NOUVELLES DU 18EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Histoire de l'arrondissement

La mairie du 18e

Les communes de La Chapelle et de Montmartre

Le XVIIIe arrondissement fut créé sur les territoires de deux très anciennes paroisses des environs de Paris, celle de Montmartre et celle de La Chapelle, devenues communes en 1790. Au 1er janvier 1860, elles furent remplacées par le XVIIIe arrondissement de Paris, l'un des plus importants par sa superficie - 600 hectares - et l'un des plus peuplés aujourd'hui avec 210 000 habitants. Il comprend quatre quartiers, "Grandes Carrières", "Clignancourt", "La Goutte d'Or" et "La Chapelle".

Avant 1890, les services municipaux étaient installés, fort à l'étroit, dans le bâtiment de l'ancienne mairie de Montmartre.
Cette mairie avait été construite par Paul Eugène Lequeux en 1836 à l'angle de la rue et de la place des Abbesses. Le comte de Rambuteau, préfet de la Seine, inaugura l'édifice le 3 mai 1837.
C'est dans cette mairie que siégea Georges Clemenceau en 1870, puis, pendant la Commune, le poète Jean-Baptiste Clément, dont le titre de gloire reste d'avoir composé le Temps des Cerises.
La mairie de La Chapelle était située à l'angle de la rue de la Chapelle, qui depuis des siècles, constituait la voie principale du village, et de la rue Doudeauville. Elle avait été bâtie en 1846. Affectée en 1860 à une justice de paix et à une bibliothèque, elle fut démolie en 1907.
Depuis les années 1880, la Ville de Paris se préoccupait de doter le XVIIIe d'une nouvelle mairie.


Façade de la mairie du 18e

 


La mairie construite par Marcellin Emmanuel Vercollier

En 1885, le préfet Eugène Poubelle fit acheter un terrain dans le quadrilatère formé par les rues Duc, Hermel, du Mont Cenis, et Ordener, face à l'église Notre-Dame de Clignancourt. L'architecte Marcellin Emmanuel Vercollier (1829-1895), élève de Baltard, fut chargé, en 1887, d'édifier la mairie.
Le prix du terrain s'éleva à 160 000 francs, celui de la construction à 2 177 000.

Le plan présenté par l'architecte séduisit les édiles et le jury. Il consistait à édifier une cour couverte autour de laquelle s'organisaient les services, de plain-pied au rez-de-chaussée, desservis par des coursives à l'étage.
Ce grand hall donnait aussi accès à la bibliothèque, à la salle des Fêtes et aux deux salles des Mariages initialement prévues. Il n'y eut finalement qu'une seule salle des Mariages, mais le conseiller municipal Simoneau déclarait qu'elle devait "contribuer au sentiment de luxe qui accompagne la plupart du temps la cérémonie de mariage et qui ne se trouve pas toujours satisfait en raison de la simplicité qui règne dans les mairies." [...]"Il est donc nécessaire d'avoir une belle et vaste salle des Mariages où l'on pourra au besoin trouver un confort qui ne gênerait en rien la majesté de la Loi."


L'escalier d'honneur


Salle des fêtes


Salle des mariages

La mairie fut inaugurée le 8 juillet 1892 ; l'architecte Salleron, qui travaillait à la mairie du XXe, était venu assister son confrère Vercollier, vieillissant. De nouveaux crédits furent votés pour compléter l'édifice. Salleron entreprit la vaste salle des Fêtes. Les travaux ne s'achevèrent qu'en 1905. L'architecte Claës en termina le décor ; il dessina le grand plafond peint, les boiseries sculptées et dorées.

Commenter cet article