EXPOSITION A MONTMARTRE

Publié le par LEPIC ABBESSES



AAtelier d'Art Lepic 1, rue Tourlaque 75018 Paris Tél: 01 46 06 90 74 Portable: 06 873 892 36
Contact /Presse/informations/ventes/sales : Sabine Ermakoff -e-mail : henri.landier@wanadoo.fr


Atelier d'Art Lepic
Henri Landier peintre-graveur

L'Atelier d'Art Lepic est ouvert le vendredi de 14h à 19h sans rendez-vous - Tél 01 46 06 90 74

Exposition 2009

Exposition rétrospective 1952-1975 autour du livre "Le peintre rebelle"
Du 14 mai au 14 juin 2009, et du mardi au dimanche de 14h à 20 heures.

 

BIOGRAPHIE


Henri Landier est né le 14 juin 1935 à Paris, et tout a commencé en 1952, lorsqu'à 17 ans, en quittant la demeure familiale, Henri Landier est entré en peinture comme d'autres entrent en religion.
C'est le peintre montmartrois Jean d'Esparbès, qui l'accueille rue Saint-Vincent et lui prête son atelier.
Dès cette époque, tout en suivant les cours de l'Ecole Nationale des Arts Appliqués, puis pour quelques mois ceux des Beaux-Arts, il dessine et peint frénétiquement le monde matériel qu'il a choisi de hanter :
-la rue Saint-Vincent où il a trouvé refuge,
-les bistrots de Montmartre qui l'accueillent lorsque le froid est trop vif,
-les quais de la Seine et du canal de l'Ourcq,
-les rues de Paris qu'il parcourt infatigablement, carnet de croquis à la main...
C'est la "période verte", marquée par plus de 120 huiles, plus de 400 dessins : un jaillissement inattendu et spontané, une sorte de libération qui se traduit par des oeuvres sombres, tendues, souvent dures, parfois empreintes de désespoir, toujours de lucidité.
Ces années 1952-1955 sont le creuset où, à travers de multiples rencontres, de multiples difficultés matérielles et la prise de conscience de sa capacité de création, se forme peu à peu le peintre que nous connaissons aujourd'hui.
Et puis, c'est la découverte du monde : pendant près de cinq ans, Henri Landier parcourt les mers. Il contemple ciels et horizons, immensités marines et ports colorés. Il continue à dessiner, garde les yeux bien ouverts, observe le monde qu'il sillonne en tout sens, débarque à Maracaïbo comme à Amsterdam...
En 1959, de retour à Paris, la vie de bohème recommence, mais la perspective a changé et sa palette s'élargit : il renoue avec la peinture et entame son oeuvre de graveur.
De ses séjours à Villers-Cotterêts, il rapporte la vision de hangars brûlés, de charrues, de plaines infinies, de ciels, de forêts.
Caen et Dunkerque lui inspirent des dessins de hauts-fourneaux, de quais, d'engins de levage, et la merveilleuse gravure du Docker écrasé par sa condition. Plus tard, à Verneuil-sur-Avre, à Lonlay-l'Abbaye, il peint et dessine la campagne, toujours des arbres et son entourage familier.
De 1960 à 1965, c'est le thème de la ville et surtout de Paris qui s'impose à lui. Ses premières gravures sur Paris, paysages nocturnes à la frange du fantastique, attirent un grand nombre d'amateurs.
Ses portraits gravés de Michel Simon, Pierre MacOrlan... sont devenus des classiques.
En 1964, Henri Landier installe son atelier dans le Moulin de Pisseloup près de Château-Thierry. C'est là qu'il grave et tire lui-même les 44 bois originaux pour les "Chansons de la Vieille Lanterne", de Pierre Mac Orlan.
En 1965, voyage en Provence où il peint les paysages de la montagne du Lubéron, les carrières ensoleillées, les usines désertées, les vignes en automne, mais aussi de grands insectes et de nombreux portraits. Son oeuvre exalte les couleurs de la Haute-Provence lorsqu'il réalise de grandes lithographies chaleureuses, qui tranchent d'avec les estampes des années passées.
Toutes les formes de spectacle l'attirent - théâtre, danse, cirque, music-hall - et ses affiches pour Georges Brassens, le clown Canari, Monique Morelli, Diane Dufresne, les danseurs de Buto... en témoignent. Il grave successivement de vastes suites d'estampes en couleurs :
-1968 : Le Songe d'une Nuit d'Eté, mis en scène par Arianne Mnouchkine,
-1970 : Rabelais, d'après Jean-Louis Barrault,
-1972 : les deux Faust de Goethe. En 1975, Henri Landier ouvre l'atelier d'Art Lepic au pied de la butte Montmartre à Paris. C'est dans cet atelier-galerie que se poursuit la création, au rythme d'une exposition par an.
(J.Gordin, J.P Guicciardi)

------------------------------------------------------------------------------------------- 

De 1972 à 1983 il peint un millier de toiles de grands formats autour du thème du chaos et de la destruction ; villes en construction, ports et chantiers navals, danseurs de Buto, pierrots blafards, cités et usines en ruines, barrières de travaux publics, amoncellements de ferrailles et gisants.
Une oeuvre exposée en partie en 1997 à l'Atelier d'Art Lepic à la sortie du livre Le Labyrinthe de Philippe Montoriol qui retrace les différents thèmes de cette réflexion métaphysique.
1985 : La Toscane et Venise sont des pauses harmonieuses qu'il retranscrit dans de grandes aquarelles douces et joyeuses qui nous font revivre le fil des saisons.
1991 : La société Moët & Chandon lui commande une grande exposition sur les quatre saisons en Champagne ; des gravures, des grandes aquarelles et des sanguines.
1992 : Prague, ville coup de foudre. Une centaine de grandes toiles de cette ville féérique et magique, haute en couleur.
1999 : Pour le 250eme anniversaire de la naissance de Goethe, le musée de Iéna (Jena) en Allemagne expose son Faust, une suite de 32 eaux-fortes en couleurs avec les essais et les planches préparatoires. Un travail salué avec enthousiasme par le public allemand.
2000 : Pour les 50 ans de création du peintre, l'Atelier d'Art Lepic présente une rétrospective de son oeuvre à l'occasion du lancement du cédérom-"Henri Landier ou la cohérence d'une oeuvre" réalisé par le philosophe Bruno Picot, aux Editions Phronésis.
2001 : Exposition Hommage à la femme . Peintures, dessins, pour rendre hommage aux filles d'Eve. Des portraits qui célèbrent avec une sensualité retenue le corps de l'éternel féminin.
2002 : Les confidences de l'ombre, hommage à Pierre Mac Orlan. Exposition au musée des Pays de Seine-et-Marne à Saint-Cyr-sur-Morin autour de l'acquisition d'un bel exemplaire des "Chansons de la vieille lanterne" de Pierre Mac Orlan illustré de 44 bois gravés par Landier.
2003 : Exposition "PACE "(Paix). Grandes peintures, témoignage de l'opposition des italiens à la guerre d'Irak. Des bannières pacifistes bariolées flottaient aux fenêtres de la ville d'Imperia.
Exposition Les confidences du coeur au musée Richard Anacréon de Granville, autour de son amitié et son travail avec
Pierre Mac Orlan.
2004 : Exposition En Mer avec Henri Landier. Dessins, aquarelles, gravures et peintures, témoignage de ses cinq années de navigation dans la--marine marchande. Exposition conjuguée à la sortie du livre de Dominique Le Brun chez Omnibus.
2005 : Exposition Hommage à Monique Morelli grande dame de la chanson poétique française. A travers les oeuvres du peintre-graveur Henri Landier, on retrouve une époque : celle de Pierre Mac Orlan, Louis Aragon, Léo Ferré, Georges Brassens ...
Exposition au musée deNormandie, Le port de Caen (1958 à 1961).
2006 : Expositions Gravures en aquatintes (eaux-fortes en couleurs et à l'aquatinte présentant le travail de Henri Landier depuis une quinzaine d'années) et La Provence de Landier (rétrospective de 1970 à 2006 en peintures. La montagne Sainte-Victoire, les paysages du Lubéron, des portraits, des natures mortes et insectes)
Au musée de Montmartre, exposition de la collection Monique Morelli (1960 à 1992) ...
 
A ce jour, plus de 90 expositions personnelles ont témoigné de l'évolution de son oeuvre en France et à l'étranger, en Europe, aux Etats-Unis, au Japon. Henri Landier vit et travaille à Montmartre, en Bretagne ,et en Provence.

DESSINS

 



AQUARELLES

 

Toscane : ... Henri Landier nous offre une Toscane transfigurée, transparente, blonde et douce comme une amante, irréelle comme un rêve...
Champagne :
... une rencontre, un travail de plusieurs années, où l'oeil de l'artiste a tracé les saisons...les promesses du printemps, les joies de la récolte...
Venise :
... est le dernier lieu de l'infinie beauté, le signe de la civilisation la plus aboutie, ce que les hommes ont peut-être fait de plus beau...
















LITHOGRAPHIES

Henri Landier a appris l'art de la lithographie, dans le strict respect de la tradition du XIX e siècle, sous la direction du Maître lithographe Marcel Manequin. Toutes ses lithographies sont gravées sur pierre; chaque épreuve est tirée à la main par lui-même sur sa presse à bras, et la moindre caractéristique a été voulue, approuvée, par celui qui en est l'unique maître d'oeuvre.
Ainsi l'artiste atteste, dans sa pratique créatrice quotidienne, d'une conscience et d'une liberté devenues rares.

 Henri Landier nous offre une vision inédite de la Provence... Quelques-unes de ses oeuvres sont un défi ainsi "L'amandier violet", thème traditionnel de l'arbre mais qu'un frémissement douloureux et des teintes intemporelles jettent au regard comme un appel.

 

 



 



GRAVURES

 

 

L'apparition de la gravure est légèrement antérieure à 1497, date de la première estampe connue de Dürer. En France, c'est en 1660, que Colbert, par un édit de Louis XIV, fit entrer les estampes au cabinet du roi.
Depuis cinq siècles, la technique est restée identique, toujours aussi exigeante. Un Art, qui, avec les multiples manipulations qu'il exige et le temps infini qu'il requiert, paraît peu adapté à une époque qui se vit sous le signe de la vitesse.

 

 

 

 

r

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SOUSCRIPTION DE GRAVURES

Depuis quarante ans, Henri Landier s'est attaché à faciliter la connaissance de la Gravure dans le même esprit que celui qui animait Jean Vilar lorsqu'il créa le Théatre National Populaire.
C'est dans cet esprit que naquit en 1967, l'idée de souscription d'une estampe à tirage très limité. Cette souscription, si elle enrichit celui qui la reçoit et lui permet de se constituer une magnifique collection, contribue aussi à la diffusion de l'oeuvre de Landier.
La première gravure proposée fut "La rue du Chevalier de la Barre" (1967) qu'il tira à Pisseloup sur ses presses à bras.Plus tard, lorsqu'il se fixa définitivement rue Tourlaque, où jadis Toulouse-Lautrec eut son atelier, Henri Landier ajouta à ses souscriptions annuelles des visites d'Atelier, des séances d'initiation à la Gravure, afin de susciter l'intérêt pour cet Art et de le faire mieux connaître.

 

AFFICHES

 


 

 

 

 


 

 

 


 

 

 



 

Commenter cet article