NOUVELLES DU 18EME

Publié le par LEPIC ABBESSES


Initiative de l'association Arcane 18, reconnue d'Intérêt Général - Siège social rue Feutrier 75018 Contact tel : 01.53.41.01.46
www.assomag.com

Paris Basket 18

PROCHAINS MATCHS !



Paris Basket 18
Les prochains matchs du pb18 auront lieu:
  • En seniors

Samedi 28 février à 20h30 au gymnase de la goutte d'or (12 rue de la goutte d'or)

  • En cadettes france
Dimanche 1er mars à 15h30 au gymnase bertrand dauvin (12 rue rené binet)

Il s'agit du premier match de la seconde phase cadettes et seule la première équipe sera qualifiée pour les phases finales. On a besoin de supporters, venez nombreux!





Le 6ème festival au féminin, c'est dans une semaine !

Le Festival au Féminin organisé par la Compagnie Graines de Soleil aura lieu du 1er au 8 mars 2009 à la Goutte d'Or. Ne ratez pas cet événement artistique conjugué au féminin. Vous trouverez sur cette page le programme complet des manifestations qui se dérouleront au Lavoir Moderne Parisien.

Pour connaître les autres lieux (le Petit Ney, Centre Fleury Goutte d'Or...) qui accueilleront le "Festival au féminin" Cliquer sur le dossier de presse :
http://www.grainesdesoleil.com/festival/feminin_2009/dossier_presse.pdf



Le 6ème festival au féminin, c'est dans une semaine !
Note d’intention
Après l’effervescence d’une élection américaine suivie par le monde entier, c’est au tour de la première dame de faire les choux gras de la presse pas forcément people. Sa robe ? Quelle robe portera-t-elle ? Symboles, trophées, égéries, muses, une femme noire américaine comme tant d’autres avant elle :
ambassadrice d’un monde dit libre, symbole idéal pour passer et repasser les frontières, rassurer les esprits qui malgré tout veulent aimer… l’Amérique. La France, elle, a sa Marianne ! Et pourquoi pas après tout ? Quel pouvoir, celui de savoir manier les mythes et leur présence inconsciente, de les faire exister par la magie des mots et des images, de les révéler à ceux qui les ont oubliés, de s’amuser de leur caricature et de l’effet saisissant de la ruse. La légende ne s’arrête pas à la frontière. L’artistE non plus. Bien au contraire. Elle dit la frontière et beaucoup plus, elle la défie. Ce sont ces artistes que le Festival au Féminin depuis six ans maintenant contribue à faire connaître et reconnaître. Ouvrir un espace sur leur parcours, leurs engagements, leurs combats. Laisser agir leur art.

L’édition 2009 pourrait être une année de clôture. Fermer la boucle d’un cycle qui a fait la part belle aux femmes d’Afrique. Se donner une dernière chance pour dire que ces femmes, conscientes de leur pouvoir sont le moteur de tout un continent.

Dans les rues de la Goutte d'Or - Dimanche 1er mars 14h -

Le 6ème festival au féminin, c'est dans une semaine !
Ouverture du Festival
"Les Mamas" Compagnie Planet pas Net
Spectacle de rue déambulatoire
avec marionnettes géantes et char musical autour du Lavoir Moderne Parisien
Durée : 1h30


Tout le programme au Lavoir Moderne Parisien (35 rue Léon)

Dimanche 1er mars à partir de 16h

Contes d’ailleurs

Mimi Barthélémy - Haïti -
«Mimi B raconte» : Des contes de femmes vaillantes et de femmes ogresses


Née en Haïti (Port-au-Prince, le 3 mai 1939), Mimi Barthelemy fait ses études supérieures en France et vit ensuite à l'étranger : en Amérique Latine, à Sri Lanka et en Afrique du Nord.
Ainsi commence son chemin vers le conte lié à une quête personnelle sur son identité de femme haïtienne vivant hors de son pays. Cette recherche l'amène d'une part à se rapprocher de la communauté haïtienne de France et d'autre part à entreprendre un long travail sur la voix, grâce auquel elle trouve accès à l'expression de sa mémoire.

Pendant un séjour d'un an (1979-80) au Honduras, elle travaille avec les indiens caraïbes noirs Garifunas à la création d'un spectacle dans lequel ils se réapproprient leur histoire oubliée après leur déportation au 18ème siècle.
De retour en France, riche d'une expérience que lui renvoie le miroir d'une identité semblable à la sienne, elle entreprend un doctorat d'Etudes Théâtrales à Paris VIII, sur le "théâtre de l'identité dans les minorités".
Le chemin est tracé : elle se met à conter en puisant dans la tradition orale d'Haïti qui est en langue créole. Dans ses contes, elle tisse les deux langues, le français et le créole, dans le souci de transmettre ce qu'elle a reçu en partage et d'en être le témoin à part entière au sein de la francophonie.

Depuis la fin des années 80, elle écrit ses histoires et conte seule ou avec ses musiciens dans des centres culturels, des bibliothèques, des appartements, des prisons et des hôpitaux.
Avec l'envie de créer un lieu pour le conte, elle anime "Le Petit Contoire" (Cité Veron), où elle présente au public parisien les conteurs les plus prestigieux (1987).
En 1989 le 3ème Festival d'Acteurs d'Evry lui décerne le Becker d'Or pour La reine des poissons (découvert au Festival d'Avignon en 1987) et, en 1992, elle reçoit le prix Arletty de l'Universalité de la Langue Française pour La dernière lettre de l'amiral.

Elle crée et présente aussi dans des théâtres des spectacles qui reflètent les deux axes principaux de sa recherche :
- la rencontre, sous une forme théâtrale, de l'écriture scénique et de l'oralité, de l'évocation d'une histoire personnelle, de l'Histoire et de la fiction avec La cocarde d'ébène (1989, mise en scène de Claude Alranq) ; Soldats-Marrons (1989, mise en scène de Mimi Barthélémy) ; La dernière lettre de l'amiral (1992) et Caribana (1999) mis en scène par Emmanuel Plassard ; Une très belle mort (2000) mise en scène de Nicolas Buenaventura Vidal et présentée au Festival Off d'Avignon 2001 au TOMA (Théâtre Outremer en Avignon) ; Jeux de cailloux (2003) mise en scène de Mimi Barthélémy, créé à Sevran.
- un travail sur le conte chanté de tradition haïtienne aspirant à la création d'un nouveau type de conte musical avec L'oranger magique (1985) ; La reine des poissons (1987) ; Tendez chanter l'amour (1995, présenté au Festival d'Avignon en 1996) ; Voyage en papillon.

Son désir de rencontres artistiques l'amène en 1998 à participer à la création collective Ainsi soient-elles avec cinq autres conteuses et à jouer, en tant que comédienne, dans Mistero Buffo Caraïbe d'après Dario Fo, mis en scène par Dominique Lurcel.

Elle joue dans de nombreux lieux, festivals et salons du livre en France, en Haïti et dans le monde ; (au Festival Banlieues Bleues-2001, à l'Odéon au Festival Identité Caraïbe (2002) à la Conciergerie aux Rencontres internationales du Conte (2002). Elle préside plusieurs jurys de contes.

En 2000, elle reçoit le grade de Chevalier de l'Ordre National du Mérite et en 2001 celui d'Officier de l'Ordre des Arts et des Lettres.
www.mimibarthelemy.com

Halima Hamdane - Maroc -
halima.hamdane.over-blog.com


 

Kan ya ma kan...

Il était une fois...

Formulette magique qui rassemblait tous les enfants de la maison autour de la Grand-mère.

 

Le conte, c'était une affaire de femme et de transmission orale.

Ma grand-mère n'a pas consigné ses histoires, elle ne savait ni lire ni écrire.

 

J'ai gardé en mémoire, et dans mon coeur ces trésors et toutes les émotions qu'ils éveillèrent en moi.

 

 

 

 

Aujourd' hui, je raconte pour perpétuer  la tradition,  et inviter le public à un voyage où les mots se métissent pour nous enchanter et nous faire rêver



Layla Darwiche
Liban

 


Lundi 2 mars 20h30

Danse contemporaine – Hip Hop
Carte Blanche à Karine Saporta

Pour la seconde fois, le Festival au Féminin donne carte blanche à Karine Saporta.
La célèbre chorégraphe invite les talents les plus divers et surprenants de la danse
contemporaine française ; du hip-hop aussi et d’autres styles. Il y a tout à parier
qu’éclectique, cette soirée unique spécialement conçue pour le Festival au Féminin, ne
manquera pas de l’être. Bouleversante, chavirante… provocante peut-être, à l’instar de
l’imaginaire inépuisable et toujours décalé de Karine Saporta.

Mardi 3 mars 20h30

Théâtre Rose Bonbon
Comédie acidulée en charmes et en chansons

Un salon de coiffure à Paimpol.
Marguerite, la coiffeuse modèle ; Gaby qui veut faire «vedette comme métier » ; Alice,
la belle et mystérieuse patronne ; Héloïse, la stagiaire rebelle. Entre leurs petits et grands
tracas, le temps passe, au rythme des visites de Capucine, une cliente un brin stressée.
Les jours défilent et déshabillent ces cinq jeunes femmes qui grandissent, dévoilant leurs
humeurs et leurs petites folies, en poésie et en chansons.
Bien plus qu’une couleur, Rose Bonbon est un état d’esprit ... féminin, sensible et
séduisant,.. un spectacle pour vous plaire aussi, Messieurs !
Drôle, touchant, poétique, avec un soupçon de rock and roll, Rose Bonbon est un voyage
au pays des démêlants, des protéines et des princes charmants. Un mélange de sitcom et
de tragédie : sucrée comme un bonbon et fragile comme une rose….

Mardi 3 mars 20h30

Le 6ème festival au féminin, c'est dans une semaine !
Théâtre Rose Bonbon
Comédie acidulée en charmes et en chansons

Un salon de coiffure à Paimpol.
Marguerite, la coiffeuse modèle ; Gaby qui veut faire «vedette comme métier » ; Alice,
la belle et mystérieuse patronne ; Héloïse, la stagiaire rebelle. Entre leurs petits et grands
tracas, le temps passe, au rythme des visites de Capucine, une cliente un brin stressée.
Les jours défilent et déshabillent ces cinq jeunes femmes qui grandissent, dévoilant leurs
humeurs et leurs petites folies, en poésie et en chansons.
Bien plus qu’une couleur, Rose Bonbon est un état d’esprit ... féminin, sensible et
séduisant,.. un spectacle pour vous plaire aussi, Messieurs !
Drôle, touchant, poétique, avec un soupçon de rock and roll, Rose Bonbon est un voyage
au pays des démêlants, des protéines et des princes charmants. Un mélange de sitcom et
de tragédie : sucrée comme un bonbon et fragile comme une rose….

Mercredi 4 mars

Mercredi 4 mars à partir de 14h
Colloque international en collaboration avec Le laboratoire de recherche de l’IRET
« Scènes francophones et écritures de l’altérité » (Université Paris III),
Africultures et la Compagnie Graines de soleil.

Femmes du Sud : combats pour la scène
Le statut des femmes artistes du Sud dans le spectacle vivant ici et là-bas.
Quelle place réserve le spectacle vivant aux artistes femmes du Sud ici et là-bas ?
Quel statut, quelle image sociale, quelle reconnaissance ? Les difficultés sont grandes
pour les femmes afro-caribéennes, mais elles ne renoncent pas à la scène. Danseuses,
comédiennes, dramaturges, metteures en scène… elles participent au dynamisme de la
création au Sud comme au Nord et affirment un engagement toujours renouvelé.

14h à 15h30
Ecrire pour la scène au féminin
Femmes et artistes ? par Christiane Makward
« Werewere Liking, une artiste engagée », par Judith Miller
« L’oeuvre de Gerty Dambury » par Sylvie Chalaye
« Les nouvelles dramaturges du sud » Stéphanie Berard
Débat
Pause et goûter
Présentation du numéro Africultures « Féminisme noir » par Christine Eyene
Présentation du numéro Cultures Sud « Engagement au féminin »

16h30 à 18h
Jouer au féminin : un engagement !
Table ronde animée par Sylvie Chalaye avec Nanténé Traoré (comédienne - Mali), Eva
Doumbia (metteure en scène - Côte d’Ivoire), Mimi Barthélémy (conteuse - Haïti), Gerty
Dambury (auteure - Guadeloupe), Hanane Nizar (comédienne et doctorante-Maroc).

Inscriptions auprès de la compagnie Graines de Soleil
01 46 06 08 05
grainesdesoleil@hotmail.com



Mercredi 4 mars 21h
Théâtre "Trames"
Production La Fabrique Insomniaque

La pièce se déroule à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Gilette, femme accomplie, veut rendre compte et témoigner de la douleur et du combat pour la survie des femmes qui viennent se confier à elle.
Christian, son fils, enfant rebelle en voie de perdition, est en conflit avec toutes les images de ces femmes qui détournent l’attention de sa mère, à qui il cherche à arracher des informations sur son père absent, sur l’Afrique, terre d’origine du géniteur. Dabar, servante , véritable « maître de cérémonie », endosse les voix et les corps de ces femmes interrogées puis enregistrées. Entre séduction et rancoeur, mère et fils se perdent dans le tourbillon des mots, sous le regard de Dabar, esprit tutélaire des femmes bafouées. Entre Antilles et Afrique, Trames nous entraîne dans des univers tourmentés.

Jeudi 5 mars 19h30

Le 6ème festival au féminin, c'est dans une semaine !
Théâtre - Poésie
De Léon-Gontran Damas
Compagnie Awa Production

Léon-Gontran DAMAS A franchi la ligne
Dans un espace dépouillé où l’éclairage est décor, se construiront les différents paysages de
cette parole. L’enfant et ses deuils, l’homme et ses exils, la femme conquise et déjà perdue.
Dans ce tissage poétique des oeuvres de Léon-Gontran Damas une comédienne, incarne
une poésie moderne et humaine. La simplicité de l’écriture, la musicalité des vers et la
radicalité des propos ouvrent une perspective qui rencontre et prolonge le courant de la
Négritude fondé avec Césaire et Senghor.
Humour, tendresse, dérision et révolte invitent à franchir la ligne et aller à la rencontre
d’un homme qui a su s’engager pour faire de son désespoir un souffle de vie, un germe
de liberté. La voix de Damas résonne encore dans notre vie..

A 21h

Le 6ème festival au féminin, c'est dans une semaine !
Musique - Nawal : Chant, gambousi, guitare, Cara Rigoli : mbira, calebasse, tambours, cymbales, bongos, maracas, oudou, triangle... Idriss Mlanao : contrebasse

Nawal
Nawal, originaire de l’archipel des Comores, est auteur-compositeur-interprète.
Dès son enfance, elle a baigné dans un monde musical à la fois pop et religieux.
La musique de Nawal, résolument acoustique, tisse un harmonieux dialogue entre les
cultures indo-arabo-persanes, les polyphonies bantous, les chants soufis, les rythmes
syncopés de l’océan Indien et un zest de swing.
Au fil du temps, sa musique s’est dépouillée pour aller à l’essentiel. Pour son dernier
album Aman (paix intérieur), Nawal a choisi la forme trio.

vendredi 6 mars 20h30

Le 6ème festival au féminin, c'est dans une semaine !
Danse
Hééé Mariamou

Semi-autobiographique, écrite il y a dix ans par Maimouna Coulibaly, auteur, metteur en scène, chorégraphe, cette pièce chorégraphique, reprise puis remaniée en référence aux émeutes dans les cités de 2005 et aux 40 ans de Mai 68, n’a pas pris une ride. Mariamou est une jeune française, de 15 ans, fille d’immigrés, élevée en banlieue parisienne, dans une de ces cités où rêver d’un avenir est un défi en soi. Ballottée entre ses deux cultures, sa religion, ses traditions, elle doit trouver sa place dans un environnement où les jeunes femmes ont rarement la possibilité de s’exprimer. Sur les rythmes sensuels et endiablés des rues (Coupé Décalé, N’Dombolo), du traditionnel africain et afro-contemporain (Krumpin), cette comédie satirique dépeint avec justesse et dérision la vie des femmes en banlieue et la détermination dont elles doivent faire preuve pour s’épanouir. Quand la réalité est lourde à porter, il vaut mieux la considérer avec légèreté, « Hééé Mariamou » sonne comme un éclat de verre provenant du miroir de nos inconsciences...

Samedi 7 mars 20h30

Théâtre - création
Le 7ème Kafana
Co-produit par la Cie Graines de Soleil et la Cie l’AntreDeux

Le 7ème Kafana
« C’est elle, Angela, ma meilleure amie, qui m’a vendue » : elles ont quitté leur pays pour chercher une nouvelle perspective de vie, attirées par une promesse de travail à l’étranger, mais ont été exploitées comme marchandise. Sept kafanas, c’est le nombre de bordels que peut supporter une femme prostituée de force avant de perdre la vie ou de sombrer dans la démence. Témoignages authentiques de personnes prostituées de force dans la traite des êtres humains entre la Moldavie et la France, séquences originales inspirées de notre actualité, fiction contemporaine barbare et débridée : ce spectacle pose, avec un humour toujours distancié et une énergie salvatrice, la question des conditions de (sur)vie de ces victimes du trafic d’êtres vivants sur notre territoire : la France est-elle un 7ème kafana pour les victimes de la traite, le pays des droits de l’Homme tient-il ses promesses ?





FESTIVAL AU FEMININ

Depuis 6 ans, la compagnie Graines de Soleil organise le Festival au Féminin et donne la parole aux femmes artistes qui parleur engagement, leurs croyances et leurs combats contribuent à dépasser les frontières érigées entre les hommes et les femmes. Les artistes Susheela Raman, Hajja Hamdaouia, Isabelle Laffont, les chorégraphes et danseuses Kataline Patkaï, Denise Namura, Karine Saporta… sont venues, combattantes ou pacifistes, témoigner des combats menés avec les autres, pour les autres et avec soi-même. L’édition 2009 du Festival dépassera une nouvelle fois les frontières, avec à ses côtés, des femmes d’Afrique de l’Ouest, du Maghreb, de France, d’Haïti.


HINDI ZARA

Roots Music

Née à Khouribgha (Maroc), d’origine Berbère et Touareg, Hindi Zahra fait vibrer une voix sans frontières. Sa musique est un blues ancestral, un jazz originel, une vibration orientale, où elle parle d’amour, de l’affirmation de soi et du monde. Hindi est issue d’une famille d’artistes berbères qui compte parmi les plus célèbres d’entre eux le groupe Oudaden. Elle est initiée à la musique traditionnelle gnawa, à la folk de Dylan, au reggae de Marley, aux rythmes ancestraux et aux plus belles mélodies du répertoire égyptien. C’est ainsi qu’on la décrit comme la fille spirituelle de Django Rheinhardt et Billie Holiday. Elle s’est produite en première partie d’Anis à L’Olympia et d’Oxmo Puccino à La Cigale dans lecadre du Bose Blue Note Jazz festival...

Plus d'infos sur: www.myspace.com/zahrahindi


DOBET GNAHORE

Afro Beat

Chanteuse, danseuse et percussionniste ivoirienne, Dobet Gnahoré a hérité de la force des traditions «bété» de son père Boni Gnahoré, maître percussionniste de la Compagnie Ki Yi Mbock d’Abidjan, dirigée par Werewere Liking. Des mélodies mandingues à la rumba congolaise, du ziglibiti ivoirien au bikoutsi camerounais, du high-life ghanéen aux choeurs zoulous, les compositions, portées par des sonorités jazz sont variées et colorées. Dobet est entourée d’un guitariste, d’un bassiste et d’un batteur d’exception. Sur la scène, sa voix, son charisme et sa grande présence emballent le public…



Dimanche 8 mars 14h

Paroles de Femmes
Restitution des travaux menés avec des femmes dans le cadre d’ateliers d’expression
théâtrale ou d’ateliers vidéos.

Atelier théâtre Jeunes
mené par la Cie Graines de Soleil à la Bibliothèque Goutte d’Or.
Intervenante : Mouna Belghali.
Restitution de l’atelier théâtre d’un groupe de jeunes qui fréquentent la bibliothèque Goutte d’Or et ont choisi de faire du théâtre en se faisant appeler les passionnés du théâtre”. Ils ont leur mot à dire quant aux sujets sur les femmes et sur les frontières, c’est leur façon de participer au débat par le choix du texte et par le jeu théâtral.


Paroles de femmes
Atelier théâtre mené par la Cie Graines de Soleil avec les femmes de l’associaition AGO
Intervenante : Mouna Belghali
Le travail, elles savent ce que c’est, elles l’ont toujours fait : à la maison, dans leur ménage. Mais « Avoir un travail », autrement dit, être avocate, institutrice, médecin, ministre, ou mannequin… C’est autre chose! Cela fait rêver, cela donne confiance, cela fait gagner beaucoup d’argent ! Parallèlement au travail mené par l’association AGO avec les femmes en alphabétisation qui, entre autres, les oriente et les encadre dans leur recherche d’un emploi, l’atelier théâtre de Graines de Soleil est un espace de parole qui permet à ces femmes d’exprimer à travers un processus artistique leur propre point de vue, leur propre vision et leurs rêves autour du monde du travail.

Dimanche 8 mars 19h

Théâtre
M.A.M.A.E
Cie Magma Performing Théâtre
Texte de Nadège Prugnard

M.A.M.A.E
Meurtre Artistique Munitions Action Explosion
Aperçu des attaques suicides perpétrées par des artistes. Six actrices « s’explosent » face au public. Une mort publique et théâtrale. Un acte subversif. Six demandes d’amour urgentes violentes. Parole en arme. Une Machine de guerre pour élargir la liberté impossible. Un texte provocateur et jouissif de la vitesse du message sans accusé de réception. M.A.M.A.E nous arrive.

Sites internet des différents lieux des manifestations :
www.grainesdesoleil.com
www.rueleon.net
www.fgo-barbara.fr
lepetitney.free.fr

Commenter cet article