NOUVELLES DU 18EME

Publié le par LEPIC ABBESSES


ASSOMAG.COM - Magazine d'actualité des associations du 18ème -
 



Initiative de l'association Arcane 18 - Siège social rue Feutrier 75018 - Tel : 01.53.41.01.46



La flûte magique par ATL Jénine

Association du Théâtre de la Liberté de Jénine (Palestine)
Une troupe de jeunes du Théâtre de la Liberté du camp de réfugiés de Jénine effectue sa première tournée en France avec La Flûte Magique.



La flûte magique

La flûte magique par ATL Jénine
Dans cette adaptation de la légende du joueur de flûte de Hamelin, les jeunes libèrent leur créativité en évoquant des aspects de leur quotidien. Face à l’isolement et aux humiliations qu’imposent les autorités d’occupation israéliennes, ce séjour sera pour eux l’occasion d’extérioriser par le travail théâtral les conflits qui les hantent. Ce sera également une ouverture sur le monde tant pour nos jeunes acteurs que pour les spectateurs. Après Toulouse où ils seront reçus dans le cadre d’un partenariat avec une classe de 6ème du collège Bellefontaine puis la région nantaise, ils feront étape en Ile de France où ils donneront 3 spectacles :

La flûte magique par ATL Jénine
Mardi 28 avril à la salle Jean Dame
  • 17 rue Léopold Bellan à Paris 2ème, M° Sentier (tarif 10 €)- 19h45

Mercredi 29 avril au Centre Culturel Algérien
  • 171 rue de la Croix Nivert à Paris 15ème, M° Boucicaut (tarif 13 €)- 20 heures

Jeudi 30 avril à l'Espace Renaudie à Aubervilliers
  • 30 rue Lopez et Jules Martin, M° Fort d'Aubervilliers (tarif 10 €)- 20 heures

Réservations : ATL Jénine - Maison des Associations du 18e - BAL84 - 15, passage Ramey - 75018 Paris - Téléphone 06.28.12.13.61 -
En savoir + : www.libertheatre.fr
La flûte magique par ATL Jénine







fondlibert02.GIF


Liberthéâtre                       

 

LIBERTHEATRE: UN PROJET HORS LES MURS

Liberthéâtre est un projet qui va permettre à de jeunes Palestiniens du camp de réfugiés de Jénine et de jeunes Toulousains de se rencontrer en avril 2009 autour d'un projet de création théâtrale .

A l'initiative de l'association A.T.L Jénine (association des amis du Théâtre de la liberté) un partenariat a été conclu entre le Freedom Theatre situé dans le camp de réfugiés de Jénine, le collège Bellefontaine de Toulouse et le Centre d'Animation des Chamois à Toulouse.

Trois groupes de jeunes, un groupe du Freedom Theatre, une classe du collège et un groupe du Centre des Chamois vont participer ensemble, grâce à des échanges, à une préparation pédagogique et théâtrale, à la création d'un spectacle qu'ils vont présenter à Toulouse lors de la venue du Freedom Theatre  à la salle Ernest Renan les 21, 22, et 24 avril

 

LA CHARTE

 

 LIBERTHEATRE   (Jénine et Toulouse, région Midi Pyrénées)

Charte de partenariat entre le Freedom Theatre de Jénine en Palestine, 

le collège Bellefontaine à Toulouse 

et le Centre d’Animation des Chamois à Toulouse,

avec le soutien de l'Association " ATL Jénine"

 

1.  Conception du projet.

Libertheatre est un projet culturel et artistique visant à mettre en partenariat un établissement scolaire français avec un théâtre palestinien.

Une association soutient le projet :

·         A.T.L. Jénine, association les « Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine, président Jean-Guy Greilsamer.

Un partenariat a été ainsi conclu entre le collège Bellefontaine du Mirail à Toulouse et le Freedom Theatre de Jénine (directeur Juliano Mer Khamis) en vue d'un échange entre un groupe de théâtre de 12 jeunes palestiniens (6 filles et 6 garçons) et une classe du collège.

Le Centre d’Animation des Chamois à Toulouse, responsable Monsieur Hatem Ben Ismaïl, apporte son concours pour l'accueil des représentations du spectacle des deux partenaires au théâtre Ernest Renan, pour la réalisation des décors et pour les festivités, visites et rencontres organisées autour des spectacles.

Chantal Sarraméa, membre de l’équipe d’animation d’ATL Jénine et engagée dans diverses activités théâtrales, est pilote du projet pédagogique et responsable de la création théâtrale.

2.  Objectifs du partenariat

·         Objectifs  culturels

Ils consistent :

ü     à promouvoir la production artistique et théâtrale de Palestine, en collaboration avec la région Midi Pyrénées, en milieu scolaire(collèges, lycées et écoles primaires),

ü     à contribuer au rayonnement du Freedom Theatre. Ce théâtre est la continuation d’un premier théâtre créé par Arna Mer à Jénine,  dans le camp de réfugiés,  en 1993.   Le film très émouvant de son fils Juliano Mer Khamis,  « Les Enfants d'Arna »,  relate  l' histoire de ce théâtre et rend hommage à sa mère décédée en 1995. Ce théâtre a été détruit en 2002 par l'armée israélienne lors de la seconde Intifada. Relancé en 2006, le théâtre fonctionne à nouveau et connaît un grand succès. A.T.L. Jénine  a pour but d'apporter son soutien à  ce vivant exemple de l'énergie et de la capacité des Palestiniens à relever le défi de l’enfermement quotidien qu’ils subissent,

ü     à tisser des liens riches et solides fondés sur la réciprocité et la solidarité,

ü      à permettre à des jeunes, au-delà des difficultés, de se rencontrer, de partager avec l'enthousiasme de leur âge des moments forts et durables, profondément transformateurs,

ü     à  favoriser une connaissance réciproque de la situation des  partenaires,

ü     à sensibiliser les jeunes du collège du Mirail et du Centre d’Animation des Chamois à la situation palestinienne et plus largement à la question du Moyen-Orient, à les ouvrir à la culture et à l'histoire palestiniennes,

ü     à apporter aux jeunes du Freedom Theatre de Jénine un espoir d'ouverture, une perspective d'évolution et une valorisation de leur engagement théâtral.

ü     à faire appel à une région, Midi Pyrénées, et à une ville, Toulouse, l'une et l'autre appréciées pour leurs qualités d'accueil et d'ouverture aux autres cultures.

·         Objectifs  pédagogiques

Ils visent à développer la capacité à travailler en réseau associatif autour d'un projet commun, à élargir l'horizon culturel, à encourager leur sens des responsabilités, de la solidarité et  à diversifier leurs points de vue.

·         Objectifs artistiques

Le projet doit conduire à susciter une dynamique de création aboutissant à une production conjointe d'un spectacle théâtral réalisé par les jeunes du Freedom Theatre d’une part et ceux du Mirail d’autre part et mettant en œuvre les disciplines artistiques les plus variées : théâtre, écriture, vidéo, photos, confection des décors et des costumes.

3.  Réalisations

·         Echange de correspondance, de productions photos et vidéos entre une classe de 6° passerelle du collège Bellefontaine (onze élèves de 11ans à 14 ans) sous la conduite de Joëlle Franchi, professeur de français de la classe, et  probablement  d'une équipe pédagogique du collège tout au long de l'année.

·         Organisation de débats et de conférences au collège du Mirail avec les élèves et l’équipe pédagogique.

·         Organisation d’une soirée Palestine fin janvier : débat, projections, interprétation théâtrale au Centre d’Animation des Chamois (Salle Ernest Renan).

·         Création d'un atelier théâtre animé par Chantal Sarraméa dans cette classe.

·         Accueil des jeunes du Freedom Theatre à Toulouse et dans d’autres villes de la région Midi Pyrénées.

·         Organisation de rencontres entre les jeunes et les familles du collège du Mirail et du Centre d’Animation des Chamois

·         Tournée prévue du Freedom Theatre dans d’autres villes de France.

·         Représentations, en matinée pour les scolaires et en soirée pour le public, du spectacle du Freedom Theatre et du collège Bellefontaine, avec le concours du Centre d’Animation des Chamois, au théâtre Ernest Renan les 22, 23, 24 avril 2009 et représentations à Mirepoix (Ariège) le 21 avril 2009.Représentationle 25 avril(sous réserve) à Figeac.

·         Réalisation d'une vidéo des spectacles et des répétitions.

·         Organisation de festivités et d’autres initiatives autour des différents spectacles.

4.  Engagement moral des différents partenaires du projet

Leur action est placée sous le signe du bénévolat et de la solidarité. C'est un projet qui vise à mobiliser et dynamiser les énergies de chacun, la créativité, l'esprit d'accueil et d'ouverture.

La perspective de ce projet est de s'étendre à d'autres établissements scolaires, d'autres théâtres et centres culturels, comme le montre l'exemple du Centre d’Animation des Chamois.

5.  Financement

Le problème du financement est primordial pour la réalisation du projet.

L’hébergement la nuit du groupe de 9 jeunes palestiniens et de 3 ou 4  accompagnateurs sera assuré  par des familles et d’autres personnes bénévoles.

Mais la totalité des autres frais de séjour en France, le voyage aller et retour depuis Jénine et les coûts matériels liés aux spectacles devront également être pris en charge.

Outre l'aide proposée par l' association, A.T.L Jénine, et les recettes des spectacles  il est demandé une subvention au consulat de France à Jérusalem.

Une recherche d'autres sources de financement est en cours.

6.  Calendrier

Arrivée en France vers le 18 avril 2009

Représentations et autres festivités déjà prévues à Toulouse les 21, 22 et 24 avril 2009

Départ de France le 30 avril .

 

DEMARCHE DU PROJET THEATRAL

                                                       Chantal Sarraméa

VIVRE ENSEMBLE UNE EXPERIENCE DE THEATRE

         Le projet Libertheatre consiste tant à créer une dynamique d'échange e de réflexion avec les jeunes du théâtre du camp de réfugiés de Jénine, le Freedom theatre, qu'à partager une expérience concrète de théâtre.

CREER UN SPECTACLE ENSEMBLE

      Le projet va réunir grâce au partenariat entre le Freedom Theatre, le collège Bellefontaine et le centre d'animation des Chamois quatre groupes de jeunes participant à la création du spectacle:

·         Les 12 jeunes du Freedom Theatre

·         Les onze élèves du collège Bellefontaine.

·         Le groupe de danse de hip hop du centre des Chamois

·         Le groupe de l'atelier du centre des Chamois, chargé de la création des décors.

L'élaboration et la création du spectacle se fera le plus possible en concertation.

L'ATELIER THEATRE DU COLLEGE

     

   Tout au long de l'année, à raison de deux heures hebdomadaires, je vais prendre en charge l'atelier théâtre de la classe en concertation avec le professeur de lettres de la classe, Joëlle Franchi, afin de permettre aux élèves d'acquérir les pratiques théâtrales, d'exprimer leur sensibilité, leur créativité et de développer leur imaginaire.

L'ECRITURE THEATRALE

    Un court texte de théâtre que j'ai écrit sera proposé aux élèves qui seront invités à le développer ou le faire évoluer en fonction du travail de plateau ou en atelier d'écriture.

JOUER ENSEMBLE

   Le spectacle final associera pleinement les quatre groupes de travail et les mettra tous en scène.

SOUTENIR LE PEUPLE PALESINIEN

    Pourquoi un projet de théâtre avec la Palestine?

   Le projet théâtral  ne perd pas de vue que, dans cette expérience collective et cette fusion des investissements personnels, il se rattache à un soutien du peuple palestinien, en particulier des jeunes palestiniens, auxquels nous tentons de dire:

·         Qu'ils sont à nos côtés des citoyens du monde.

·         Qu'ils sont des acteurs du grand théâtre du monde, par leur culture, leur créativité leur courage et leur force.

·         Et que nous souhaitons partager avec eux la joie, la beauté et l'amitié.

Dans la situation actuelle inacceptable qui est imposée au peuple palestinien, il apparaît que le théâtre, l'art, la poésie, la musique sont une manière de vivre sa liberté, de surmonter, de transcender une réalité quotidienne invivable. Libertheatre est l'expression de ce sursaut artistique et culturel.




Compte rendu des séances de théâtre

Séances 14-15-16

 Nous finalisons, peaufinons.

Les costumes apparaissent. De vraies trouvailles font évoluer le jeu: la robe de la Fée Lé Lé, entre robe-mission et robe de femme palestinienne, le pull de Nordine qui amène un jeu désopilant.

Le jeu gagne en énergie…un peu au détriment du texte.

Les totems entrent en scène, splendides mais ils m'amènent à revoir la mise en scène du début.

Les éclairages sont réglés.
Mais il faut que ça décolle vraiment. Il faut soulever le spectacle de terre. Ce sera l'objectif de la dernière répétition générale le 20 avril. Le décollage de l'avion.

Séance 13

 4 mars 2009 Première répétition générale salle Ernest Renan

Grand moment.

Vite dissipée l'inquiétude de tous.

Les enfants du Mirail découvraient le théâtre où ils allaient jouer. Pour la plupart, ils pénétraient pur la première fois dans un théâtre. La première intimidation passée, aussitôt que je leur ai demandé d'explorer librement les lieux(scène, coulisses, loges, escalier, hall), ils se sont sentis chez eux. Ils captaient l'âme de ce lieu et ils ont été excellents.
Cette première répétition générale est très prometteuse: de la présence, qualité de jeu et d'interprétation. Ils sont dedans.
Certes il faut encore beaucoup travailler, gagner en clarté de l'élocution, en  rythme, fixer les repères, intégrer le groupe de Hip Hop qui était présent, régler une infinité de détails.

La pièce, La fée Lé lé passe très bien.

Avec à la fin, la touche de raffinement d'Hatem: le goûter avec jeux autour de l'animateur, offert par le centre des Chamois! Des enfants heureux.

 

DSCN0534.JPG

    Séance 12

1) Côté costumes

Un immense bravo à tous les dessins de costumes, à leur modernité, leur justesse, leur créativité. Des croquis d'un grand intérêt et qui font évoluer la recherche de réalisation. Ils figureront à l'exposition sur le spectacle.

Le 4 mars les élèves doivent venir avec le maximum d'éléments de costumes qu'ils on t déjà trouvés.

2) Petit  point sur chacun

Moga tu dois encore mieux articuler. Affirme encore plus ton jeu, ta gestuelle.

Samir  très bonne élocution et très bon engagement. Continue à travailler la recherche de gestes accentués. N'oubliez pas Moga et toi de commencer  à la dernière phrase à repartir à la fin côté jardin.

Joël parle FORT, articule, joue davantage à bousculer ton camarade. Accentue ton jeu clairement. Mets de l'intention (espièglerie, taquinerie)

Yoan parle FORT, articule. Améliore encore ton jeu de la peur.

Ne donnez pas l'impression de réciter le texte: détachez chaque phrase.

Nordine, avance au début, un peu plus face au public pour qu'on voie bien ton visage et tes grimaces. Dans le dialogue essaie d'assouplir le torse, l'échine et articule bien. Parle plus FORT.

Cheïma très bon engagement. Joue dans la durée du jeu mais pas dans la lenteur. Cours, sois vive, tourbillonne, joue tes difficultés à attraper ta chaise, montre-la au public quand tu as réussi à l'attraper, et installe-la  fièrement .

Tahar continue à améliore ton élocution. Parle distinctement. Supprime dans ton texte(les îles de la tentation qu'on les appelle)Parle et joue plus face au public on ne te vois pas et on ne t'entend pas.

Muhammed. Travaille encore la voix et l'articulation. Forme tes sons en ouvrant bien la bouche.Mais c'est mieux en gestuelle. Continue à la travailler.

Sujeevan  Tu n'as aucun jeu. Joue ton texte, parle bien fort, articule, met de l'intention, de l'intensité visible dans ton jeu (colère par exemple).

Sana, mets encore plus d'intention dans le jeu. Prends en charge les phrases difficiles du texte du rêve à lire; Je les signalerai.

Cydjie, cherche ton personnage. Tu ne l'as pas encore trouvé. Parle plus fort. Joue ton personnage, adopte une attitude agaçante, précieuse, un maintien, une démarche, des regards .

Océane et moi préparons toutes les deux une belle surprise finale.

Prévois de fabriquer des fleurs en papier( que tu auras comme les textes dans un panier) et que tu jetteras autour de la Fée Lé Lé en tournant une ou deux fois autour d'elle. Prévois aussi des pierres dans du papier que tu vas frotter l'une contre l'autre. Il faut que ton arrivée attire l'attention de tes camarades sur scène et que cela les intrigue.

Adopte une démarche de danse mélanésienne.

Le groupes des ombres: quand vous lisez le texte de la gymnastique de la FLL chacun a un texte et ça va vite et vous lisez correctement sans hésitations ni fautes de liaison.

Quand vous venez détruire le matériel de la FLL tournez-vous un peu vers le public, qu'on vous entende bien.

3) Répétition de la scène 6

4) Filage

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les répétitions vont bon train et je cours après le train des CR….

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Séance 11

Cette séance va  être consacrée à l'amplification de la gestuelle.

1Echauffementsconsistant en des étirements maximum.

2 Organisations de deux filages

Un premier filage sans parler, uniquement avec les gestes les plus amplifiés et étirés possibles. Pas d'effets de mime!

Pour ce filage des choix de déplacements sont précisés

-le groupe de l'île accentue sa démarche tortueuse et son analogie avec le règne animal.

-la Fée Lé Lé travaille une démarche de  vieille dame qui trottine de plaisir.

-le groupe des enfants aux totems est le groupe qui court sans arrêt, exprime vitalité et jeunesse.

Un deuxième filage cette fois avec les paroles.

L'évolution est cette fois générale et le spectacle prend tournure.

Une courte pause est consacrée à l'élaboration des costumes où émergent beaucoup d'idées intéressantes.

Je réserve à Océane une très belle participation au final: elle sera le rêve de la FLL.

Lors de toutes ces séances j'ai reçu le concours efficace de Joëlle. En effet pour que tous les élèves travaillent, nous divisons la classe en deux et prenons chacune un groupe en charge.

Joëlle a fait également en amont avec la classe une intéressante recherche sur les costumes.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Séance 10

Le groupe de l'île continue à progresser. Cheïma la Fée Lé Lé a un jeu clair et très précis que j'apprécie. Il faut que je l'engage à aller plus loin  Celui des enfants aux totems me préoccupe. Ils ont plus de difficultés. Je dois trouver pour la prochaine séance un élément déclencheur.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Séance 9

Le groupe de l'île, notamment Moga ont fait des progrès spectaculaires. Ils sont engagés dans le jeu à fond.

Et en plus la séance me fait découvrir une nouvelle élève, Océane Faïci"petite fleur"…qui nous arrive d'Ouvéa! Je retiens difficilement mon émotion. Et en plus elle a fait du théâtre! Dès cette première séance elle aide efficacement Moga dans sa mise en scène et s'intègre au groupe des voix de l'ombre

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Séance 8

RECOMMANDATIONS ESSENTIELLES

Je m'interroge : comment ne pas donner l'impression de réciter le texte de façon mécanique?

  • Je m'interromps, marque des temps de pause
  • Je  regarde  les autres partenaires
  • J'établis des contacts avec eux
  • J'ai des intentions claires, des gestes et attitudes précis
  • Je comprends ce que je dis: je demande des explications sur le sens du texte ou bien je joue avec la difficulté ou je demande à récrire certains passages
  • Je joue avec les autres partenaires, je tiens compte de leur jeu
  • Je ressens l'émotion, je prends le temps de la faire surgir.

Utiliser l'espace

  • Je précise clairement les entrées et les sorties de scène
  • Je marque le parcours en scène, je prends mes repères
  • Je joue avec les distances par rapport aux autres: près, loin
  • Je joue par rapport à l'espace scène: milieu de scène, fond de scène, bord de scène, côté cour( à droite de la scène), côté jardin( à gauche)

Rythme et jeu

  • Travailler en énergie
  • Varier les rythmes
  • Moduler les jeux: démarches, voix, volumes sonores etc;;;

Rapport groupe personnage

Dans la pièce, chacun d'entre a un rôle de personnage précis et  fait partie d'un collectif: par exemple, les personnages de l'île et le groupe des ombres, sans doute des soldats.

Je dois donc travailler un personnage et  trouver un jeu dans le groupe, le collectif où je suis.

Les échauffements de la séance porte sur la recherche de la dynamique du corps:

  • Danser avec le mur
  • Danser avec le groupe
  • Créer des points de contact

Le reste de la séance est consacré aux répétitions

  • Répétition du prologue dans la recherche de l'énergie et du volume vocal maximal
  • Répétition des scènes 1-2-3-4 en tenant compte des recommandations essentielles.

Il faut que j'encourage les enfants à oser davantage.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Compte rendu de la séance 7.    5 janvier

Début des répétitions!

C'est avec bonheur et émotion que nous nous retrouvons, tous ensemble, en cette nouvelle année, plus que jamais engagés dans le projet.

C'est une séance importante puisque:

-le contact avec les enfants de Jénine est établi

-les billets d'avion sont réservés. Les enfants du FT sont déjà presque parmi nous.

-c'est le début des répétitions du spectacle

-le sort épouvantable de Gaza nous unit encore davantage.

La séance se déroule dans une concentration et un bonheur de jouer ensemble remarquables.

Le film que réalise Alain Vuillemin en témoigne.

Les enfants ont pris le temps durant les vacances

-d'apprendre par coeur la chanson de bienvenue, Bellefontaine song, étudiée avec leur professeur d'anglais et prononcée dans un anglais  parfait

-de connaître par coeur leur texte à jouer.

-d'écrire les cartes de vœux

-d'écrire les proverbes  des totems.

 Nous pouvons donc rapidement entamer les répétitions.

Je compose deux groupes:

Le groupe des enfants aux totems

Le groupe de l'île

Pendant que je m'occupe du 1° groupe, l'autre travaille en autonomie à la recherche de la mise en espace, aux entrées et sorties, au parcours en scène et à la démarche.

Je fais travailler le 1° groupe sur leur proverbe animal, pour les entraîner à le dire en courant et en cherchant un mouvement qui accompagne spécifiquement le texte.

Sana. Le cheval court au galop aussi vite que la lumière.

Muhammed. J'ai mangé du tigre.

Tahar.Le lion rugit de toutes ses forces comme un roi.

Sujeevan. L'ours crie de joie avec ses amis!

Cydjie.Le chien parle à son ami l'homme.

 Je constate une bien meilleure qualité vocale, malgré encore des inégalités,  et une bonne occupation de l'espace.

 Le 2° groupe se montre capable de dire tout son texte sans difficulté, tout en jouant et en effectuant le parcours en scène prévu. La scène 4 très complexe est à reprendre plusieurs fois mais gagne à la fin en dynamisme, en énergie.

La séance est prometteuse de qualité de jeu, bien sûr encore à travailler complètement.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Séance du 1° décembre

Découverte de la pièce La Fée Lé Lé

1  Echauffements en partie dirigés par les élèves

2  Bellefontaine song: chanson composée à partir des lettres des élèves et traduite en anglais.

 Je demande aux élèves de repérer le sens à partir de leur lettres en français, de repérer les formules qui sont répétées. Et qui seront dites en chœur.

Travail du texte sur un rythme de slam

3 Jeu de démarche par rapport à un environnement extérieur

-Marcher dans un espace rempli de ballons, se frayer un chemin à travers les ballons.

-Marcher sur un sol  recouvert de ballons.

-Marcher dans un espace rempli d'épines.

- Démarche associant les jambes en torsion et le ventre gros comme un énorme ballon.
Chercher toutes les solutions en s'efforçant de faire glisser les pieds en avant, en arrière, sur le côté.

4  Exercice de mise en voix du texte.

Distribution d'extraits de la pièce.

Chacun  dit clairement, tranquillement le texte en boucle en position allongée. J'installe quelques élèves dans cette position qu'ils n'osent pas adopter mais dans laquelle ils se sentent rapidement très bien. La diction est rapidement parfaite sans hésitation. Tous sont très concentrés.

Puis, je propose aux enfants d'échanger les textes.

Même exercice debout avec échange de textes. Cette fois c'est la cohue, le vacarme. Chacun veut dominer l'autre par le volume sonore. Retour un temps à la position allongée et poursuite debout cette fois dans le calme et l'autonomie. Echange des textes jusqu'à ce tous aient été découverts.

5 Même exercice de lecture avec la démarche expérimentée en 4

6 Découverte de la pièce.

Titre, noms et fonction des personnages, lieu.

Repérage des deux sortes de textes: paroles des personnages, dialogue, monologue, chœur.

                                                          didascalies.

Ces notions avaient déjà été un peu abordées en classe avec leur professeur mais j'étais étonnée de voir qu'ils les repéraient déjà très bien.

Constitution de deux groupes avec ses responsabilités:

Le groupe des enfants chargés plus spécialement de rechercher des proverbes d'animaux, de se choisir un totem animal, de le dessiner et de rédiger un proverbe sur ce totem animal.

Le groupe de l'île et la fée Lé Lé qui devront concevoir leur costume.

Je vais aussi proposer un totem pour la classe entière. Peut-être le demanderai-je aussi aux Palestiniens.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Séance du 26 novembre

Séance à laquelle assistent Jacqueline Sarda,  psychomoticienne et Arien Bodard, étudiant en journalisme.

               Le personnage du Clown

1 Echauffements

Marcher en variant la vitesse et en marchant avec tout le corps. Tout le corps marche, est engagé dans la marche.

Marcher en prenant conscience du contact du pied avec le sol.

Courir en rencontrant des camarades sans s'arrêter.

2 La démarche du clown

Après un bref échange sur qui est le clown, à quoi on le reconnaît.

  • Marcher en imaginant qu'on est un énorme ballon.
  • Marcher en imaginant que les jambes sont des fils de fer tellement minces qu'il faut les tordre pour ne pas tomber. Ajouter des grimaces.
  • Marcher comme un plat de couscous.
  • Marcher comme une immense grue qui avance dans la ville.
  • Se déplacer comme des boules de billard, de pétanque en se heurtant, en se bousculant, ce qui fait dévier la trajectoire.

3 Jeu du clown qui n'arrive pas à  faire quelque chose.

·         On n'arrive pas à enfiler un vêtement. Nordine et Samir improvisent un duo.

·         On n'arrive pas à marcher

·         On n'arrive pas à voler.

4Découverte du texte de la pièce, des personnages et expérimentation des exercices précédents appliqués au texte et aux personnages.

Quatre enfants retiennent la marche tordue.

Bilan

Echange en cercle sur la séance

Les enfants disent avoir bien aimé les noms amusants des personnages.

Nordine dit que c'était plus facile de dire le texte en faisant des grimaces.

Ils prennent conscience du jeu codé du théâtre, de l'intérêt d'un jeu sous contrainte, de la distinction du réel et du jeu, du vrai et du faux. Samir se demandait pourquoi on n'utilisait pas de vraies chaises et pourquoi j'avais proposé à Cheïma d'utiliser des accessoires, des vêtements à la place des chaises et des portes.

Nous sommes impressionnés par:

La grande concentration et la grande aptitude des élèves à comprendre la consigne, à installer le jeu dans la durée, à diversifier les recherches, à les individualiser,  tout en manifestant un grand sens de l'organisation collective.

Je remercie Jacqueline et Adrien pour leurs observations très éclairantes sur cette séance.

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Compte rendu de la séance du 17 novembre consacrée au regard.

Approche de la notion de composition du personnage et de l'impro.

Au début de la séance, les élèves me remettent les lettes chaleureuses qu'ils ont écrites à leurs futurs amis palestiniens et les dessins forts et colorés où ils ont mis tout leur cœur. J'aime bien le: lettreSamirI.jpg de Samir.

Ensuite nous nous retrouvons pour les échauffements qu'ils adorent, parce qu'ils y vivent à l'intérieur du collège une relation nouvelle à eux-mêmes, à leur corps, leurs sensations et aux autres. Les massages réciproques les ont beaucoup amusés et leur ont fait du bien, ont-ils dit. A la prochaine séance, je leur demanderai de prendre eux-mêmes en charge l'échauffement.

La séance consacrée au regard va aller de plus en plus loin dans la connaissance de l'intime.

1° Le jeu du regard reporter

Je demande aux élèves d'imaginer que leur regard est un appareil photo et qu'ils font un reportage de tous les éléments de l'espace de la salle, qu'ils sont des explorateurs à la découverte de la salle de travail. Afin de traquer l'espace, je leur demande d'adopter toutes les positions: couchées, allongés sur le ventre, juchés et d'imaginer des angles de vue larges ou rétrécis. Quand je leur demande d'utiliser le corps de leur camarade, ça se complique. La consigne ne passe pas. Ils n'osent pas ou ne comprennent pas, sont très déconcertés. Peu à peu ils reprennent l'exercice des sculptures pour répondre à la consigne.

Vu les difficultés rencontrées à mon grand étonnement, je réunis les élèves pour discuter de leur ressenti de l'exercice.
Je leur demande ce qu'ils ont vu ou perçu de l'espace qu'ils n'avaient pas vu jusqu'à présent. Leurs réponses se portent sur des dégradations mineures qu'ils n'avaient pas observées, l'existence d'un frigo. Samir dit qu'il ne s'était jamais autorisé à regarder un lieu du collège sous toutes ses faces, que c'était une manière de voir différente.

2°Jeu par groupe de trois ou quatre du regard accompagné d'un rythme régulier, d'une cadence, entre les membres du groupe ou vers les groupes extérieurs.

3° Jeu du regard accompagné d'une intention, d'une expression et d'une démarche.

Tous en ligne au fond de la salle, je leur demande d'avancer tranquillement vers nous, Joëlle, Alain et moi en exprimant:

-la peur

-la vanité, la prétention, une personne pleine de son assurance

-un malin, un rusé

-la joie de retrouver sa maison

-la fin du cours de sport

-la fin du cours du français

-l'atelier théâtre

Ils prennent un tel plaisir à cet exercice que sans que j'aie à le préciser, ils courent à la fin de chaque parcours au fond de la salle pour en faire un autre. La fin du cours de sport est pleine de vécu: ils se traînent accablés…

4° Construction d'une improvisation à 3 ou 4 sur le sujet suivant: le repas du dimanche.

10 minutes de préparation

Jeu en deux temps: la scène est d'abord jouée uniquement par les regards puis rejeu regard et paroles.

Les élèves acceptent sans problème de jouer avec d'autres camarades et chaque groupe admet une fille, ce qui est la première fois. Jusqu'à présent les trois filles sont restées ensemble.

La consigne est bien comprise même si le regard est comme je m'y attendais remplacé par le mime. La scène est bien tenue dans la durée pour chacun des groupes, ce qui est bien pour une première impro. Les trois groupes présentent une version très différente. Mais  je m'étonne de la part dévaluée de la nourriture dans les scènes jouées, de l'absence de dialogue, de joie.

Donc nous nous asseyons en rond et discutons. Chaque groupe prend la parole, précise le sens de sa scène, les autres interviennent.

Il en résulte des prises de conscience intéressantes:

-chaque groupe a découvert dans la composition de la scène ce ressort théâtral important qu' est l'empêchement: nourriture trop copieuse qui empêche et gâche le plaisir pour le premier groupe, trop fatigués par le ménage pour manger( version du qui dort dîne ) du 2° groupe, repas suivi d'une punition, d'une corvée, faire la vaisselle. Pour ce dernier groupe nous posons des questions sur celui qui n'est pas puni, qui a le droit de rester à table et qui n'en paraît pas plus heureux.

-Les élèves finissent par dire qu'en fait le repas ne se passent pas comme ça chez eux, qu'ils ont montré autre chose que le réel ou une autre façon de dire le monde, donc la distance entre le jeu théâtral et la réalité.

Ils disent que leurs repas en famille sont plus joyeux .  Ils sont presque tous 5 à 7 à table. Mais le repas du dimanche trop copieux est un supplice ou une corvée, ce qui apparaît bien dans leurs impro.

-Je leur fais remarquer combien ils ont progressé dans l'expression de l'intime, dans leurs relations ensemble. Certes ils ont encore des difficultés à oser s'exprimer par le regard et faisaient trop de gestes, d'effets de mimes et que leur jeu pouvait gagner en précision et intensité.

-Mais ils ont fait preuve d'une grande créativité en imaginant des scènes très diverses et qu'ils ont découvert par eux-mêmes des aspects essentiels du théâtre.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

8 octobre 2008

Ouverture solennelle de Libertheatre dans la salle du foyer du collège Bellefontaine qui sera celle des répétitions avec les élèves.

Une vraie conférence des nations: 9 adultes(Claire Mialhe, Jacqueline Sarda, Jean-Guy, Alain Baggi, Joëlle Franchi, Bernard Pesant avec Gérard et Dominique, Chantal) devant 11 élèves de la 6° passerelle du collège Bellefontaine, onze élèves venus de tous les coins du monde,  tous très conscients de l'importance de leur mission, très à la hauteur du rôle qu'ils vont jouer. Tous ont hâte de commencer très vite les séances de théâtre. Aussitôt dit, aussitôt fait le lundi suivant.

Lundi 13 octobre

J'attends dans un grand calme devant la salle du foyer, notre studio de théâtre.

Tout à coup je vois arriver à pas pressés Joëlle Franchi suivie de ses petits

 élèves qui trottinent derrière elle.

Cette fois les élèves n'ont pas le droit aux fauteuils, si tentants, si confortables.

Pas tout de suite! Les beaux fauteuils bleus seront réservés aux bilans en fin de

séance et au"public"dans les présentations de jeu.

La 1° séance va être consacrée à une série d'échauffements et de jeux de

familiarisation avec l'espace, de mise en confiance avec l'autre, de rythme

individuel et collectif. Joëlle  et une assistante participent aux exercices.

Deux jeux sont ensuite proposés

 

1 Représentez par l'expression du corps, d'abord en image fixe, puis avec un geste répétitif et l'ajout d'un mot ou d'une phrase courte répétée, votre pays, ce qu'est pour vous votre pays (état ou village, ville, paysage)

La composition réalisée est magnifique: ils de sont presque tous bien répartis dans l'espace et ont choisi l'endroit où ils se sentent bien.

phseance03.jpg

Remarquable la carte du Maroc par Samir:"je représente un pays penché" et l'homme assis de Muhammed: "Il y a beaucoup de gens assis comme ça dans mon pays". Mais aussi les tambours du Zaïre, la pêche tranquille dans les Comores, les montagnes infinies du Maroc, le déluge du Sri Lanka…

2 Après avoir un peu parlé de la Palestine d'aujourd'hui mais aussi de la Terre sainte, de Jérusalem, de la Palestine dans la culture de chacun de nous, je leur ai demandé de représenter en image fixe après 5 minutes de préparation, la PALESTINE!

Tout s'organise très vite entre eux.

La scène composée est impressionnante de violence, c'est une scène de l'Intifada, les soldats armés d'un côté, les Palestiniens qui jettent des pierres de l'autre. Plutôt que d'intellectualiser la scène, je préfère leur faire prendre conscience de ce que représente la violence, ce que c'est que de tenir un homme à bout portant et je circule au milieu d'eux, me plaçant face aux "armes", aux bras dressés jetant des pierres, restant longtemps à les regarder, de temps en temps leur tournant le dos. J'ai la chair de poule tant est forte leur détermination, tant on sent qu'il y a du vécu, de leur vécu dans ce qu'ils ont montré. Pour cette fois, je me contente de désamorcer l'agressivité en travaillant sur chacun d'eux pour qu'ils retrouvent une position amicale et calme qu'ils diront préférer à la précédente.

Je réserve pour la séance prochaine une discussion sur cette scène, sur leur expérience de la guerre et de violence s'ils veulent le dire et à une approche différente de la Palestine, en leur apportant des objets artisanaux, des photos de Jérusalem (dont beaucoup ne connaissaient  pas le nom), en leur disant quelques poèmes courts de Mahmoud Darwich.

La prochaine séance portera sur la voix, le rapport voix-corps et la fabrication d'images sonores. Ah! Ah!Vous n'en saurez pas plus aujourd'hui

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

_DSC2453.jpg

_DSC2455.jpg

JOEL MOGALIDI

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Compte rendu du 22 octobre

La séance commence par un retour sur la représentation de la Palestine réalisée en théâtre-image à la séance précédente. J'ai demandé aux élèves qui étaient ceux qui portaient des armes, ceux qui lançaient des pierres, si cette violence, ils la connaissaient directement ou pas. Ils m'ont répondu n'avoir vu la violence qu'à la télévision et au cinéma.

Je leur ai proposé ensuite d'autres images de la Palestine: des photos, des tissus brodés, je leur ai parlé des femmes palestiniennes, de leur rôle primordial, et je leur ai dit quelques poèmes de Mahmoud  Darwich, extraits d'État de Siège.

La séance sera ensuite consacrée à la voix et aux sons.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

_DSC2457.jpg

_DSC2456.jpg

YOAN NORDINE

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

  • Séries d'échauffement de la voix, exercice d'articulation, de jeux sur les bruits et déplacements d'animaux inhabituels(serpents, baleines, pingouins, tortues…)
  • Le jeu du commentaire de photo: chacun devait apporter une photo qui lui plait. Par groupe de deux, chacun commente cette photo à l'autre, explique ce qui lui plait, pourquoi et sans s'arrêter. Si on s'arrête, c'est le partenaire qui relance par des questions. Puis on inverse. La photo est ensuite présentée au public par celui à qui elle a été commentée. Le choix des photos est divers: photos d'enfance, photos des sorties scolaires et culturelles, une carte de l'Europe orientale, de la Russie et la mer noire qui fascine Samir, automobile rutilante, robot, personnage de bandes dessinées, joueur de l'équipe de foot tunisienne.
  • Composition d'images sonores: un groupe compose une image sonore de la nuit étoilée, l'autre des bateaux qui descendent un fleuve.

Ce moment de la séance est particulièrement beau et  poétique. Les élèves montrent une réceptivité à la consigne, à l'écoute des autres, à la créativité. Nordine est particulièrement inspiré et créatif, ce qui me donne l'idée d'ajouter un élément de consigne: le jour se lève à laquelle il répond immédiatement.

Tous disent être vraiment entrés dans leur image.

 

Toutes les photos sont réalisées par Alain Baggi

_DSC2482.jpg_DSC2485.jpg_DSC2479.jpg

MOGALIDI-JOEL                       TAHAR-SUJEEVAN            CYDJIE-SAANA-CHEIMA

 



Brocante Place des Abbesses

Samedi 25 et Dimanche 26 Avril 2009
de 8h-19h



Brocante Place des Abbesses
Lieu : Place des Abbesses 75018
Exposants : Professionnels
Nombre estimé d'exposants : Moins de 50
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article