30 TOUMAST (Niger/blues & rock touareg)
1ère partie : restitution des ateliers avec Moleque de Rua
(Brésil) et 70 jeunes du 18ème et d’Aubervilliers.
au square René Binet
à 17h Élise Dabrowski solo (voix/contrebasse)
au jardin du Musée de Montmartre – Hôtel de Marne
à 19h RENATA ROSA (Nordeste/Brésil)
aux Arènes de Montmartre
Dimanche 12 juillet
à 15h30 HOURIA HAÏCHI (chants de l’Aures)
dans la cour de l’Institut des Cultures d’Islam
à 17h FANTAZIO + Benjamin Colin (OVNIS sonores)
au square Charles Hermite
à 19h TI-COCA (Haïti) + DAMILY FAMILY (Madagascar)
Bal de clôture au square Elie Lotar à Aubervilliers, en
bordure du canal Saint-Denis - Liaison en péniche au départ
de la Porte d’Aubervilliers avec Moleque de Rua (Brésil).



au square Carpeaux.
NAWAL
m_538806cbf6bf70a80776650aa42a6734.jpg
Originaire de l’archipel des Comores, Nawal est la première femme musicienne de ses îles
à se produire en public. Sa voix profonde, âpre et envoûtante n’a pas mis longtemps à être
reconnue « La voix des Comores ». Entre traditionnel et contemporain, la musique de
Nawal, résolument acoustique, tisse un dialogue des cultures indo-arabo-persane, les
polyphonies bantous, les chants soufis, les rythmes syncopés de l’océan Indien et un zest
de swing. Pendant son enfance, Nawal a baigné dans un monde musical à la fois pop et
religieux. Descendante d’El Maarouf (1852-1904), un grand marabout soufi des Comores,
elle continue de s’inscrire résolument dans la lumière d’un Islam fondé sur l’amour, le
respect et la paix. Au fil du temps sa musique s’est dépouillée pour aller à l’essentiel, et
Nawal, qui chante et joue de la guitare et du gambusi (sorte de luth local, hérité du
Yémen), est accompagnée par la contrebasse, et la percussion (calebasse, cymbal,
oudou, mbira du Zimbabwe, etc.). Son dernier disque, Aman (paix intérieure), a été
reconnu par le New York Times comme « l’un des plus importants disques de musique du
monde enregistré ces dernières années ».
http://www.myspace.com/nawalcomoros

Nawal (lead singer/composer, gambusi, daf, guitar, etc)

nawal-promo-sm.jpg

Melissa Cara Rigoli (mbira, percussion: calabash drum, cymbal, bongos, hosho/shakers, udu, triangle...)
melissa-ashkenaz07.jpg

Idriss Mlanao (choeurs, percussion)

idriss-promo-sm.jpg

Matthieu "Emana" Eskenazi (contrebasse, choeurs)

mat-contrebasse72-sm.jpg

 

 


 



aman-box72-black.jpg


 


 



Arlt.
m_cdb5f4389c9b45d186a713a4a4db7383.jpg
« On dit que, pour rendre tout leur brillant à de vieilles pièces d'or, il faut les polir avec un
chiffon, de la salive et des cendres. C'est précisément ce que fait Arlt. dans ses chansons
: avec l'humble ingéniosité des artisans et un matériel réduit au strict nécessaire, il
redonne tout son lustre à un art ancien, qui revêt soudain l'éclat de la nouveauté. Il entre
peut-être du folk et du madrigal, du blues et de la pop, des langages d'autrefois et des
propositions inédites, dans la composition de ce singulier mortier sonore battu à mains et
à voix nues. L'essentiel, ici, se trouve dans une musique qui cultive sa longue mémoire et
son amour de l'imprévu pour jouer sa propre partition, au coeur d'un présent ouvert sur
l'immensité des temps passés et à venir. Par endroits, Sing Sing joint son chant grave à
celui d'Eloïse Decazes. Car leurs deux voix étaient faites pour s'entendre. Solennelles
dans la légèreté, gracieuses dans leurs déséquilibres, les figures réalisées par Arlt.
épousent la démarche glorieuse et incertaine des hommes qui ont choisi de s'engager à
corps perdu dans l'absurde et grandiose métier de vivre. »􀀁Richard Robert
http://www.myspace.com/arltmusic

A propos de Arlt.
Image Hosted by ImageShack.us
Photo: Frank Loriou

 

Arlt chante à deux : voix d’eau (Eloïse Decazes) et voix de terre (Sing Sing) comme des haikus tournés mantras contrariés. Leur incandescente austérité fait des trucs. Toutes les chansons sont des chansons d’amour et Arlt l’a compris qui décline ça sur tous les tons menacés, inquiets, bagarreurs, hésitants, rieurs, étonnés. Avec pour décors les éboulis de pierres et des accidents d’oiseaux. La guitare de Sing Sing est une sauterelle blessée, sèche comme une porte sur les doigts, ressassant blues paranormaux, folklore insituable et pop bercée sans casque un peu trop près des murs qu’on sait.
Decazes, impassible, aimante, larguée ou colère, bricole à cœur ouvert des orages
et des aubes claires. Ce sont des berceuses, des litanies , de soudains décollages verticaux (épiphanies/évanouissements). L’autre râle, persifle, dérape, grogne,
hulule et chante faux. C’est charmant.
Guitariste borgesien, Mocke prête main forte à Arlt (creuse des galeries, des passages secrets, invoque, convoque puis rature le tout de fausses citations).
Tour à tour abstrait, impressionniste, docteur en ready-mades de rien, il recycle en arrière-fond spectral lambeaux de jazz oblique, polyrythmies déglinguées, baroquismes divers.
Les trois viennent d’enregistrer ensemble un premier album. 14 pop-songs brèves et louches aux humeurs contradictoires, dont
le primitivisme relatif n’empêche pas une certaine élégance de la mise. Un ovni si l’on veut, mouvant, grave et presque drôle.


DE HAUT EN BAS"

 


vidéo: George

Élise Dabrowski
Lieu rêvé pour arroser et cultiver les zones les plus sensibles de l’âme, le mystérieux
jardin du Musée de Montmartre se laisse ensemencer par les cordes vocales et
instrumentales d’Élise Dabrowski, qui cumule les talents d’interprète et d’improvisatrice à
la voix comme à la contrebasse, dans les domaines de l’opéra, du jazz (avec Phil Minton,
Joëlle Léandre, Ixo…), de la danse ou du cirque… Rage, douceur, humour et colère se
frôlent et se confondent parfois dans un univers qui, loin de rester replié sur lui-même,
embarque peu à peu l’auditeur dans les passages les plus secrets de nos humeurs vives,
de nos rêves et autres cordes sensibles… à fleur de mots, à bâtons rompus, en herbes
folles, graines et bulbes, comme plantés dans un jardin où le son se fait sève et nous
irrigue de bas en haut, des racines aux fruits les plus inattendus…
www.elisedabrowski.com

Biographie

Elise Dabrowski , mezzo soprano ,débute la musique à l’âge de 6 ans au CNR de Reims puis poursuit ses études musicales et vocales à la Maîtrise de Radio France à Paris et obtient parallèlement un premier prix de contrebasse, de musique de chambre, de déchiffrage instrumental aux concours interconservatoires de Paris.

Elle chante sur scène dans Casse-Noisette de Tchaikovsky avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France direction : Aldo Ceccato ( Salle Pleyel ). L'Enfance du Christ de Berlioz avec l'Orchestre National de Lille ; direction : J.C. Casadessus ( Nouveau Siècle ) ; La Symphonie Kaddish de Bernstein avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France direction: Yutaka Sado (Salle Pleyel) ; La Troisième Symphonie de Malher avec l'Orchestre Symphonique de Boston ; direction : Seiji Ozawa ( Théâtre des Champs-Elysées ) ; Te Deum de Berlioz avec l'Orchestre National de Radio France ; direction : C. Dutoit ( Basilique Saint-Denis ) . Elle participe à de nombreuses créations contemporaines de Pécou, Lejet, Condé, Ballif, Corregia, Bortoli , Nunez , Dejour pour Radio France .

Elle donne des concerts d’airs d’opéra : Bizet , Verdi , Offenbach , Tchaikowsky , Massenet à Shanghaï, Guangzhou, Shenzen (Chine), Tokyo, Deauville, Paris, Reims . Elle participe à la Création de La Réshérection de Jonathan Pontier à l’Auditorium du CNSM de Paris avec l’Orchestre des Prix du CNSM .

Elle chante le rôle de Zefka dans le journal d’un disparu de Janacek ainsi que les mélodies tziganes de Dvorak au sein de la compagnie Voie Lactée.( Moulin d'Andé, Centre Culturel Tchèque à Paris, au Regard du Cygne à Paris )
Elle chante le répertoire de musique sacrée tel que le Requiem de Verdi , messe de Rossini , Stabat Mater de Pergolèse .

Elise Dabrowski est aussi improvisatrice. Elle chante régulièrement en soliste avec sa contrebasse . ( Nuits Blanches de la musique contemporaine à Saint Eustache à Paris, Festival au féminin à Paris )
Elle se produit notamment avec la danse contemporaine : Compagnie Angus Balbernie à Bristol , Glasgow , Compagnie Dezeo Ito en Belgique, Mas de la danse à Fontevieille .
Elle rencontre des écrivains , poètes et comédiens ( Lazare aux Bouffes du Nord ) et joue au sein du trio IXO au Festival Jazz Nomade, La voix est libre ( aux Bouffes du Nord ) à Paris, Jazz à Mulhouse, Festival rue du nord de Lausanne , Genève …
Elle enregistre pour le théâtre « le songe d’une nuit d’été » mis en musique par Cyril Hernandez et mis en scène par Gilles Bouillon pour le Théâtre National de Tours.
Elle enregistre pour France Culture les poèmes de Jean Thibaudault « souvenirs de guerre ».


LEGALIZIK
/ Rock
m_2ab82f383b11544c61f6da9c1bf47af0.jpg

Legalizik est un hymne au métissage, alchimie entre la chanson à texte pertinente et un
univers musical qui puise dans les racines du reggae, des musiques africaines, latino et
afro-américaines. Son univers au groove festif à base d’OGM (Organisme Généreusement
Modifiables) s’appuie sur un chant chaud et coloré ponctué d’un liseré de cuivres
ensoleillés. Un cocktail de fièvre créative, de vents tamisés et de fraîcheur vivifiante, idéal
pour fêter les débuts de l’été sans se laisser confisquer les consciences par les tubes à
éprouvettes et autres standards sous vide : ici, c’est bien d’une France colorée, généreuse
et consciente de ses véritables richesses dont il est furieusement question.
www.myspace.com/legalizik


LES YEUX NOIRS
761102469_m.jpg clear.gif
'
 

Depuis sa création en 1992, ce groupe français réactualise les rythmes tzigane ou yiddish,
quelque part entre le vertige traditionaliste du Taraf de Haïdouks roumain et la manière
électrique dont le Gotan Project parisien réussit, dans un genre, le tango. Baignés par
l’âme slave dès leur plus jeune âge, les frères Slabiak sont initiés par l’oncle Léo Slab,
violoniste de jazz manouche, qui joua avec Django et Babic, le fils Reinhardt. Ils
commencent à se produire dans des restos, des cabarets avant de créer leur propre
répertoire, librement inspiré par le rock, le jazz, la chanson française, devenant (avec
Bratsch) les pionniers du renouveau des musiques rom, tziganes, manouches, yiddish….
Les Yeux Noirs cheminent depuis dix-sept ans aux quatre coins du monde, portés par un
public de plus en plus vaste. Quelles que soient leurs orientations et leurs influences, leurs
maîtres mots sont énergie et émotion. http://www.myspace.com/lesyeuxnoirs


MINISTÈRE DES AFFAIRES POPULAIRES

Flow d’prolo, accordéon, violon, machines électro-hip hop et pas de chichis ni fioritures, le
MAP c’est de l’artisanal bien de chez nous et bien basané. Fils d’immigrés algériens,
enfants du plat pays et citoyens du monde, les 5 saltimbanques ch’timis révolutionnaires
du MAP composent, avec leurs cultures, leurs racines et leurs réalités au pays du vin, du
boursin, des discriminations raciales et des injustices sociales, en occupant le terrain avec
militantisme, impertinence et musicalité. Avec un rap teinté de chanson (on pense à Brel)
et de musique orientale, le MAP réinvente un bal populaire plus militant et contestataire
sans en oublier la dimension festive. Leur devise: Révolte et Espoir. Témoin d’une époque
en ébullition, les ch’tis basanés de Roubaix ont clairement durci le ton et adouci leurs
mélodies pour concocter un nouvel opus, Les Bronzés font du Ch’ti, qui fera sans aucun
doute serrer des poings, couler des larmes, rire, danser et grincer des dents !
www.map-site.fr

MAP, la bio
map_bio.jpgLE MINISTERE DES AFFAIRES POPULAIRES (MAP)
Flow d’prolo, accordéon, violon, machines électro-hip hop et pas de chichis ni fioritures, le MINISTERE DES AFFAIRES POPULAIRES c’est de l’artisanal bien de chez nous et bien basané. Fils d’immigrés algériens, enfants du plat pays et citoyens du monde, les 5 saltimbanques ch’timis révolutionnaires du MAP composent, avec leurs cultures, leurs racines et leurs réalités au pays du vin, du boursin, des discriminations raciales et des injustices sociales, en occupant le terrain avec militantisme, impertinence et musicalité. Avec un rap teinté de chanson et de musique orientale le MAP réinvente un bal populaire plus militant et plus
contestataire sans en oublier la dimension festive.
Leur devise: « Révolte et Espoir»
*découverte du printemps de bourges 2006

disco_debout.jpgDEBOUT LA D’DANS !!!
Avril 2006 le MAP fait une irruption fracassante dans le paisible paysage de la chanson française avec un 1er album « Debout la d’dans » en guise de sommation.
Alors inconnu au bataillon c’est sans complexes qu’ils dégainent une première douille qui fera mouche du premier coup, le MINISTERE DES AFFAIRES POPULAIRES séduit très vite avec la justesse de ses textes, ses mélodies et son originalité (rap/accordéon/violon/machines). Avec plus de trois cent concerts et un véritable sens du spectacle c’est assurément par la scène que le MAPà sérieusement cassé la baraque ces 3 dernières années. MAP : « wallah c’est d’la patate ».


SUR LE TERRAIN

En plaçant leur art au service de leurs idées et de leurs combats, les rappeurs « prolos , fils d’ immigrés du nord de la France » tapent là ou ça fait mal, ils dénoncent les injustices avec virulence, dérangent avec insolence et chroniquent avec justesse et sincérité la vie des petites gens. Manifs, radios associatives, blogosphère, concerts de soutien: (anti-capitalisme, anti nucléaire anti OGM, anti impérialiste, anti raciste, anti-colonialiste*… ), le MAP est presque sur tout les fronts et devient très rapidement un nouveau symbole de résistance.
*Le MAP fera aussi deux tournées en Palestine (Ramallah, Gaza, Jéricho, Naplouse, Bethleem..etc) une aventure qui les bouleversera et qui influencera très largement l’écriture du 2ème album.

LES BRONZES FONT DU CH’TI (Nouvel album)

disco_bronzes.jpgPlus contestataire, plus militant plus insolant et encore plus politiquement incorrect le Ministère des Affaires Populaire est de retour avec une nouvelle galette qui risque de faire beaucoup de bruit en 2009 . Avec le MAP la révolution se fera sans aucun doute en musique, avec des rimes, un accordéon , un violon et des grosses machines pour nous envoyer du son très lourd dans les boomers. Témoin d’une époque en ébullition et en transformation, les ch’tis basanés de Roubaix ont clairement durci le ton et adouci leurs mélodies pour nous concocter un nouvel opus on ne peut plus dans l’air du temps, qui fera sans aucun doute serrer des poings, couler des larmes, rire, danser et grincer des dents.
Avec des mélodies qui vous ferons voyager de Lille à Ramallah en passant par Alger, des refrains scandés qui vous plongerons en plein coeur d’une manif pour la régularisation des sans papiers, des cris de colère, des messages d’espoir et d’amour « Les Bronzés font du ch’ti » est un album qui résonne comme un appelà la révolte, à l’insurrection et à la désobéissance mais surtout à la SOLIDARITE.

map.jpg


DISCOGRAPHIE

disco_debout.jpg
 
disco_bronzes.jpg
DEBOUT LA D'DANS !
 
LES BRONZES FONT DU CH'TI
Sortie le 26 avril 2006
  01 - Il était une fois
02 - Balle Populaire
03 - Lillo
04 - Debout là d'dans
05 - Manich Mena (feat Samyra)
06 - Nos affaires
07 - Avancer
08 - Torture Academy
09 - Donnez-nous
10 - En haut de l'affiche
11 - Bagdad By night
12 - Sherazade
13 - Je ne suis pas un numéro
       (feat Axiom)
14 - Elle est belle la France
15 - Fallait pas nous inviter
16 - Si c'était le dernier (feat Leone)
       BONUS TRACK (réédition)
17 - Grain d'sel
18 - Dégage
19 - Salutations révolutionnaires
       (feat Mouss et Hakim)
20 - Ah si j'étais...
       (feat Jean-Michel Vermouten)
 
Sortie le 14 avril 2009
  01 - MAP de retour (intro)
02 - A l'abordage (mazel-na thouar)
03 - Appelle moi camarade
       (feat Kenny Arkana)
04 - Ch'tite interlude
05 - Les bronzés font du ch'ti
06 - Chouffou ma sar (la lettre)
07 - Combien ça coute...
08 - Profession saltimbanque (part 1)
09 - Profession saltimbanque (part 2)
10 - Gduferavek
11 - Bon dimanche sous vos
       applaudissements (interlude)
12 - La vie c'est pas facile
       (feat kékélé)
13 - Palestine (nahr jdid)
14 - Ils disaient...
15 - Faudra faire avec
16 - La chasse est ouverte
17 - Lettre au ministre
       (par B. Wieser/lue par J.Moreau)
18 - Un air de révolution
19 - Pendant ce temps (outro)
       BONUS TRACK
20 - Salutations révolutionnaires
       (feat Mouss et Hakim)
     
 


Samedi
13 juin
2009
 
20h00
festival Mistral Courant d’Air à Grenoble
PLEIN AIR / GRATOS
http://www.culturact.com/
GRENOBLE (38)
 

Dimanche
14 juin
2009
 
à partir de 14h00
Fête de l’amitié à Roanne (42)
Gratuit en plein air
SITE FONTALON – RUE DES VERNES – 42300 ROANNE
ROANNE (42)
 

jeudi
18 juin
2009
 
20h00
au CSE ( avec Amazigh Kateb) à Wattrelos(59)
Gratuit.
WATTRELOS (59)
 

Vendredi
19 juin
2009
 
à partir de 21h
MA VILLE EST UN MONDE
à chalette-sur-loing (45), centre louis aragon, plein air gratuit, avec Carmen Maria Vega
CHALETTE-SUR-LOING
(45)
 

Samedi
20 juin
2009
 
20h00
SOIREE PALESTINE
ORGANISé PAR LE CAP au Rock School Barbey
http://www.comiteactionpalestine.org/
BORDEAUX (33)
 

Dimanche
21 juin
2009
 
19h00
Fête de la musique à Valenton (94) gratuit, en plein air
VALENTON (94)
 

Vendredi
26 juin
2009
 
20h00
FEST.SARABANDES
http://www.lapalene.fr/
page.php?page=les_sarabandes/
ST GENIS D’HIERSAC
(16)
 

Samedi
27 juin
2009
 
20h00
FESTIVAL MEGASCENE
http://www.megascene.org/
ST COLOMBAN (44)
 

Samedi
04 juillet
2009
 
17h00
Festival Au Foin de la rue à St Denis de Gatine (53)
avec I’m from Barcelona, Patrice, Caravan Palace, Hilight Tribe, etc....
à partir de 17h00, 22/26€
http://www.aufoindelarue.com/
ST DENIS DE GATINE
(53)
 

Dimanche
05 juillet
2009
 
  Festival Musiques et Jardins – paris 18e au Jardin d’Eole – plein air gratuit -
http:/www.musiquesetjardins.fr
PARIS (18)
 

Mercredi
08 juillet
2009
 
17h00
Festival Nomades à L’Isles d’abeau (38) - Parc St Hubert – plein air à partir de 17h – 10/15/18€ - avec Debout sur le Zinc, Les Fils de Teuphu, Kakctus Groove Band, Dj Kostia
http://www.myspace.com/festivalnomade
L'ISLES D'ABEAU (38)
 

Samedi
11 juillet
2009
 
20h00
Festival Confluences
http://totemprog.free.fr/festival
COUTRAS (33)
 

Vendredi
17 juillet
2009
 
20h00
FEST AUX ZARBS
http://myspace.com/festivalauxzarbs
AUXERRE (89)
 

Dimanche
19 juillet
2009
 
  FESTIVAL DES VIEILLES CHARRUES
Carhaix (29)
www.vieillescharrues.asso.fr/
CARHAIX (29)
 

Vendredi
24 juillet
2009
 
20h00
FESTIVAL FESTCOUBILLE
place Général de Gaulle
prix des places de 10€ à 12€ en prévente et 15€ Sur place
autres groupe : Les Fils de Teuhpu + Rageous Gratoons
http://www.festival-festcoubille.com
ST GENIES DE FONTEDIT
(34)
 

Samedi
25 juillet
2009
 
20h00
FESTIVAL DE CARCASSONNE
http://www.festivaldecarcassonne.com
CARCASSONNE (11)
 

Samedi
1er août
2009
 
20h00
Festival ecaussysteme avec Patrice et Thomas Dutronc
(jauge 6000 pers)
http://www.ecaussysteme.com
GIGNAC (46)
 

Dimanche
02 août
2009
 
  Festival Transes Cévenoles
avec Assassin et Puppetmastaz
http://www.leselvis.org
SUMENE (30)
 

Samedi
15 août
2009
 
20h00
FEST ENFERMES DEHORS
http://enfermesdehors.free.fr
AUBUSSON (23)
 

Dimanche
16 août
2009
 
18h00
Brussels Summer Festival (BG) – Place des musés à Bruxelles - avec Pep’s.... Plein air gratuit, à partir de 18h -
http://www.infofestival.be
BRUXELLES
(Belgique)
 

Jeudi
20 août
2009
 
  Les jeudis du port de Brest
BREST (29)
 

Vendredi
21 août
2009
 
  Le Coquelicot à Fougères (35) - 18 RUE DE VITRÉ
FOUGERES (35)
 

Samedi
22 août
2009
 
  Festival Couvre feu à Corsept -
http://www.couvrefeu.com
CORSEPT (44)

VIDEOS : Les clips

MAP-La Chasse est ouverte (le clip)


MAP- Debout là d'dans ! - (le clip)

MAP- Ah si j'étais président... - (le clip)

MAP- Balle populaire - (le clip)

SONS EN ECOUTE

bt_bronzes.jpg bt_feat.jpg
[ ouvrir le player dans une nouvelle fenêtre ] [ ouvrir le player dans une nouvelle fenêtre ]
   
bt_debout.jpg  
[ ouvrir le player dans une nouvelle fenêtre ]  


MAP soutient :
 
Bazar du web :

 
generationpalestine.gif
lesindivisibles.gif
francepalestine.gif
longeurdondes.gif
survie.gif
ehz.gif
cap.gif
sanspap.jpg
Manifestation tous les mercredis
Place de la République -à Lille, 18H30

indigenes.jpg
resf.jpg
Les bonnes adresses du MAP :
soleil.gif

barlive.gif
coquelicot.gif
balta.gif



 Laissez-les grandir ici (resf)
     

 Quelqu'un m'a dit (www.scratch-site.com)

MANUEL VALLS veut des blancos...
walls.lpg.jpg"Parcourant un marché de sa ville sous l’objectif des caméras de la chaîne Direct 8, Manuel Valls, maire d'Evry (91) s'est montré désemparé devant le trop grand nombre de personnes colorées présentes sur un marché de sa ville.
"Que vont penser les téléspectateurs de ma ville?" s'est-t-probablement interrogé! Soudain sauvé par un éclair de génie il adresse discrètement cette délicate requête à son staff : "Belle image de la ville d'Evry… Tu me mets quelques Blancs, quelques Whites, quelques Blancos…".
Ouf, l'honneur est sauf!"
Les Indivisibles ont entendu l'appel désespéré de ce vaillant maire. En soutien nous lançons un casting géant! Si votre profil correspond, veuillez envoyer CV et photos à contact@mairie-evry.fr
Date officielle de tournage non défini. Entre juillet et août.

 IFDIM "bricole" un clip sur Elle est belle...

 UMP / Alain Destrem : La petite phrase

Closed Zone

 Le vrai visages des chefs arabes

 Le silence de la vie (www.regardeavue.com)

LES LAPINS SUPERSTARS
m_560887ea0fb948c1893d0145007064d7.jpg clear.gif

 

Mystérieuse entité encéphalosonore, Lapin Superstar croise le plus souvent votre route à
un moment inattendu, de jour comme de nuit, passant le plus clair de son temps à
entonner son cri d’amour cuivré et percutant. Les scientifiques d monde entier
s’interrogent encore sur la nature de ce chant unique qui passionne les foules en émettant
d’étranges Poum Tchak Djizz et autres Tik Klak Tunk dont nous ignorons encore la
signification. Pour ce rendre compte de l’ampleur de ce phénomène, il faut aller voir cette
fanfare montante de la scène francophone et son émulsion sulfureuse à base de funk,
rumba, salsa, hip-hop et autres recettes aptes à relancer le moral des méninges en y
prenant son pied ! À vos parcs, prêts… dansez ! www.myspace.com/lapinsuperstar


TROMPETTES **
- Samuel the Pure
- Kloé Puppet masta
- Antoine Weird food Sensei
- Mathias permanent featuring
IMG_9541net.jpg

** TROMBONES **
- Michel, "talking to me" attitude
- Johannes, l'homme le plus cool d'Autriche
- Arnaud le foulque
trombones.jpg

** SAXS **
- Camille aka Zombix
- Lucie poussin pyro-apocalyptique
- Maïda mode-véner girl
- John beat, powersolo
- Matthieu Kouet le ptit der'
saxsaltsop.jpg

**TUBAS **
- "Champagne" Sidney
- Jules west coast megaphonic
- Marion, 1/3 Mégabasse IMG_9549NET.jpg

** SOUBA **
- Benbass souba rider
souba.jpg

** PERCUSSIONS **
- Vivian-bouzouk
- Julien the Poum
- Ben tamtam Chef Louse 2008
- Sam la washboard humaine
rizm.jpg



esketuveu1.jpg
..
wrapper_logo.gif>



TOUMAST
1107176936_m.gif
 
..

>
Le Blues Touareg est un genre dérivé du blues ; c'est la musique des « ishumars » (du
français chômeur), génération de Touaregs ayant connu la sécheresse, l'exil forcé puis les
camps d'entraînement en Libye dans les années 1980-1990. En tamasheq, un mot
désigne ce courant musical : Assouf, « la nostalgie ». Toumast (Niger) et Tinariwen
(Mauritanie) sont les formations phares de ce courant musical entre traditions arabes,
berbères et musiques amplifiées qui diffuse la cause Touareg dans le monde entier.
Toumast a été fondé dans les années 1990 autour de Moussa Ag Keyna, réfugié à Paris
après avoir été grièvement blessé au terme de ses années de lutte et de maquis.
Leur musique est saisissante, passant d’une transe sereine à une clameur
explosive où les mélopées sahariennes s’envolent sur fond de rock, de funk et de
youyous acrobatiques. www.myspace.com/toumast






toumast_myspace_affiche.jpg






RENATA ROSA

m_6ed4b365439c41d4be2a8758b065dd99.jpg clear.gif 09
Vo

Trois ans après un concert inscrit dans les annales de Musiques et Jardins, Renata Rosa
fait son come back aux Arènes avec un nouveau CD à son actif (Manto Dos Sonhos/Outro
Brasil), où sa voix solaire et sa rabeka (violon traditionnel) inondent les choeurs et les
rythmes endiablés du Nordeste Brésilien (Coco, Pernambuc, Samba, Maracatu…). Par sa
présence joyeuse et incantatoire, Renata sait faire du public un acteur à part entière de
ses concerts en quelques rythmiques, mélodies et joutes verbales où ses racines
s’enlacent à des chants hongrois ou pakistanais, où la voix est un instrument dont les
sonorités nous transcendent au contact des traditions du monde entier. Attention, l’accès
aux Arènes se fait dans la limite des places disponibles : ne soyez pas en retard !
www.myspace.com/renatarosa


HOURIA AÏCHI
m_0fc0203dbca74a68b78c1e80bb295d66.jpg

Houria Aïchi, rendue mondialement célèbre pour son interprétation des chants de l'Aurès,
est née au pied des montagnes du Nord-Est algérien. Elle perpétue une tradition de
poésie populaire chantée par les « azriates » (troubadours féminins jouant de village en
village), héritée de sa grand-mère. Dans sa famille, depuis des générations, les femmes
sont de grandes solistes qu’on appelle pour chanter lors des cérémonies. Qu’elle reprenne
des chants a cappella ou des pièces pour danser, Houria Aïchi anime un répertoire où des
poèmes d’amour côtoient des chants d’exil, des chants de travail, des berceuses et des
chants sacrés d’Algérie. Accompagnée d’une percussion qu’elle frappe à la main (bendir)
et de la flûte traditionnelle du virtuose Saïd Akhelfi, elle célèbre la force d’une tradition
qu’elle s’attache à faire partager à Paris, New York, Montréal, Barcelone, Fès ou Alger.
Patiemment, elle en collecte les derniers vestiges dans les villages oubliés et les interprète
en tentant de rester aussi fidèle que possible à la tradition. Un projet qui rejoint les idéaux
qu'Houria a défendu toute sa vie en faveur "d'un Islam de Réconciliation et de Paix".
www.myspace.com/lescavaliersdelaures

LLe public français connaît bien Houria Aïchi, chanteuse chaouïa des Aurès. Débutant la scène avec le seul soutien de son tambour et d’une flûte de roseau, elle s’est vite montrée soucieuse de faire bouger les formes traditionnelles tout en restant fidèle aux bases profondes de sa culture.
Autour de l’univers acoustique créé par Grégory Dargent, associant les anciens et les modernes à travers le traitement d’archives sonore, la dynamique du rock, du jazz, des musiques méditerranéennes, autant de styles maîtrisés par les jeunes musiciens de L’Hijâz’Car, la chanteuse célèbre l’universalité des règles de la chevalerie, de la bravoure, de l’amour, prônées par ces princes cavaliers, les Rayan el khil qui ont marqué son enfance.


FANTAZIO & BENJAMIN COLIN
clear.gif
Ti-Coca & Wanga-Nègès


Fantazio, figure incontournable et inc(l)assable de la scène alternative parisienne, chante
en cinq langues, joue de la contrebasse à plus de 300km/h (souvent en sens inverse),
s’entoure de rappeurs/slameurs (Dgiz, Grand Corps Malade, D’), rockers, jazzmen et
improvisateurs de tous poils (Denis Charolles, Les Chevals, Franck Williams…)… Pour
Musiques et Jardins, il retrouve les OVNIS sonovisuels de Benjamin Colin, armé de ses
ustensiles et autres objets tintinnabulants venus d’on ne sait quelle galaxie : vitres
musicales, orgue à eau, boîtes à cigales, tapis roulant… Les deux alchimistes et
complices de longue date réservent encore bien des surprises à nos curieuses oreilles !
www.fantazio.org


TI-COCA & Wanga-Nègès
clear.gif
Ti-Coca & Wanga-Nègès
Acoustique
1471131962_m.jpg

Sorte de cousin haïtien de Danyel Waro, Ti-Coca interprète des merengues suaves et
épicées sur des mélodies traditionnelles du répertoire vaudou, accompagné de son
groupe Wanga-Neges. Ils se distinguent parmi les rares musiciens des caraïbes qui
s’inscrivent dans la tradition des troubadours, ensembles acoustiques dont les
compositions constituent une chronique douce et amère de la société, officiant lors des
fêtes patronales, au bord des plages ou dans les restaurants. Héritiers des troubadours
européens, ces groupes ont subi plus récemment les influences de la musique cubaine,
lorsque des milliers de travailleurs saisonniers haïtiens réalisent le voyage d’une île à
l’autre, transportant dans leurs bagages, rythmes et modes musicales (son, meringue,
boléros, rythmes vaudou…). En 1976, le groupe Wanga-Nègès concocte un cocktail
musical irrésistible auquel Ti-Coca prête sa vivacité et le charme de sa voix éraillée : une
sorte de filtre d’amour, comme l’insinue le nom du groupe, traduction créole du colibri, qui
entrerait dans la préparation de magie amoureuse ! http://www.myspace.com/ticoca

Ti-Coca et « Wanga-Nègès » se distinguent parmi les rares musiciens professionnels qui s’inscrivent dans la tradition des troubadours, petits ensembles aux instruments acoustiques dont les compositions constituent une chronique douce et amère de la société.

Les groupes troubadours se caractérisen
t d’abord par une instrumentation particulière, totalement acoustique, qui comporte le plus souvent : guitare ou banjo, accordéon, tambour, maracas et graj (grattoir) contrebasse ou manoumba (caisse de bois munie de lamelles métalliques que l’on fait vibrer et qui sert de basse). Ils officient habituellement lors des fêtes patronales, au bord des plages ou dans les restaurants, ainsi que dans les soirées privées, où ils sont de plus en plus sollicités, en raison de la pénurie d’électricité qui limite actuellement le recours aux musiques enregistrées ou amplifiées.

Ti-Coca & Wanga-Nègès

Add to My Profile | More Videos

Héritiers des troubadours européens, itinérants et semi-ruraux, ces groupes ont subi plus récemment les influences de la musique cubaine. Au début du XXème siècle, l’industrie sucrière en développement à Cuba réclame une importante main d’œuvre pour la coupe de la canne : des milliers de travailleurs saisonniers haïtiens réalisent le voyage d’une île à l’autre, transportant dans leurs bagages, rythmes et modes musicales. Ils rapportent en Haïti son et bolero, popularisés notamment par le célèbre trio Matamoros. Les troubadours interprètent alors indifféremment bolero et rythmes haïtiens (méringue et rythmes vodou), ou encore, plus tard, des succès du konpa diffusés par la radio.

En 1976, le groupe « Ti-Coca et Wanga-Nègès » s’est constitué autour du chanteur David Mettelus « Ti-Coca », en intégrant des musiciens qui, pour la plupart, évoluaient auparavant dans des formations de konpa, où ils jouaient des instruments électriques. Ensemble, ils reprennent désormais l’instrumentation et le répertoire des troubadours, dans la lignée de Ti-Paris ou autre Althiéry Dorival. Ils interprètent des morceaux issus du folklore, des chansons traditionnelles du répertoire troubadour et des morceaux konpa, auxquels Ti-Coca prête sa vivacité et le charme de sa voix éraillée. Ils composent ainsi un cocktail séduisant, une sorte de filtre d’amour, comme l’insinue le nom du groupe, « Wanga Nègès », nom créole du colibri, qui entrerait dans la préparation de magie amoureuse.

Depuis leur premier concert à l’extérieur, en 1988, au festival de musique de Fort-de-France, Ti-Coca et « Wanga Nègès » ont su s’attacher le public étranger qu’ils ont séduit par leur simplicité et leur fraîcheur : en France (Fête de la Musique de Paris, 2000), en Suisse (Afro-Pfingsten Festival de Winterthur, 2004), aux Etats-Unis (Folklife festival, Washington Smithsonian Institution, 2004 ou encore « Master of the Caribbean Music tour », 2005), en Guadeloupe (Festival Créole Blues, 2006), etc.

En 2006, Ti-Coca et « Wanga Nègès » célèbrent leur trentième anniversaire, toujours fidèles à la tradition des troubadours, à l’écart des modes – qui se sont emparé récemment du genre - et en marge des circuits commerciaux, malgré l’existence d’un CD produit en Europe (Haïti : Ti-Coca/Toto Bissainthe, chez World Network).



DAMILY Family

Six albums et 15 années de concerts et de cérémonies ont assis la popularité de ce
guitariste, considéré à Madagascar comme le grand maître du tsapiky, musique
emblématique du sud-ouest de l’île. En ville comme à la campagne, sur scène comme en
« bal poussière », Damily et ses musiciens sont les garants d’une ambiance survoltée lors
de fêtes où ils jouent des heures sans interruption dans une chaleur torride. Du tsapiky
électrique endiablé (on pense à Konono n°1) aux chants villageois à l’instrumentation
dépouillée, c’est toute la culture populaire des ghettos de Tulear qui est à découvrir. Sans
concession aux modes qui ont traversé les courants musicaux à Madagascar, ils font de
chaque concert un moment dont on se souvient, car il ne ressemble à rien d’autre, mais
nous entraîne si facilement dans la danse qu’il nous semble déjà familier !
http://www.damily.net


ACTIONS CULTURELLES AVEC « MOLEQUE DE RUA » (Brésil)

Pour la seconde année consécutive, des ateliers musicaux animés par le groupe Moleque
de Rua au centre musical Fleury Goutte d'Or - Barbara aboutiront à une création avec les
habitants. Cette oeuvre collective, intitulée Moleque 18 – Orchestre de Rues et Jardins,
sera présentée dans le cadre du festival le samedi 11 juillet. Les ateliers sont gratuits et
s’adressent en priorité aux jeunes des quartiers classés en Politique de la Ville du 18e
ardt. de Paris. Autour des ateliers, un parcours pédagogique est élaboré afin d’intervenir
directement auprès des populations dans les quartiers concernés, avec des rencontres
entre parents, participants et habitants organisées sous différentes formes : rencontre
avec les artistes, atelier Batucada, sortie avec les artistes, arbres à palabres, blogs, match
de foot, repas de quartier…


Renseignements sur le site Internet du festival.
Contact : carolineboer@jazznomades.net
Adresses et moyens d’accès – www.musiquesetjardins.fr
Parc de la Turlure : rue du Chevalier de la Barre et rue de la Bonne, métro
Lamarck Caulaincourt, Montmartrobus.
Musée de Montmartre – Hôtel de Marne : 12, rue Cortot, métro Lamarck
Caulaincourt, Montmartrobus.
Square Charles Hermite : rue Charles Hermite, Métro Porte de la Chapelle, PC.
Institut des Cultures d’Islam : 19 rue Léon, metro Château-Rouge ou Barbes.
Square Rachmaninov : rue Tristan Tzara, métro Marx Dormoy, PC.
Square Carpeaux : rues Carpeaux, rue Marcadet, métro Guy Moquet.
Jardins d’Éole : rue d’Aubervilliers, rue de Torcy, métro Stalingrad.
Square des Amiraux: rue des Poissonniers/rue Boinod/métro Simplon
Square Léon : rue Léon, rue Polonceau, métro Barbes ou Château-Rouge.
Square René Binet : rue René Binet, Métro Porte de Saint-Ouen, PC.
Arènes de Montmartre : Rue Saint Eleuthère, Métro Abbesses/Anvers.
Parc Éli Lotar : Aubervilliers, rue Lounès Matoub, Chemin de l’Échange, Bus 65
(arrêt Mairie d’Aubervilliers), bus 173 (arrêt Canal) ou en vélo le long du Canal
de Saint-Denis, de la Porte de la villette ou de Jaures (côté ouest).
L’équipe de Musiques et Jardins 2008 – 8è édition :
Direction artistique : Blaise Merlin
Production : association L’Onde & Cybèle
Administration : Monya Rekik
Assistant de production : Philippe Ahmed-Braschi
Actions culturelles et coordination : Caroline Boer
Graphiste : Christophe Hamery
CONTACTS PRESSE :
Marc Chonier : marc.chonier@gmail.com - 0663875287
Blaise Merlin : blaisemerlin@jazznomades.net - 0609472908
Musiques et Jardins 2008 est organisé par l’Onde & Cybèle, en co-production
avec la Mairie de Paris, la Mairie du 18ème, la Mairie d’Aubervilliers, le Conseil
Général de la Seine-Saint-Denis, la Région Ile-de-France, la délégation à la
Politique de la Ville et à l’Intégration, le centre musical Fleury Goutte d’Or -
Barbara, Villes des Musiques du Monde et l’Institut des Culture d’Islam.
À vos parcs… www.musiquesetjardins.fr

Commenter cet article