THEATRE DU 18 EME

Publié le par LEPIC ABBESSES

Fantaisies boréales pour jeunes à L’étoile du nord


L’Etoile du Nord propose Fantaisies boréales, une pièce pour 2 danseurs en images et mouvements inspirée des terres d’Islande.

Dans un désert minéral et glacé, deux êtres, un ours et un homme, rêvent de leur pêche. Chaque soir, ils rêvent l’endroit où ils iront chercher le poisson le lendemain. Un jour, les poissons se faisant de plus en plus rares, l’ours et le pêcheur se retrouvent là, au même endroit, pour pêcher le dernier poisson. Mais le poisson s’échappe. Pour les deux compères d’infortune, une quête commence alors, un voyage surréaliste au coeur de paysages étranges.

- Fantaisies boréales
- Mercredi à 14h30 et samedi à 16h
- Durée : env. 40 min. - à partir de 6 ans
- L’Etoile du Nord
- 16, rue Georgette Agutte
- 75018 Paris
- Tél. : 01 42 26 47 47
- Tarifs : adultes 10 € - enfants 8 €

 

 

 

 

 

 

 

 

L'étoile du nord est un théâtre de deux cents places situé dans le XVIII° arrondissement de Paris.
La programmation se compose de spectacles de théâtre, de danse contemporaine et propose au jeune public des spectacles de musique, de danse et de théâtre.

L'étoile du nord a trouvé sa place dans le paysage culturel parisien en s'imposant comme lieu de découverte de nouveaux talents : auteurs, metteurs en scène et chorégraphes.
Depuis vingt-cinq ans la Ville de Paris, le Ministère de la Culture, la Région (par le biais d'ARCADI), la SACD et l'ADAMI suivent et soutiennent cette programmation “à risque” (car la création contemporaine est souvent considérée comme telle par beaucoup…). Le signe le plus récent de cette reconnaissance est l'attribution du label “Scène conventionnée” par le Ministère de la Culture en mai 2000.

Bien plus qu'un lieu d'accueil du spectacle vivant, L'étoile du nord est un lieu de création théâtrale. Le fait qu'il soit co-dirigé par deux metteurs en scène, Bernard Djaoui et Jean Macqueron, n'est sans doute pas étranger à cette volonté. Cette activité de création met l'accent notamment sur la production de spectacles “maison” ainsi que sur des résidences d'auteurs.

Si L'étoile du nord est un théâtre parisien, il est aussi un lieu culturel implanté dans un contexte géographique et social précis, en l'occurrence le XVIII° arrondissement de Paris. Cela se traduit naturellement par des activités plus spécifiques telles que : ateliers de sensibilisation à la danse contemporaine, ateliers de pratique théâtrale pour les amateurs (adultes, adolescents et enfants) ainsi que des partenariats avec le milieu scolaire et différentes associations.
Enfin, L'étoile du nord entretient avec les habitants de son arrondissement, ainsi que de son voisinage direct (XVII° arrondissement, Ville de Saint-Ouen), des relations privilégiées : invitations aux avant-premières de ses spectacles, invitations aux présentations de saison, à des lectures, rencontres...



Historique de L'étoile du nord

Dans les années soixante-dix cette salle exista quelque temps sous le nom de  “Théâtre Paris-Nord” puis cessa toute activité et disparut de la scène parisienne.

Plus tard, en 1979 elle fut découverte à l'abandon par Anne de Amézaga, Bernard Djaoui, Jerôme Franc et Jean Macqueron. Sous leur impulsion, tout à fait déraisonnable à l'époque, vu leurs âges respectifs, leur absence de moyens et leur expérience toute
fraîche du théâtre, cette salle retrouva vie sous le nom de “Théâtre Dix-Huit” qui se transforma à la suite d'une subtile inversion en  “Dix-Huit Théâtre” (que le public prit l'habitude d'appeler le “Dix-Huit”).

Quelques années plus tard, en 1997, à l'occasion de ses dix-huit ans, devenu majeur, le “Dix-Huit Théâtre” s'affranchit de la sécheresse des chiffres et abandonne son “nom nombre” pour un nom plus chaleureux, plus en rapport avec son activité et sa personnalité et devient alors “L'étoile du nord” (que le public prend déjà l'habitude d'appeler “L'étoile”).

 
 
 
Salle1988.jpg
 
 
Au cours de ces vingt années, la salle, la scène et tout le bâtiment abritant le théâtre ont subi de nombreuses transformations. Des gradins aux fauteuils confortables sont apparus, la scène s'est dotée de moyens techniques de plus en plus performants, le hall s'est agrandi, la décoration a évolué, bref le théâtre s'est fait de plus en plus beau pour accueillir le public. Les moyens financiers eux aussi ont évolué (moins vite et moins régulièrement que les saisons !). L'équipe s'est agrandie et transformée, de nouveaux visages sont apparus et certains se sont éloignés (Anne de Amézaga et Jérôme Franc ont suivi une nouvelle voie) enfin et surtout le public a trouvé le chemin du théâtre.

Toute cette histoire s'est bâtie autour d'un projet commun : que ce théâtre soit avant tout un lieu de création. Un théâtre au sein duquel une équipe permanente produise et diffuse ses propres spectacles. Car ce théâtre est bien plus qu'un bâtiment c'est avant tout des personnes formant une équipe maîtrisant tous les aspects de l'activité théâtrale : de l'administratif à la technique et ce qui cimente le tout, l'artistique. Un esprit de Compagnie, même si ce terme n'est peut être plus adapté aujourd'hui à ce type de structure, il n'en demeure pas moins le plus parlant.

Le second volet de ce projet, toujours actuel, concerne l'accueil de spectacles extérieurs. Du théâtre à la danse en passant par la musique, L'étoile du nord a toujours eu la volonté d'offrir aux compagnies théâtrales et chorégraphiques les conditions les plus favorables d’accueil dans ce contexte très difficile que représente les scènes parisiennes. Ne pas faire de la programmation un système “garage” comme cela se pratique beaucoup mais plutôt la présenter sous la forme d'une collaboration artistique, un compagnonnage. Il s'agissait aussi (et cela est toujours vrai aujourd'hui) d'ouvrir les portes d'un théâtre aux nouveaux créateurs, ceux qui n'ont pas encore accès au réseau très fermé des circuits de diffusion. En conclusion, s'affirmer comme un lieu de découverte



Commenter cet article